Dogs are great, they will always love you ft. Maiko

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 25 Fév - 22:34
 
Dogs are great ft. Maiko
SAEKO

Une semaine, deux jours, quatre heures, huit minutes et trente-trois secondes. Voilà le temps exact que Sae avait passé sans voir l’amazone de son cœur, sans avoir de nouvelle de sa maîtresse. Une personne normale aurait envoyé de nouveau texto, tenté un appel à un autre membre du clan, connaissant la tribu depuis l’enfance, c’était permis… une personne normale oui. Sae avait cessé de respecter les critères de la normalité il y a longtemps. Très longtemps. Mais toute blague à part, le silence radio que sa principale figure d’autorité n’avait rien de normal. D’ordinaire, quel que soit le degré d’occupation de la danseuse, Nelly 2.0 pouvait s’attendre à des mises à jour quotidiennes, toujours. Même quand un Sith monopolisait ses journées! Alors là rien. Rien du tout en deux semaines... c’était inquiétant. Encore plus quand même Minoru – à qui elle avait bien voulu montrer son décolleté pour obtenir de l’information – ne savait rien des activités de sa sœur ! Tragédie!

Ainsi, c’est dans cet état d’esprit d’amie réellement énervée qu’elle avait décidé, à quatre heure du matin, en revenant d’une nuit mouvementée à traquer un acteur avec sa caméra, qu’elle avait eu la brillante idée de grimper l’escalier de secours, de forcer le verrou qu’elle savait défectueux sur la fenêtre de sa presque-sœur, et de s’infiltrer sans un bruit dans cette chambre qu’elle connaissait par cœur. Ok. Son cœur avait retrouvé un rythme plus calme en trouvant son amie endormie dans son lit : pendant un instant, Sae avait vraiment cru au pire, c’est-à-dire que pedosuke ait enfin mis la main sur se tendre et chère maîtresse! Comme la pro du camouflage qu’elle était, elle s’était approchée de la belle au bois dormant, avait replacé une mèche de cheveux – pas creepy du tout – et avait pris une photo de sa silhouette endormie avec son téléphone, sans toutefois avoir le cœur de la réveiller.

Tant pis. Elle attendrait le réveil. Sur la pointe des pieds, elle était sortie de la chambre, prête à envahir le salon. De un, parce qu’elle ne dérangerait personne avec ses activités d’oiseau nocturne, et de deux, parce qu’allongée à plat ventre sur le divan, c’était la meilleur position dans tout l’appartement pour surprendre son futur mari au réveil alors qu’il marchait péniblement vers la salle de bain avant de se lever! L’endroit parfait. Connaissant l’appartement comme s’il était le sien, elle s’était faufilée dans la chambre voisine et, sans faire de bruit, avait sournoisement volé une couverture à Ren. Il pouvait bien partager cet infâme, pour s’être un jour moqué qu’elle rejoigne la famille en épousant l’ainé!

Une fois son butin  dûment acquis, Sae décida d’aller s’allonger sur le divan, de s’enrouler dans une couverture et de repasser les photos prises plus tôt. Ça allait… Le hic, c’est qu’il était tellement tôt, qu’elle ne tarda pas à s’endormir, roulée en boule sur le canapé qui avait toujours su l’accueillir. Elle était bien ici, mille fois mieux qu’avec son horrible colocataire. Elle se sentait chez elle. Il y avait tellement de gens, de présence, de vie, elle ne voulait plus sortir. Jamais. Enfin… jamais c’était vraiment loin. Parce qu’aux aurores, elle fut réveillée par une voix masculine, un des hommes de la maisonnée à n’en point douté qui, prêt à se vautrer sur le canapé avait trouvé le chien familial endormie et avait pris sur lui de lancer un :  « MAIKO.  » qui suffit à tirer le fautive des bras de Morphée. Oups?


electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 12 Mar - 23:20
DOGS ARE GREAT, THEY WILL ALWAYS LOVE YOU

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident
Des amis. Une famille. Elle avait toujours été très entourée. Malgré l’absence de parents, elle n’était pas à plaindre dans le fond. Elle en avait bien conscience. Des gens qui avaient le droit de se sentir seule, bien plus qu’elle, il n’y en avait des tas. Et même si aujourd’hui les sentiments qu’elle ne contrôlait pas faisaient qu’elle se montrait particulièrement injuste envers des personnes qui pouvaient réellement se plaindre de la solitude, elle n’avait pas pris son téléphone pour se confier aux amis qui seraient venus lui remonter le moral si elle s’était contentée d’un simple « 911 ». Mirai, Sae, elle n’était pas stupide, elle savait qu’elle avait des amis en or qui lui auraient remonté le moral au beau milieu de la nuit.

Mais c’était peut-être cette stupide fierté. Elle ne savait pas vraiment pourquoi. Elle ne l’expliquait pas. Et pourtant, hier, c’était bien avec celui qu’elle n’avait jamais vu qu’elle avait discuté si tard parce qu’elle ne se sentait pas le moral de dormir malgré la fatigue.
Elle le faisait de plus en plus ces temps-ci. Han… oui, c’était un peu débile à entendre… évidemment pas pour une fan de Star Wars.  Bref, c’était bien le nom de celui avec lequel elle parlait le plus ces temps-ci. Ils se connaissaient depuis un moment mais, depuis quelques temps, et de plus en plus… oui, il n’y avait pas un jour sans qu’ils se parlent.
C’était tellement plus simple de se confier à une personne qu’on ne connaissait, qu’on n’avait jamais vu. C’était moins difficile de laisser un peu sa fierté de côté. Et puis, s’attacher semblait moins dangereux.

Mais voilà. Elle savait également que ce n’était pas très juste. A la place de Yue, de Sae, Mirai ou d’un autre ami qu’elle définissait comme proche… oui, elle aurait voulu leur remonter le moral. Être là pour eux.
Un Kotani n’avait probablement pas de logique. Mais quand ce matin elle avait entendu ce cri de Ren, elle n’avait pas eu besoin d’ouvrir les yeux bien longtemps avant de comprendre. En fait, elle le savait probablement avant de le faire que la personne qui se trouvait dans le salon et ferait soupirer Yasuo dès qu’il la verrait, ça ne pouvait être que Sae. Et son cerveau endormi n’avait pas eu besoin de s’éveiller pour comprendre pourquoi, il avait suffi qu’elle tende une main vers son téléphone et qu’elle lise le message affiché pour sourire tristement. Oui, vraiment, elle n’avait pas le droit de se plaindre quand la folle dont elle ne pouvait pas se séparer était une amie aussi attentive et un peu trop mignonne.
… même si c’était aussi une stalkeuse « un peu » flippante. On s’y faisait, vraiment on s’y faisait « Avada Kedavra » ça aussi, il ne fallait pas s’alarmer. Deux ans en arrière, quand Saeko avait effacé par mégarde la sauvegarde Final Fantasy de Ren, elle s’était condamnée à des années de sortilèges impardonnables.
Tout en se frottant les yeux, l’idole s’était finalement tirée du lit pour se traîner dans le salon toujours à moitié endormie. Et au lieu de libérer la place pour son geek de grand frère, elle s’était laissée tomber sur son amie, tirant sur la couverture pour se faire une place en dessous   « Gentille, gentille » est-ce qu’elle venait de tapoter la tête de son amie ? Bah… au moins, ce chien-là, elle ne l’avait jamais perdu. Il était collant, il revenait toujours, elle s’y était attachée. Et puis, Sae adorait qu’on lui tapote la tête le matin non ?
Même si elle avait fait une bêtise ?
… se glisser dans sa chambre par la fenêtre n’était pas une bêtise. C’était une habitude. Et sa maîtresse avait renoncé depuis bien longtemps à lui apprendre le fonctionnement d’une porte. Doucement, la si violente Maiko, du moins avec certaines personnes, avait fini par caresser la joue de son amie pour lui souhaiter le bonjour « Pardon de pas t’avoir appelé. Tu m’as manqué aussi. » ça faisait combien de temps ? Avec le boulot, tout ce qui se passait en ce moment, elle ne savait pas trop. Mais pour elles, oui, c’était probablement un record.
black pumpkin


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 26 Mar - 18:28
 
Dogs are great ft. Maiko
SAEKO

Sae ne l’avouerait jamais à voix haute, mais quelque part, elle avait toujours associé le clan Kotani à sa famille, la sienne. Elle ne comprenait pas comme la matriarche avait pu produire autant de rejetons. Si tout ce qu’elle voulait, c’était de nouvelles bouches à nourrir, elle aurait tout bonnement pu adopter la jeune femme qui avait pratiquement élu domicile sur le divan… Et lorsque cette injustice lui retournait les entrailles, elle se consolait avec la rêverie que son adoption avait dû être refusée par Yasuo qui savait, au fond de son cœur, qu’elle était la femme de sa vie. Le hic? Bah il tardait à le lui dire! Pourtant, elle était on ne peut plus clair sur le fait qu’elle était OK avec la pédophilie refoulée (arguments qui venait généralement avec un silence malaisé et un regard assassin de l’ainé…) et qu’elle ne voyait pas du tout en quoi leur années d’écart était un obstacle… Et pourtant, toujours rien, il était dans le déni!

Heureusement pour elle, Game of Throne lui avait appris que d’avoir un plan B dans la même famille était tout à fait acceptable. C’est probablement pour cette raison qu’elle gardait à l’œil de jeune Minoru. On ne rigole pas quand on veut joindre la fratrie! Mais s’il y a un mâle qui était exclus des possibilités, c’est l’infâme Ren! Infâme oui! Parce qu’il venait de la réveiller avec un sortilège défendu! N’écoutait-il pas dans a classe de défense contre les forces du mal?!?! On n’utilisait pas cela à la légère! Et apparemment, Sae n’avait pas été une très bonne élève car, plutôt que de rouler des yeux, elle avait brandit la manette de télévision vers l’intrus dans un : « Rictusempra ! »… Clairement, ils avaient été séparés à la naissance! La guerre de sorciers – qu’elle gagnerait, clairement, fut interrompue par sa maîtresse qui se glissait sous la couverture! HAN! Se redressant d’un bon pour offrir sa tête à la toute puissante, un large sourire avait étiré les traits de notre demoiselle.

Sae avait pris son ton râleur de victime malmenée – et non pas de dangereuse stalkeuse infiltrée par la fenêtre en pleine nuit - « T’as vu comment Ren a triché! Le professeur Rogue l’a pourtant dit que ces sors-là sont interdits dans les tournois de sorciers! » … On allait la faire enfermer, définitivement. Et pourtant, tel un animal trop heureux de retrouver sa propriétaire, elle s’était collée contre Maiko, l’enveloppant dans la couverture dérobée. Oui, elle faisait comme chez elle. Vraiment. Ses yeux sombres s’étaient posés sur le visage de son amie et elle l’avait longuement scrutée, tentant de s’assurer qu’elle allait bien. Pas vraiment satisfaite, elle avait passé ses bras autour du cou de la danseuse pour la serrer fort, très fort.

« Ça fait très longtemps!  Personne ne m’a amené prendre une marche! » … Genre tu ne peux pas le faire toute seule? Non. Elle était dépendante bon! « Tu dois pas attendre aussi longtemps! Je me suis inquiétée. » Oui, beaucoup et Mirai aussi était inquiet. Poursuivant, elle avait continué de parler, de dire des conneries que dieu merci, Yasuo était absent pour entendre : « Mais j’ai été une bonne fille, j’ai pas dérangé ta chambre. J’ai dormis avec Minoru-kun! » … Ou une très mauvaise fille, parce que clairement, voler le lit du jeune pervers des lieux était une mauvaise idée… Elle avait reculé un brin pour mieux fixer Maiko. « C’est dur le boulot? Tu sais j’ai lu que BOA elle amène son chien en studio. Je pourrais venir, tu serais moins seule ! » … BOA a surement un vrai chien. Détail!


electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 22 Avr - 23:55
DOGS ARE GREAT, THEY WILL ALWAYS LOVE YOU

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident
Hochant la tête pour répondre à la question de son amie, l'idole n'avait d'abord pas fourni une autre réponse. Elle s'était contentée de se resserrer contre son animal de compagnie en remerciements pour la chaleur accordée et sa main avait frotté un peu plus ses yeux dans une vaine tentative pour se tirer un peu mieux du sommeil. Elle se coucherait plus tôt ce soir... peut-être.... C'était plus facile d'accéder au sommeil quand on se changeait les idées en parlant de tout, de rien... et de beaucoup avec un inconnu. C'était un petit rituel pour lequel elle ne savait déjà plus se raisonner. Parce que ça lui faisait du bien et qu'il était toujours plus simple de s'endormir quand on ne parvenait plus à lutter contre la fatigue « Oui j'ai vu... » Ou plutôt elle avait entendu. La riposte aussi. Mais ce n'était pas si étonnant que ça en ces lieux un duel de sorciers. Non, ça aurait pu être aussi un combat de sabres laser. Probable que Ren aurait donné le rôle de la Sith à Sae, son grand frère préférait être un jedi malgré ce sort interdit qu'il avait lancé plus tôt « Y'a plus aucune limite dans les guerres de territoire. » pour récupérer le canapé, on en oubliait les leçons apprises à Hogwarts.

Mais on s'en moquait probablement encore plus quand on avait le droit à une étreinte de bon matin. Pas farouche, la jeune Kotani avait soupiré, s'accordant à se laisser trahir par ses gestes. Oui, elle avait bien besoin d'affection, particulièrement en ce moment. Alors la fière guerrière qu'elle était avait un peu oublié qu'elle aurait eu l'air plus fière à s'asseoir sur ce canapé comme une combattante.
D'un autre côté, c'était Sae. Avec Sae, il n'était pas rare qu'elle se transforme en nounours. Elle était si mignonne. Comment lui refuser d'être son doudou de réveil quand en plus elle était celle qui s'était glissée sous cette couverture ?
Encore plus quand elle se sentait coupable. Elle n'était pas vraiment une excellente amie en ce moment. Trop absente, voir même un peu distante, Sae avait le droit de se plaindre pour sa marche, elle avait même le droit de se plaindre pour le manque de nouvelles. Plainte à laquelle Kotani Junior avait répondu en lui papouillant la joue à nouveau « Pardon, je suis une mauvaise maîtresse. Je t'emmènerai au parc bientôt. Aujourd'hui si tu veux. » lui offrir son frère le plus âgé en mariage, voilà un cadeau qui saurait davantage la faire pardonner « Tu devrais pas dormir avec Minoru... » parce qu'il était mineur et que ce genre de choses était sévèrement puni par la loi ? « Il va finir par te sauter dessus une nuit. » quoi ? Clairement, Minoru était beaucoup moins innocent que Sae !
Sae ? On parlait toujours de la fille qui se planquait pour pouvoir obtenir des clichés dénudés de Yasuo ?
... oui... bon... l'innocence dépendait du Kotani !

« ça va... je suis juste un peu fatiguée, je me suis couchée tard hier soir. » une réponse plus honnête aurait été de dire que oui, le boulot était dur. Ou plutôt, il l'était devenu. Davantage en tout cas. C'était moins facile depuis qu'elle y allait sans voir la bouille de sa meilleure amie.... Mais ça irait... ce n'était rien... c'était ridicule de se plaindre pour ça.... Elle s'en remettrait, il fallait juste qu'elle s'habitue. Le plus important maintenant, c'était que Yue aille mieux. Avec Kô à ses côtés, elle n'avait aucune raison de se faire du souci.... Voilà, ça c'était des pensées positives à se répéter ! « Le chien de BoA prend des photos des idoles ? » ... ça ferait probablement du plus bel effet si elle imposait à son travail d'avoir une paparazzi toujours derrière elle.
Pourtant... elle n'était pas contre cette idée. Si ça avait été possible, ça aurait été probablement réconfortant de toujours avoir Sae. Elle aurait une raison de plus d'aller bien... sans compter sur le fait que son amie avait un don pour vous occuper les pensées. Elle n'était pas assez discrète pour vous laisser le temps de penser.
Relevant un peu la tête pour regarder son bébé adopté il y a des années, elle s'était mordue la lèvre avant d'entrer directement dans les questions qui la mettaient mal à l'aise, à juste titre « Et Mirai ? ça va ? » A lui aussi... elle ne lui avait pas donné tellement de nouvelles. C'était stupide quand son coeur se plaignait de l'absence de deux personnes qui lui étaient proches,
... ne pas passer du temps avec des personnes toutes aussi chères qui étaient toujours près d'elle... non, elle n'était pas vraiment une très bonne amie. Elle n'était pas là pour Yue, pour Sae, pour Mirai... elle devait sérieusement donner à ses amis l'envie de la remplacer « On devrait s'organiser quelque chose tous les trois... ça fait longtemps. »
black pumpkin


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 23 Avr - 16:04
 
Dogs are great ft. Maiko
SAEKO

Se callant un peu plus contre sa maîtresse, elle avait hoché la tête avant de tirer la langue à Ren en ajoutant, comme pour gagner ce round d’hostilités. « T’as aucun honneur ! Je renoncerais à devenir une Kotani avant de te marier. Saches-le. Et quand Yasuo me passera la bague au doigt, j’vais te forcer à dire pardon maman! » … De quoi rassurer son ainé? On en doute. Mais dans son esprit, elle avait gagné. Et la caresse que lui offrait sa maîtresse témoignait de cette réussite. Ses bras s’étaient noués autour de son ami alors qu’elle la serrait si près qu’on aurait pu croire qu’elle se prenait pour une power ranger en pleine fusion. Clairement, elle n’allait pas la laisser filer. Pas maintenant qu’elle l’avait retrouvé après des jours sans contacts. Des jours sans texto, c’était beaucoup trop long pour eux! D’autant plus que Maiko était prisonnière de l’Agence maintenant, c’était une chance inouïe qu’elle soit ici aujourd’hui, un des rares matins ou elle la trouverait chez elle plutôt que loin, si loin d’elle! Ce domicile, sans petite ours, c’était dangereux. On y trouvait de tout, y compris des démons canons!

S’il y avait une vérité en ce monde c’est que Sae aimait Maiko, profondément, inébranlablement et qu’il n’y avait pas une personne sur cette terre qui avait une plus grande place dans son cœur que sa meilleure amie. Ce petit bout de femme avait toujours été là pour la soutenir, pour la défendre des moqueries de ses camarades de classe qui ne comprenaient pas qu’on puisse ne pas avoir de parents, et avoir de frères et sœurs interchangeable. Maiko, c’était celle qui l’avait nourri, logé, qui avait pris soin d’elle quand ça devenait trop chargé chez sa tutrice et que la nourriture se faisait rare. Maiko… c’était pratiquement ce qu’elle avait qui se rapprochait le plus d’une mère. Et tout cet amour lui faisait faire des conneries, comme s’infiltrer par la fenêtre, squatter un divan et se lancer dans un duel de sorciers des plus dangereux avec un membre du clan. Parce qu’advienne que pourra, devant le silence radio de sa chère et tendre, elle n’avait eu d’autres choix que de s’infiltrer au domicile familial et de trouver la source du problème! Si son amie ne voulait pas la déranger, alors elle serait celle qui se tape l’intrus, celle qui est tellement collant que vous n’avez d’autres choix que de lui dire ce qui ne va pas.

« Oui je veux !!! J’pari qu’il y a plein de nouveaux copains au parc!   » … et oui, elle faisait référence aux chiens. Quant à la mise en garde contre le plus pervers du clan, elle avait haussé les épaules dans un : « Oh tu sais, ça va. On a un deal lui et moi. J’le laisse dormis sur les monts Kiritani et il contrôle ses mains baladeuses. C’est legit. » … pas vraiment. Elle allait finir en prison comme une certaine enseignante de 23 ans…. Un sourire aux lèvres, elle avait ajouté : « Et puis tu sais bien que c’est mon plan B pour qu’on soit enfin de la même famille. T’as vu la nouvelle casquette que je lui ai choisis? Il va devenir tout un tombeur mon petit simba quand il sera roi! » … Mélange d’esprit fraternel, de côté pratique et de mère poule? Oui, elle avait pratiquement adopté les Kotani … elle les aimait déjà comme ses enfant, Yasuo devrait voir ça!  Elle s’était callé contre son amie, trop heureuse de cette promesse de sortie, et un brin inquiète de la fatigue qu’elle lisait sur ses traits.

Elle n’oserait jamais la brusquer, la forcer à se confesser… mais elle ne pouvait quand même pas la laisser être aussi triste…. Se décalant un peu en rougissant de plus bel à la mention de Mirai – parce que la dernière fois qu’elle l’avait vu…………..disons tout simplement qu’elle l’avait vu en version intégrale. « Mirai va bien. Tu nous manques. On a un plan pour infiltrer ton dortoir, n’ai crainte Raiponce! » Elle avait posé ses mains sur les joues de Maiko, apposant une pression pour la transformer en poisson, la fixant d’un air super sérieux tout à coup. Son cœur battait tellement vite à la mention de Mirai… mais elle ne pouvait pas en parler. Pas quand elle-même ignorait comme définir ce qui s’était produit. Plutôt que de confesser ce crime, elle avait offert, en maigre rédemption : « Tu dois pas te fâcher ok. Je vais marier Yasuo et devenir ta mère un jour c’est promis… Mais… » nouveau rougissement alors qu’elle baissait le ton, espérant que Ren soit trop concentré sur son jeu vidéo pour dénoter. « J’ai péché Maiko. Ici, dans ce sanctuaire d’amour Yasu-esque! J’ai eu des pensées impures pour un autre… un démon. J’te jure. Un monstre ignoble qui devrait être en prison pour être aussi beau. J’te jure. Je crois que j’ai rencontré Lucifer! … Et il est pote avec Ren. »


electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 1 Mai - 22:28
DOGS ARE GREAT, THEY WILL ALWAYS LOVE YOU

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident
Cette sortie, c’était une bonne chose. Ça lui ferait du bien de prendre un peu l’air avec Sae, s’occuper la tête autrement que par le travail. Alors, devant l’enthousiasme de son animal de compagnie préféré, de sa tant aimée Sae, un sourire s’était dessiné sur ses lèvres et elle lui avait papouillé affectivement les cheveux, derrière son oreille. Ça faisait combien de temps aujourd’hui que Sae était dans sa vie ? Longtemps. Elle ne comptait plus. C’était comme si Sae avait toujours été là dans le fond. Et là… elle le serait toujours n’est-ce pas ? Elle n’avait pas la force de perdre une personne de plus dans son quotidien. Si elle avait bien conscience de ne pas avoir été une amie très présente dernièrement, elle avait envie de se rattraper aujourd’hui en offrant à sa Sae la promenade de ses rêves. Ce n’était qu’un bien maigre merci en comparaison de tout ce qu’elle avait fait pour elle pendant toutes ces années. Sa présence suffisait à être synonyme de remerciements. Et puis, normalement, ce n’était pas à elle de prendre soin de Sae ?
Si, c’était son rôle. Et elle pouvait se fouetter mille fois pour ne pas l’avoir correctement tenu dernièrement « Je prendrai un frisbee. » … quoi ? C’était bien le frisbee, elles y jouaient souvent quand elles allaient au parc. Ce n’était tout de même pas de sa faute si cette conversation semblait bien trop étrange pour deux humaines. C’était simplement une question de tradition.

Comme une certaine paparazzi qui aidait Minoru dans sa perversité « T’es conscient que dans sa tête ça doit pas être toujours très correct ? » non, elle ne voulait pas s’imaginer ce que son frère faisait dans sa tête ou de manière plus active en pensant à son amie. Never ! Elle n’était plus si pure et innocente mais ça appartenait aux sujets tabous et traumatisants. Après les Moumoutier, elle avait eu son compte « Oh… c’est de toi ? » surprise ? Non, dans le fond, elle s’en doutait un peu que Minoru devait remercier Sae pour son style Barracuda… « C’est…. » joli ? « … surprenant. » pas vraiment unique mais surprenant oui… surprenant c’était un bon adjectif.

Et il collait aussi à ses joues rouges à la mention de leur meilleur ami. Fronçant légèrement les sourcils, intriguée par la gêne de son bébé, elle n’avait pas pu s’empêcher de la dévisager quelques secondes. Il y avait un souci avec Mirai ou elle se faisait des idées ? « Hum... » elle s’en faisait probablement un peu trop pour répondre correctement sur le coup « … bonne idée. » non pas bonne idée !!! Ne réponds pas n’importe quoi pendant que tu te perds dans les questions jeune padawan !
Mais si elle préparait une réponse plus sérieuse, ou plutôt la formulation d’une de ses nombreuses questions, elle n’avait pas véritablement eu le temps de la poser. A la place, elle s’était transformée en Polochon et une fois de plus, Sae avait semblé vouloir lui faire employer l’adjectif « surprenant ».
… ceci dit, ce n’était pas vraiment étonnant de le faire souvent avec la demoiselle…

« Quoiiiiiiiii ?!!! » … calme-toi Maiko, Sae ne sera jamais ta mère, tu le sais n’est-ce pas ?
Bien sûr, ce n’était pas ça le problème ! Sae était folle de Yasuo ! Quand il était dans une pièce elle ne voyait que lui. Une star, un Dieu ou une licorne à 3 têtes ne saurait pas se faire remarquer s’il se trouvait à un mètre d’elle. Alors qui ? Qui avait accompli l’exploit de filer ce genre de pensées à Sae ?
Choquée, elle s’en était même redressée dans le canapé pour s’y agenouiller, les yeux toujours rivés sur son amie. Si elle s’était rapidement demandée qui était ce Lucifer dont parlait Sae, la réflexion s’était lue davantage sur son visage à la mention de Ren. Pourquoi n’avait-elle pas cherché bien longtemps ? Dans les amis de Ren qui étaient déjà venus ici, ça ne pouvait être que le Serizawa qui pouvait se faire qualifier de Lucifer « Tu parles de Naoki ? » …………………… « Wait ! Whaaaaaaaaaaaaaaaat ? » son prénom prononcé ou non, Ren avait tendance à avoir l’oreille qui traîne. Mais quand on se mettait à parler de Naoki, il rappliquait aussitôt pour s’asseoir sur la table basse, verre de jus de fruits en mains « Tu stoppes tout de suite Bellatrix ! » Bellatrix ? « Quand Naoki vient, je suis the one ! Hors de question qu’il roucoule avec une Mangemort ! » est-ce qu’elle pourrait encore participer à cette conversation maintenant ?
Il y avait peu de chances. Mais elle pouvait s’occuper en se demandant si son frère était amoureux de son ami. Si Sae était malade. Ou si les Serizawa avaient un pouvoir secret sur la gente féminine.
Parce qu’elle fantasmait sur un Serizawa elle ?
Hein ? Non ! Lequel ?
black pumpkin


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 18 Mai - 22:04
 
Dogs are great ft. Maiko
SAEKO

Refouler ses sentiments, c’était probablement sa plus grande force, elle y arrivait tellement certainement, tellement vivement, qu’on pourrait à tort la soupçonner de tout prendre à la légère. Comme cette histoire avec Maiko, l’état de son amie la stressait au point où elle passait de longues heures à fixer son plafond en mode insomniaque, elle aurait vraiment aimé trouver une solution aux soucis de sa chère et tendre, lui ramener Yue sur un plateau, inventer la téléportation –ce n’était pas faute d’essayer mais, contrairement à Scotty de Star Trek, elle n’avait hélas pas de camarade avec une gueule de brocoli, elle était vouée à l’échec… Ainsi, faute de pouvoir y arriver, ou d’avoir les mots pour remonter le moral de sa maîtresse, elle avait préféré user de l’absurde, s’infiltrer sur son canapé, et la sortir avec la force si nécessaire! Ou pas trop… vu la façon dont les choses s’enlignaient. Plutôt que de contraindre Maiko à faire quoi que ce soit, elle s’était nichée contre elle, la tête bien blottie dans son cou, tel un chiot heureux, et c’était mis à agiter sa jambe en sentant les caresses sur sa tête… La Sae des plaines, un animal docile!

Et souriant. Parce que la pointe de malice que son amie avait mise à se moquer des choix vestimentaires dont elle affublait son cadet, elle ne l’avait pas pigé. En même temps, on parle de la fille qui a des cheveux arc-en-ciel, clairement sa notion de style était à l’avant-garde! Et c’est pourquoi, toujours souriante, cette gueule fière, elle avait osé ajouter : « Surprenant? Oh oui!! Je sais !! Je trouve aussi! Ça lui va super bien! Ça le rend mâle toutes ses couleurs! Un peu comme les oiseaux tropicaux tu sais, c’est toujours les plus colorés qui dégottent la femelle! » … Non Sae… non, ça risque surtout de le contraindre au célibat genre… à vie. Et de le laisser puceau dans l’haut delà! Joignant ses mains, elle avait même conclus, en faisant signe de croix « Que Yasu-God m’en soit témoin, si Minoru ne trouve pas du gibier femme avec ses couleurs de rut, je l’épouserai. J’veux dire, il a de l’ADN de Kotani, les gosses seront mignons. » De grande pensées… très grandes.

Et histoire de vraiment être bête, elle avait décidé de faire des réflexions débiles – qui pourraient un jour la faire enfermer - à voix haute, genre : « Tu sais, c’est dommage que Yasuo soit ton frère. Un tel canon sous son toit, ça remonterait le moral à n’importe qui… c’est bon pour le moral un peu de Magic Mike bridé! Un homme, un vrai! Pas un moche comme Ren! » montrer les crocs à son ennemi juré, un classique, avant de reposer ses iris sur son amie, soudainement frappée par l’illumination! … Dieu merci, le chef de famille était hors de la scène de crime, parce que pour sûr, elle se serait faite lapidée pour sa proposition : « Je sais! J’ai trouvé ! Ce qu’il te faut c’est un bonbon pour les yeux, un homme mature! … T’as vu le prof de danse de Mirai? Il est vraiment beau! Et chinois, c’est exotique! Et il s’habille aussi bien que Minoru! » … Ou Daisuke la tuerait, au choix. S’il fallait qu’elle joue les marieuses entre Xialei et Maiko…

Il semblerait que le Serizawa devenait un thème parce que, devant les questionnements de sa douce moitié, sur Mirai, questions qui auraient pu la faire rougir de gêne en repensant à leurs activités ‘’amicales’’ de leur dernières rencontre, Sae avait décidé de jeter sous un bus au moins une portion de ses péchés. Pas celui-là, pas Mirai. Parce qu’elle avait tellement peur de tout bousiller, de s’imaginer que ce plongeons était une fabulation de son esprit, d’oser de donner l’illusion qu’il allait lui revenir… Son cœur ne supporterait pas de le perdre une seconde fois. Déjà qu’elle doutait qu’il lui reste des larmes depuis la première. Ainsi, pour sauver sa peau, elle avait fait comme toute pècheresse devant un prêtre elle avait trouvé en Naoki Serizawa une autre faute à admettre. Et devant la question de son amie, elle avait rougit jusqu’à la racine des cheveux avant de se lever d’un bond pour répliquer au serpentard qui l’accusait! « Oh ça va t’arrête de brailler Londubat! De un si j’étais Bellatrix j’aurais mille fois plus de chance que toi de me ramasser Voldemort ton pote. Et de deux, tu vas le faire quand ton coming out? Tu sais, j’le sais depuis longtemps… »

Elle s’était ensuite assise à nouveau près de Maiko, l’attirant dans ses bras avec sa bouille de criminelle condamnée à mort. « Pardonnes-moi Bella ~ c’est le charme de rital, j’y peux rien tu le sais bien que je kiffe la pizza et les italiens depuis Mario Bros. » … une excuse de merde, littéralement. « Mais je serai forte, j’vais marier dans la famille!! Je te le jure! Même Ren s’il le faut….   »


electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 31 Mai - 20:12
DOGS ARE GREAT, THEY WILL ALWAYS LOVE YOU

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident
Les quoi ? Les oiseaux tropicaux Maiko. Sae vient de comparer la séduction aux parades des oiseaux... quelque chose comme ça. Parti de là, ce ne serait pas étonnant si elle apprenait dans quelques temps que Sae s'était trouvée un professeur en séduction italien. Mais ne parlons pas de ce qui était ignoré pour le moment. Pinçant les lèvres dans une moue, la Kotani avait fini par hocher doucement la tête. Elle n'allait pas contrarier son amie d'enfance... oui, même si elle avait fait de son petit frère un adolescent au look unique qui le condamnait à une longue carrière dans le statut de puceau. Pauvre Minoru, il luttait déjà bien assez tout seul pour conquérir la femelle.
Si Maiko ne pouvait pas déterminer de manière certaine l'expérience de son cadet, elle misait sur le fait que ce Kotani là n'avait encore jamais donné son premier baiser. Il en était peut-être encore à la période où on s'entraînait sur son oreiller. C'est sûr, lui ne s'était pas laissé séduire par une russe peu fréquentable qui maltraiterait son coeur.
....
Oui, bon... au moins, elle avait de l'expérience dans un lit.

Si elle n'avait pas répondu plus que ce hochement de tête pour les couleurs tropicales, la suite lui avait fait ouvrir les yeux un peu plus grand pour un instant. Sae ne venait-elle pas de s'engager à épouser Minoru ?
Si.
Le mot qui s'imposait alors était Mazeltov non ? Ou "bienvenue chez les Kotani !"
Mais ce qui lui avait vraiment fait retrouver la parole, c'était la suite. Impossible de garder le silence quand on essayait de lui faire voir Yasuo autrement que comme son frère. Sa tête s'était reculée un instant, le choc s'était lu sur ses traits, et rapidement elle avait fait le signe de la négation à plusieurs reprises. Non. Jamais. Never ! Et ses oreilles s'étaient bouchées de ses mains pour s'éviter d'en entendre plus « Sae !!! » une protestation tandis qu'elle n'entendait ni la suite, ni la réponse d'un Ren attaqué « Une apocalypse et plus que nous deux ? Je préfère encore devenir cannibale que sauver l'espèce humaine ! » réponse à laquelle elle se serait demandée si son aîné s'intéressait réellement à la gente féminine de toute manière. Clairement, Ren préférait ses jeux videos et... Naoki... oui. Mais nous n'en n'étions pas encore là. Nous en étions à la Chine dont elle avait entendu les louanges en retirant les mains de ses oreilles.

« Tu parles de Li Xialei ? » oui, l'ami de son ancien patron. Ce Li Xialei là. Elle ne s'était ceci dit pas exprimée plus à ce sujet. Probable que ça lui faisait étrange d'avoir une relation un peu trop intime avec un ancien professeur qui avait de son côté une relation spéciale avec un ancien beau-frère. Le genre de relation où on pouvait se demander s'ils n'étaient pas en couple d'ailleurs « Je crois qu'il est déjà pris. Je ne l’intéresserai même pas. » ah ah ah vraiment très marrant jeune Kotani.
Et puisqu'on parle d'histoires d'amour masculines, tu ne veux pas plutôt te questionner sur les préférences de ton frère aîné ? Après tout, il n'a jamais ramené de femme à la maison et n'a à la bouche qu'un prénom masculin d'un faux italien.
Et si jamais elle ne se posait pas assez de questions, Ren avait manifestement décidé de l'aider à faire tourner sa petite cervelle « Mon coming out ? » prenant davantage ses aises sur la table basse, Ren n'avait pas mis longtemps à ajouter « Qu'est-ce qui se passe Bellatrix ? T'as peur de la concurrence ? Dans le fond, tu sais que j'ai plus de chances que toi de pécho Naoki ! » ................ et puis le vide dans son cerveau... Ren venait de dire quoi ?
Qu'il avait plus de chances que Sae de pécho Naoki.
Merci narrateur, elle avait compris au premier bug de cerveau. Et il était toujours en bug quand son amie avait retrouvé le canapé pour l'attirer à nouveau contre elle avec affection.

La solidarité Kotani avait voulu que ces mots ne tombent pas uniquement dans l'oreille de la cadette. Un Yasuo en seul pantalon de pyjama était arrivé dans le salon, avait démarré une salutation pour n'en prononcer que la première syllabe, avant que son regard ne passe de Sae à son petit frère aux propos étranges. Le silence, une expression indéchiffrable et puis il avait fait demi-tour.
Soit pour se vêtir davantage. Soit pour se recoucher et prétendre qu'il n'avait jamais rien entendu de tout ça, au choix.
Détournant son regard du couloir de son côté, elle avait reporté son attention sur la mangeuse de pizzas dans une moue étrange et sa bouche s'était ouverte pour répondre aux propos concernant l'italien... avant de se faire devancer par un Ren plus rapide qu'elle « Ni Naocalzone, ni Ren le magnifique pour toi ! » ... oui Maiko, clairement, tu n'as plus ta place dans cette conversation.
black pumpkin


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 6 Juin - 2:03
 
Dogs are great ft. Maiko
SAEKO

À voir comment elle adorait se chamailler avec un frère qui n’était pas le sien, on en venait presque à se demander si elle n’était pas une enfant perdue de maman Kotani. Après tout, elle avait naturellement contorsionné son visage dans une expression choquée de pure dégoût alors que le sorcier du salon profanait sa pureté de propositions scandaleuses. En cas de guerre nucléaire, elle préférait damner l’humanité plutôt que d’approcher à moins d’un mètre du fleuriste. D’ailleurs, elle l’avait dévisagé, déterminée à avoir le dernier mot dans un : « Parce que tu penses que j’ferais ce genre de chose avec toi? Plutôt crever! Rappelles-moi de conserver des fines herbes et des épices pour t’assassiner et t’assaisonner en cas d’apocalypse! » oui… il était faible au pollen. Elle survivrait. Satisfaite de son effet, elle avait sourit de plus belle avant de reporter son attention sur sa meilleure amie, sa chère et tendre, qu’elle tentait apparement de jeter dans les bras d’un vieillard. Bah quoi! Sae, elle les aimait mature, à point, comme un bon vin! Et elle devait penser aux activités qu’ils feraient tous ensemble, oui, le mieux, c’était que Maiko se ramasse un pote pour Yasuo. C’était logique… Dommage que le prof de danse ne soit pas libre, il était vraiment bel homme.

Elle avait mordu sa lèvre, ne se laissant pas abattre par les insinuations de son amie : « Ah bon? … en même temps, un danseur, il avait beaucoup de chance d’être gay… j’aurais dû le deviner… » comme Mirai? Elle n’avait rien dit, rien du tout. Elle avait surtout tenté de ne pas laisser son esprit errer dans ce souvenir où le jeune homme n’avait absolument rien d’un amateur de saucisses. Et pourtant, c’était plus fort qu’elle, le rouge lui était monté aux joues alors qu’elle profitait de l’accalmie pour câliner Maiko une fois de plus, espérant noyer son trouble dans les bras de sa maîtresse. Une grande réussite! Et cramponnée à elle comme un enfant après sa mère, elle avait fini par chuchoter, d’un ton de confidence, des paroles qui aurait pu lui valoir une condamnation à mort si saint Yasuo les avait entendues : « Et ton ancien patron? Il est balaise à Tetris non? Ça vous fait déjà un point en commun. Il a une copine? Il pourrait être pote avec mon futur mari non ? »  Ah… ah… la bonne blague! Et pourtant, fut une époque où les deux beaux-frères s’appréciaient assez, époque révolue, une guerre civile existait désormais et une double date impliquant ces deux-là vous ferait presque espérer un avocat barbant!

Futur mari qui avait choisis ce moment, celui où la conversation avait tourné plus ou moins étrange – genre, Ren qui veut pécho un italien, pour surgir de nulle part, tel un ange de nudité, prêt à éblouir une pauvre Sae trop occupée pour protéger ses yeux de la perfection. Toute phrase, toute respiration s’était coincée, elle l’avait dévisagé comme s’il était la réincarnation du chris dans le salon. Oublié le rital, oublié le baignoire, oublié le prof de danse, l’ex-patron et Mirai, il n’y avait que cet homme tellement parfait qui…..tournait les talons comme pour épargner ses yeux d’une brûlure tant il était magnifique. « Woaah. » Sae… reviens ici, ne suit pas du regard le vieux grincheux, il va te battre, elle ne pouvait s’en empêcher, il était juste… juste… Yasuo, ça voulait tout dire. Elle se damnerait pour un tour de camion de construction avec lui! « Faudrait être malade pour vouloir manger italien ou à varier quand des hommes comme ça existent! » … oui, elle pourrait probablement arrêter de baver. Et pourtant, ça avait pris une bonne minute sans mâle dans son champ de vision pour qu’elle reporte son attention sur Maiko, sourcils froncés. « Comment je peux te remonter le moral? Le boulot c’est difficile, et là, avec la nouvelle que Ren nous balance… j’suis désolée que tu ais du apprendre que ton frère est gay sans café dans le corps. »


electric bird.
[/quote]
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 14 Juin - 9:33
DOGS ARE GREAT, THEY WILL ALWAYS LOVE YOU

Excepteur sint occaecat cupidatat non proident
Et c’était reparti pour la guerre. Dans ce genre de moments, il n’y avait rien à faire. On ne pouvait qu’attendre que chaque adversaire dégaine ses armes. Ensuite, on regardait les premiers coups sans intervenir, parce que ça ne servait clairement à rien. Et surtout, on ne pensait pas à la disparition de l’un des deux camps que la guerre était terminée. C’était faire preuve de naïveté devant une guerre éternelle qui reprenait à chaque rencontre. C’était assez étrange quand on y pensait. Ren et Sae avaient pourtant de quoi s’entendre. Mais non, allez savoir pourquoi, ces deux-là passaient toujours leur temps à se chamailler.
Arranger les choses ?
Trop tard. Ren en faisait une question d’honneur et après aujourd’hui, toute tentative serait vaine. Parce que ce que Maiko ignorait, c’était que d’un simple « Naoki », Sae venait de se faire un ennemi mortel. Certes, elle n’atteindrait pas le niveau de rivalité d’un Kô ou d’un Mikio, mais elle serait désormais perçue comme une menace. Ce rôle, elle avait commencé à l’endosser des jours plus tôt, dans une salle de bain qu’elle partageait avec un italien « Mais looooool ! MDR ! Tu sais quoi ? Moi, même pas jte bouffe ! C’est un coup à faire une indigestion ! J’me servirai de toi comme hameçon pour la pêche aux requins ! » question de survie, sur une île déserte, si on n’était pas habitué à l’agitation, il était déconseillé de se retrouver avec ces deux-là.
Et avec elle ? Mrs Conneries ?
… elle serait une excellente survivante !

La priorité pour l’instant était visiblement de raconter de la merde. Elle n’avait pas mieux à faire ? « Mouais… » non, ce n’était pas spécialement comme ça qu’on voyait qu’il était gay. Non, pas parce qu’elle avait des tas d’amis danseurs et très hétéros mais parce que… connerie en vue… « C’est qu’il a l’air très proche de son petit ami. Je l’ai vu qu’une fois, ou deux, mais ça se voit tout de suite qu’il est fou de son chinois ! » ah ah ah … Daisuke pouvait tuer pour ça tu sais ? Rien à foutre ! Il n’avait qu’à pas se barrer ce con ! « Bon, il n’est pas spécialement mignon et puis il a l’air vraiment très con mais je suis sûre que le Professeur Li lui trouve beaucoup de charme. » Maiko, Maiko, Maiko, cette plaisanterie n’amuse que toi ! « Et puis tu sais, je pensais pas, mais un gras peut plaire à un sportif, comme quoi ! » … Daisuke était vraiment très vilain hein d’être parti sans prévenir ?
Rien à faire ! Il pouvait se peler le cul en Laponie si ça lui faisait plaisir ! Et puis, ce n’était pas comme si il avait des comptes à lui rendre de toute manière !

Trêve de plaisanteries jeune fille, Sae te cherche un homme. Et évidemment, quand elle le fait, elle te propose celui que tu viens de définir en couple avec le chinois ! « Mon patron du McDo est marié et père de deux enfants. » … ok, elle ignorait si celui-là jouait au Tétris… et oui, elle le savait probablement qu’elle ne parlait pas de son patron de chez Ronald… mais Daisuke, ici, c’était un peu comme Voldemort chez les Weasley, il ne fallait SURTOUT PAS prononcer son nom !
Oui, sans compter sur le fait qu’il n’était pas du tout son genre, trop gras, trop con #deni #jesuisyue

Enfin bref, une fois l’entrée de son frère à demi-nu, tout le reste n’avait plus eu d’importance pour les yeux de Yue. Prête à aller chercher des glaçons, un verre d’eau froide ou n’importe quoi pour sauver son amie, Maiko l’avait guetté d’un œil jusqu’à ce que son frère reparte vers des contrées plus couvertes. L’inconscient. Le fou ! Après la perte de Yue et Kô (etdeceluidontonnedoitpasprononcerlenom), il voulait qu’elle perde Sae d’une hémorragie nasale ? « Faudrait avoir des pulsions suicidaires pour vouloir bouffer d’la Mangemort. Ren le Magnifique a des goûts plus raffinés ! »« Sur ce, Athé Debila ! » Athé ?
Avé… quelque chose comme ça probablement… puisque dans un salut faussement romain, le Ren était retourné en cuisine pour prendre son petit déjeuner. Reportant une nouvelle fois son attention sur son amie après le départ de son « jumeau », elle avait répondu d’abord par la fin « Ah ah Ren n’est pas vraiment gay… enfin je crois…  » … oui, il l’aimait vraiment beaucoup son Naoki… mais quand même, si Ren aimait les hommes, elle serait au courant… non ?
Ne venait-il pas en quelque sorte de l’admettre ?
Ouais… mais c’était Ren !
Trop de questions ! Trop compliqué ! « J’ai envie de prendre un marteau et de jouer au jeu de la taupe…. » de la violence, toujours de la violence, pourquoi ?

« Mais on peut aussi prendre un petit déjeuner devant un film… » passer du temps avec son amie, c’était le point commun. Ça lui ferait sûrement du bien, c’est vrai, mais pour être tout à fait franche, elle culpabilisait. Cette impression de délaisser Sae ces derniers temps, elle ne l’aimait pas du tout.
black pumpkin


 
Dogs are great, they will always love you ft. Maiko
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» i love nordique dogs
» [Fauteuil] Love by Sandro SANTANTONIO
» [Lampadaire] The Great JJ by Centro stilo I-Tre for I-Tre
» [Vase] Love is Blind by Jessica LERTVILAI
» [Chaise] Origami Chair by the group Form Us With Love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Shinjuku-