This is an intervention || ft. Jaemi ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 4 Mar - 21:08
 
This is an intervention
Jaemi ♥


Ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait devant cette porte. Ce n'était pas première fois que son poing se levait pour se rabaisser. Ce n'était pas la première fois que ses yeux se tournaient avec hésitation vers les escaliers dont il venait. Et se dire que c'était peut-être une erreur, il l'avait déjà fait. Mais pour ça, il n'avait pas eu besoin de venir jusqu'à la porte de cet appartement.
Il se l'était dit en montant dans cet avion avec Jung Min, il se l'était même dit en prenant leurs billets. Et cette idée revenait régulièrement depuis qu'il était à Tokyo.
Peut-être qu'il devait faire demi-tour.... Rentrer à Busan, faire comme s'il n'était pas venu ici. C'était probablement mieux comme ça.... Pour Mikio, ça le serait en tout cas. Et pour lui... il manquait probablement de courage. Trouver la force d'être celui qui viendrait gâcher la vie que son meilleur ami s'était trouvé au Japon, il n'était pas certain de l'avoir. Il n'était même pas certain d'avoir encore aujourd'hui ce rôle de meilleur ami.

Mais comme la dernière fois où il s'était retrouvé devant cette porte, il entendait Jung Min lui dire qu'il avait honte de lui. Tout comme il l'avait fait la veille en lui soulignant que Mikio devait être rentré maintenant, en ajoutant qu'il aimerait ne pas le prendre pour la fille du poissonnier d'ici à ce qu'il le revoit enfin.
Et sans doute que depuis plusieurs jours maintenant, il n'avait plus l'excuse fournie par cette concierge étrange la première fois qu'il était venu. Mikio était parti en vacances avec son colocataire, il ne l'avait loupé que d'une heure. En se dépêchant, il aurait pu le rattraper à l'aéroport mais il avait préféré rentrer dans l'appartement qu'il avait loué pour quelques temps. Il ne s'était pas vraiment senti plus confortable avec ce sursis. Il savait qu'il devrait bien voir Mikio à un moment. N'était-il pas venu pour ça après tout ?

Si. Mais il avait également conscience que les mois qui avaient passé... ces deux années...
... Il aurait dû prendre son téléphone et l'appeler. Mikio méritait de savoir. Il ferait ensuite ce qu'il voulait.
Lui, il n'avait même pas l'excuse de dire qu'il pensait que son meilleur ami rentrerait bien un jour ou l'autre et qu'il pourrait lui annoncer la maladie de Jung Min de vive voix... parce qu'à l'époque, il le savait déjà que son meilleur ami ne rentrerait pas. Il avait déjà arrêté d'y croire et il avait commencé à se faire une raison.
S'il lui arrivait parfois de lui en vouloir, il s'en voulait tout de suite plus qu'il n'en voulait à Mikio. Parce qu'après tout, son frère de coeur méritait de garder ce qu'il avait trouvé si ça le rendait heureux.
De son côté, il ne pouvait qu'être heureux de savoir que quelque part, Mikio allait bien.

Il n'avait jamais fait de différence.
Au même titre que Jung Min, Mikio était son frère. Pour lui, ils étaient du même sang, ça ne changeait rien. Enfant déjà, quand on lui demandait combien il avait de frère, il répondait toujours deux, sans hésiter une seule seconde.
Alors de ça, Jae Min en était conscient. Il n'avait pas le droit d'en vouloir à Mikio de n'être jamais rentré, de ne plus avoir appelé, il ne pouvait même pas le blâmer de ne pas avoir été le soutien dont il avait eu besoin ces dernières années quand il ne l'avait pas été de son côté. S'il avait été réellement son meilleur ami... Mikio n'aurait pas eu besoin de partir non ? Ou plutôt, il serait revenu s'il n'avait pas trouvé tout ce dont il avait besoin ici.

Il avait conscience de trop vivre dans le passé. Il se rattachait à des souvenirs parce qu'il représentait les meilleures années de sa vie. Lui aussi, il aurait aimé pouvoir s'en détacher et porter son regard vers l'avenir. Mais son coeur n'avait envie de regarder qu'en arrière. Il ne pouvait pas blâmer Mikio pour être moins stupide que lui, pour ne pas s'attacher à ce qui n'existait plus.
Et s'il n'y avait pas eu la voix de son frère dans sa tête, si au fond de lui il n'était pas conscient que Mikio devait au moins savoir, il n'aurait probablement pas frappé aujourd'hui.
A trois reprises avant de se faire une raison. La deuxième fois pour être certain, la troisième pour avoir le droit de dire à son frère, sans mentir, qu'il avait réellement essayé.

Il avait pensé demain et il s'était finalement détourné vers les escaliers qui l'avaient tenté plus tôt. Il ne pouvait pas rentrer à Busan sans avoir vu Mikio. Ou plutôt, il ne pouvait pas ramener Jung Min chez eux sans qu'il ait passé au moins un peu de temps avec son ami. Alors il s'était persuadé qu'il aurait le courage de répéter le même manège le lendemain et il avait descendu les premières marches, il avait passé un palier, avait descendu de nouvelles marches et en tournant sur un second palier pour descendre une autre série de marches, son regard s'était posé sur celui qui montait.
Bêtement, les pieds sur la première marche, la main sur la rampe, il s'était figé. Pendant les premières secondes, il avait été incapable de faire autre chose que de fixer ce visage venant tout droit de son passé.
Donc il existait bien toujours quelque part... ce meilleur ami....

Depuis combien de temps est-ce qu'ils ne s'étaient pas vus ?
Lui, il répondrait trop longtemps. Mais lui il n'était qu'un idiot qui avait même gardé ce manteau aux motifs léopard offert par son aîné. En fait, il était dramatiquement con au point de le porter aujourd'hui.
Mais il avait toujours été comme ça. Quand il s'attachait aux gens, il était incapable d'oublier que son coeur les aimait.
« Hyung... » il ne savait pas exactement au bout de combien de temps sa voix avait été capable de souffler ce simple mot sur un ton probablement attristé. Mais il ne savait pas non plus combien de temps il avait mis pour parler à nouveau et se rattraper d'une manière plus légère « T'as bronzé. » les vacances ouais. Mais parce qu'il ne s'était probablement pas assez rattrapé, il avait enchainé sur un « T'as passé 5 ans à te dorer le cul avoue. » Voilà. ça c'était plus lui. Avec un sourire et une tête qui se secoue d'un air navré « Qu'est-ce que j'vais faire de toi ? »

De la peine. Il allait lui faire de la peine. Mais pas forcément maintenant.
Est-ce qu'il ne pouvait pas aujourd'hui juste se contenter du fait que son imbécile de meilleur ami était bien là, sous ses yeux ?

electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 5 Mar - 1:56

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Il n'avait pas mis trop de temps à revenir. C'était des courses éclaires qu'il avait fait. Lorsqu'il était parti, le frigo n'était pas vide, loin de là. Ils pouvaient encore tenir jusqu'à la fin de la semaine. Mais quand Mikio l'avait ouvert pour prendre une canette de coca, son regard s'était arrêté sur l'étagère du haut "presque" vide. Il ne restait que quatre yaourts et deux yops. Seulement deux yops !! La panique avait frôlé de près le Coréen. Non, Mikio n'était pas devenu addict aux yaourts à boire... mais son colocataire ne s'était toujours pas soigné. Son colocataire... Naoki... Hum. Bref, ce n'était pas la question et le "biiip" du frigo que l'on pouvait traduire par "ferme cette porte crétin où tu vas vraiment créer une pénurie de nourriture" l'avait tiré de ses pensées. Il n'y avait presque plus de yaourts, c'était ça qui était important sur le moment. Et les choses avec Naoki avaient largement évoluées depuis... largement était peut-être un peu faible. Mais ils n'étaient plus à cette époque où le plus vieux trouvait que son cadet consommait trop de laitage. Aujourd'hui, il était bien trop heureux quand il le voyait manger un yaourt de bon coeur... Mikio avait bien trop lutté pour que l'étudiant retrouve un semblant d'alimentation. Alors il avait enfilé sa veste, caressé le crâne de leur fils en lui promettant qu'il revenait vite et il était parti. Ce soir, quand Nao rentrerait, l'étage du haut serait rempli.

C'était avec ce sentiment de mission accomplie qu'il s'était engagée dans leur bâtiment, satisfait d'avoir trouvé une nouvelle marque qu'il avait hâte de faire goûter à son protégé. C'était en imaginant sa tête et ce sourire approbateur qu'il avait pressé le pas pour ne pas que sa bonne humeur soit gâchée par une rencontre malencontreuse avec Sharky. Ces quelques jours loin de leur concierge mal aimée n'avait pas été de trop... Ceci dit, Mikio n'avait pas trop à se plaindre : il constatait de cette vielle folle ne faisait pas systématiquement le déplacement pour ses belles paupières. Elle avait visiblement un faible pour Naoki.... et pour cette raison, elle méritait réellement que Mikio réexpérimente une recette pour se débarrasser d'elle. Mh. C'était en mûrissant cette idée démoniaque que le chanteur s'était engagé sur le premier palier vers leur appartement. Et c'était surtout sans se douter un instant de qui il allait retrouver sur le prochain qu'il avait continué de grimper....

Jusqu'à ce qu'une présence ne lui fasse relever la tête. Ce n'était pas l'instinct ou un pressentiment quelconque... Seulement la politesse quand il pensait tout naturellement croiser un voisin qui sortait à son tour. Même Lee Ji Hoon, il l'aurait salué. Même froidement. Mikio était poli. Mais le visage sur lequel ses yeux s'étaient alors posés n'était ni celui du sino-coréen ou de l'un de ses frères, ni celui de la charmante voisine de l'étage, ni aucun autre visage appartenant à ce bâtiment... Et pourtant, il était cruellement familier.
Le pied engagé sur la prochaine marche, Mikio avait figé tout mouvement et son coeur avait loupé un battement. Celui qu'il avait en face de lui... Ca ne pouvait pas être.... Non. Il rêvait. Il hallucinait. C'était totalement impossible.... Il devait faire les frais de sa propre cuisine criminelle, il n'y avait pas d'autre explication que...

Hyung....

Cette fois, il ne sut pas si son coeur avait loupé un battement où s'il s'était serré atrocement fort. Probablement les deux... mais si ses paupières s'étaient davantage ouvertes, ses mains avaient faits de même sous le choc et le sac de course lui échappa. Le fracas de ses achats dans l'escalier ne suffit pas à lui faire détacher son regard de ce visage qui semblait trop lointain pour être réel pourtant... Il eut beau cligner très fort des yeux pour s'assurer qu'il ne délirait pas, il était toujours là, devant lui. Et ce mot résonnait encore dans ce silence qui venait de s'installer tandis que les deux hommes se dévisageaient bêtement. Depuis combien de temps ne l'avait plus entendu ce mot là ? Si longtemps.... trop longtemps.... Et c'était juste... incroyable.
Non, il n'y croyait pas. Là, devant lui... ça ne pouvait pas être...
Jae...
Jae Min.... Hwang Jae Min...
Son meilleur ami....

Impossible. Impossible. Ca n'avait pas de sens. C'était peut-être une erreur... Peut-être qu'il s'agissait juste de Yasuo et que le manque lui faisait voir un mirage. Si c'était le cas... c'était un mirage trop cruel. Mais le ton qui avait ensuite résonné dans ses oreilles accompagné de ce sourire encore familier n'avait fait que lui serrer plus le coeur avant que son cerveau ne commence à bien vouloir l'autoriser à y croire. Il n'y avait que Hwang Jae Min pour dire une bêtise pareille. Même après cinq ans....
Cinq ans...
Aie....
Non, il n'avait pas oublié. Les années, il les avait aussi compté. Le temps, il l'avait senti passé. Et plus il défilait, plus penser à Busan était devenu douloureux. Il s'était voilé la face pour ne pas trop voir qu'il avait quitté la maison trop longtemps.... mais plus que ça. Qu'il y avait laissé son meilleur ami. Seul. Sans nouvelle.
Si leur dernier appel remontait à moins d'années, c'était déjà trop, il le savait. Mais cela faisait quand même cinq année qu'il ne l'avait pas vu. Toujours sans être capable de prononcer le moindre mot, Mikio l'avait scruté et une question idiote lui avait traversé l'esprit. Quel âge avait Jae maintenant ? C'était un garçon de 17 ans qu'il avait quitté ce jour-là quand il était parti pour Séoul à la recherche d'un boulot. Il l'avait appelé tous les jours pour lui faire part de sa loose incommensurable mais dont il savait aujourd'hui qu'il ne la devait qu'à lui et sa mauvaise volonté. Il s'était revue lui dire qu'il allait rentrer parce qu'il n'avait de toute façon plus d'argent pour rester à la capitale... avant de lui annoncer son départ précipité pour le Japon. Un mois, il ne devait pas resté plus longtemps.... et aujourd'hui, ça faisait cinq ans. Le garçon de 17 ans qu'il avait laissé, c'était aujourd'hui le jeune homme de 22 ans qu'il avait désormais devant lui. Il avait grandi et le constater lui avait fait quelque chose. Quelque chose comme une sacré claque... Pourtant, il n'avait pas tant changé que ça. Voir pas du tout. Celui qui était dans cette veste léopard aussi bien trop familière avait cette même attitude insolente mais que le chanteur avait toujours aimé.

« Jae...? »

Il n'était même pas certain que sa voix ait quitté sa gorge. Il n'était probablement toujours pas sûr de ce qu'il voyait. Jae était là et ça n'avait toujours aucun sens pour lui. Comment pouvait-il se tenir là devant lui ? Comment... ? Sa mère lui avait probablement donné l'adresse. Ou Alex s'était débrouillé pour la trouver. Les deux étaient parfaitement plausible... mais ça ne faisait pas plus de sens pour l'aîné. Parce qu'au fond, Mikio savait très bien... que ça n'aurait pas dû être à Jae de faire le déplacement. Que ce n'était pas normal. Qu'il était celui qui aurait dû rentrer... Depuis longtemps. Une nouvelle pointe terrible transperça sa poitrine. Son nez le piquait....
Cette veste.... Pourquoi il l'avait gardé ? Tout comme ce sourire... Pourquoi il le lui adressait ? Mikio ne comprenait pas. Parce que ses retrouvailles, malgré la peur qui lui rongeait le ventre depuis des années, il ne les avait que trop souvent imaginé. Il rentrait à Busan et se pointait chez son meilleur ami. Dans le meilleur des cas, Jae lui collait une bonne raclée pour lui faire payer son absence et lui pardonnait... dans le plus probable, Jae lui en voulait encore et ne lui pardonnait pas. Dans le plus probable, dans celui auquel il s'efforçait de ne pas penser parce qu'il était terrorisé à l'idée que ce soit réel... Celui qu'il appelait meilleur ami mais qui était plus que ça, son frère, son allié, sa seconde moitié coréenne.... ne l'était plus. Rien de tout ça. Parce que Jae avait le droit de le détester. Il avait le droit de l'avoir rayer de sa vie pour avoir hérité d'un meilleur ami aussi pitoyable....
Qui laissait une personne si chère à ses yeux sans nouvelle pendant 2 ans et se permettait de parler de lui encore aujourd'hui comme si tout allait bien ?
Il n'y avait qu'un abruti comme lui.....

Alors ça ne faisait aucun sens qu'aujourd'hui, Jae Min se tienne devant lui comme si de rien était. Exactement comme Mikio pouvait parler de son meilleur ami à Naoki... Comment pouvait-il juste lui parler aussi normalement de son bronzage ? Oui, c'est vrai. Il rentrait d'Australie avec Naoki. Cet endroit où il avait rêvé d'aller avec Jae quand ils étaient plus jeunes... Oui, c'est vrai, il s'était bien doré le cul comme il le disait si bien, alors que... que... que quoi ? Qu'il aurait juste dû rentrer. Téléphoner à Jae. Etre simplement ce meilleur ami qu'il prétendait être depuis des années mais qu'il n'avait plus le droit de demeurer...

« Tu... » Qu'est-ce qu'il faisait là ? C'était probablement ce que sa voix misérablement faible avait tenté de dire une première fois. Avant que sa bouche ne se referme et que ses yeux ne le piquent davantage. Ses dents s'étaient plantées très fort à l'intérieur de sa lèvre mais ça n'avait empêché la suite de s'échapper... Même si pour ce qu'elle était, elle aurait simplement pu ne pas exister : « Merde.. »

Merde. Cinq ans d'absence et c'était tout ce qu'il trouvait à dire. Trois mots et aucun qui n'était bon... Pourtant, des choses, il y en avait des tas à dire. Il en avait tout un océan sur le coeur et les premiers qui lui venaient à l'esprit, c'était des excuses... mais Mikio n'avait même pas été fichues de les prononcer tandis qu'il continuait de fixer désespérément celui qu'il avait tellement eu envie de revoir durant ces dernières années.... Mais comment Jae pourrait-il croire une seule seconde qu'il lui avait terriblement manqué quand la seule chose qu'il lui avait adressé depuis deux ans était un putain de silence radio ? Mikio était un sale con. Et le plus gros des abrutis pour avoir autant envie de pleurer à cet instant....

©LULEABY
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 5 Mar - 18:04
 
This is an intervention
Jaemi ♥


C'était tellement bizarre de revoir Mikio après tout ce temps. Particulièrement quand, après cinq années, on avait fini par se faire une raison.
Forcément qu'ils allaient se revoir, les parents de Mikio étaient ses voisins !
Oui, c'était le genre de choses qu'il pensait au début. Les premières années. Quand ils se parlaient encore au téléphone. Mais avec le temps, ce "vraiment ?" avait terminé à la suite de cette affirmation.
Il avait commencé par ne plus en être si certain. Et puis Jung Min était tombé malade et toutes ses certitudes avaient volé en éclat. Pourquoi rien ne pourrait changer quand tout appartenait au passé ? Parce qu'il en avait envie ?
Il avait fini par apprendre que cette raison n'était pas suffisante. On pouvait souhaiter fort. Même implorer quand personne n'était là pour nous voir... il y avait des choses qui étaient destinées à nous échapper. Même si on s'y accrochait de tout notre coeur, on ne pouvait pas les garder sous prétexte qu'on avait toujours pensé qu'on ne pourrait jamais les perdre....

Alors Mikio, même si ses parents habitaient à côté, il ne pouvait plus dire "je le reverrai un jour de toute manière.".... Oui, probablement qu'ils y avait des chances qu'ils se recroisent un jour ou l'autre... mais il y en avait aussi pour que jamais plus sa route ne croise celle de la personne avec laquelle il pensait avancer toute sa vie.
Mais stupide comme il était... c'est vrai... au moins quelques minutes, en revoyant Mikio, il s'était surpris à chercher les brides d'un passé qui n'existait plus que dans son coeur. Il n'avait pas tant changé. C'était toujours le même Mikio. Il n'avait pas à se concentrer beaucoup pour les revoir sur cette plage où ils avaient toujours l'habitude d'aller. Ou dans les rayons de la boutique de son père à discuter musique. Ou encore autour de la table du restaurant qui n'était plus à son père. Il entendait encore ce dernier finir par l'interpeller en gueulant que sa pause avait assez duré. Et puis la voix de Jung Min répondait de laisser à Jae encore quelques minutes avec son amoureux. Il y avait un bout où il se foutait de la gueule de son frère avant de se tourner vers ce meilleur ami qui lui faisait à présent face pour lui dire de dormir à la maison ce soir.
Ouais. Ce genre de scènes, il était capable d'en revoir un paquet juste en fixant Mikio.
Et pendant quelques secondes, il avait oublié qu'elle se conjuguait au passé.
ça faisait du bien. Juste oublier. Avoir l'illusion pendant un temps trop court que rien de sa vie d'aujourd'hui n'était réel.
Il s'était trompé. Dans quelques secondes, son père, sobre, viendrait l'engueuler et lui dirait de bouger son cul de diva vers les cuisines.

Mais ils n'étaient plus à Busan. Mikio n'y avait pas mis les pieds depuis des années. Et il était le seul abruti nostalgique à porter un manteau auquel il avait toujours accordé une trop grande valeur sentimentale.
En dépit de son air surpris, Mikio avait l'air d'aller plutôt bien non ? Tant mieux... sincèrement....
Mais à nouveau, il n'avait pas bien compris pourquoi il était supposé casser tout ça. Si Mikio avait décidé de vivre ailleurs, de refaire sa vie, est-ce qu'il devait obligatoirement le ramener dans un passé qui n'existait plus.
Sans bouger de sa marche, il avait regardé les courses de son meilleur ami tomber. Il aurait dû prévenir. Evidemment, c'était plus simple pour lui de se pointer ici... il avait eu le temps de se préparer à revoir le visage de Mikio... même s'il commençait à se demander s'il parviendrait à le croiser un jour.
Mais ça lui aurait pris quoi ? 5 minutes de décrocher son téléphone pour annoncer qu'il comptait venir à Tokyo ?

Evidemment parce qu'il était un Hwang, parce qu'il était Jae Min en plus de ça, il ferait l'effort de garder l'attitude plutôt que de montrer qu'il souffrait. Alors à ce simple mot que son frère de coeur avait prononcé, il avait été le Jae de Mikio, le Jae de tout le monde. Les questions stupides, il adorait ça... « Non c'est ta mère ! » ... ça donnait le droit d'y répondre de manière stupide. Secouant la tête une nouvelle fois, il avait enchaîné rapidement comme s'ils s'étaient parlés il n'y a pas si longtemps que ça, comme si aucun malaise ne devait exister entre eux « Putain ta vue s'est pas arrangée avec l'âge ! » il voyait très bien. Il le savait. Mais Mikio, c'était l'aveugle et le muet. Il était plus certainement le second, c'est vrai....

Il ne s'était pas vraiment attendu à entendre une pluie de mots de la voix de son meilleur ami. En fait, il ne savait pas vraiment à quoi il s'était attendu. Il était dans le flou et même incertain que ses retrouvailles se fassent un jour. Evidemment, au bout de 5 ans, il ne fallait pas être naïf au point de penser qu'après quelques secondes, tout serait comme avant. Parce qu'il ne s'attendait plus à le revoir, ça devait également être le cas de Mikio qui avait oublié de rentrer....
Si la situation était inversée aujourd'hui, si c'était Mikio qu'il avait retrouvé sur le pas de sa porte, il ne savait pas comment il aurait réagi. Il avait fini par ne plus y penser après l'avoir tant souhaité.
... et si souvent il se surprenait à penser que la présence de son meilleur ami lui ferait du bien maintenant. Il se maudissait la seconde suivante d'avoir ses pensées de "pleureuse". Aujourd'hui, tout ce dont il devait avoir besoin, c'était de se tenir droit, de ne pas flancher. Il ne craquerait pas. Il se l'était promis deux ans plus tôt. Il avait refait cette promesse la première fois qu'il avait dû ramener son père du bar. Et même si tout le monde avait toujours pensé que quelqu'un comme Hwang Tae Hyun ne s'écroulerait jamais, il ne voulait pas abandonner sous ce prétexte que c'était ok de suivre le mouvement si son père aussi flanchait.

Même si maintenant il se retrouvait devant la seule personne avec qui il aurait pu mettre sa fierté de côté deux ans plus tôt pour lui demander de l'aider à tenir debout.
C'était différent aujourd'hui.
Sa main relâchant finalement la rampe, il avait descendu les marches jusqu'à croiser Mikio. Silencieux, il avait ramassé le sac, les courses, plusieurs bouteilles de yop échappées de leur paquet et il s'était efforcé de le faire sans avoir l'air troublé. Parce qu'il aurait l'air con avec cette gueule là quand il était celui qui débarquait à l'improviste.
Le dernier article rangé, il n'avait pas rendu son sac à son meilleur ami. Son regard s'était porté sur lui, il lui avait souri une nouvelle fois... il avait senti son coeur se serrer douloureusement dans sa poitrine mais il avait lutté. Les premières marches remontées, il s'était tourné vers Mikio pour reprendre la parole :

« On monte chez toi 5 minutes ? » oui, c'était un peu trop étrange de discuter rapidement avec une personne qu'on avait connu autant de temps entre deux étages... « Ils sont très beaux tes escaliers mais je connais déjà. » oui il avait eu le temps de les voir. Et aujourd'hui encore, il s'était demandé s'il ne verrait que ça au final.
Il pensait bien rester un peu au Japon mais ce n'était que dans le cas où Mikio s'y trouvait. Quel était l'intérêt autrement de se trouver ici ? Reposer un peu ses parents... oui... mais il redoutait que le prix pour ça soit de charger trop ceux de Mikio.

Il l'avouait, il était curieux de voir cet appartement, un bout de ce que Mikio avait trouvé ici pour ne jamais rentrer. Parce qu'en 5 ans, souvent, il s'était demandé ce que faisait son meilleur ami maintenant.
Alors il l'avait devancé, il avait monté de nouvelles marches jusqu'à dépasser le point où il avait bugué plus tôt. La scène avait beau lui sembler toujours aussi irréelle, il avait récupéré le rôle qu'il devait y tenir en ajoutant presque arrivé à l'étage de l'appartement de son meilleur ami « J'arrive pas à croire que toi, Park Mikio, t'as emménagé dans un immeuble sans ascenseur... et même pas au rez-de-chaussée ! » Le pied sur le bon palier, sa tête s'était tournée à nouveau pour avoir son illusion en vue avant d'ajouter « ça doit te tuer de monter ça tous les jours ! »

Il lui dirait. Il allait finir par lui dire. Mais pas maintenant. Pas tout de suite. Il le savait que ce goût de passé qu'il sentait encore n'était qu'un souvenir. Mais le Jae qu'il avait été, le Jae qu'il était aujourd'hui... aucun des deux n'aurait agi d'une manière différente.
Pourtant, c'était vrai, si cette scène s'était jouée cinq ans en arrière... quatre... ou même trois... il aurait peut-être commencé par lui dire qu'il lui avait manqué après quelques conneries en guise d'introduction. Mais aujourd'hui, il était trop fier pour dire ouvertement que si Mikio s'était trouvé une nouvelle vie au Japon, de son côté, il faisait toujours partie de la sienne et il le ferait toujours.

electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 11 Mar - 1:41

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Non, ça ne faisait pas de doute. C'était bien Jae Min. Et si son cerveau n'avait pas bugué à ce nouvel élément dans une équation qui lui paraissait jusqu'alors impossible... mais surtout s'il avait eu le droit d'agir comme si de rien n'était, sans doute que Mikio aurait sursauté à sa réponse. Pour la blague. Comme il l'avait toujours fait, qu'il s'agisse d'une farce ou d'une réelle menace de mort. Cette simple alerte qu'il l'avait fait détaler tant de fois par le passé.... Oui, Mikio aurait probablement ris s'il en avait eu le droit. S'il n'avait pas laissé 5 ans défiler comme un abruti, loin de celui qu'il considérait toujours comme son meilleur ami....
Pourtant un instant, son coeur et sa raison s'étaient troublé. Comme si, par ce simple mots, ils s'étaient permis de se bercer dans l'illusion que tout était normal. Qu'ils n'avaient pas perdu autant d'année... Que les choses allaient reprendre leur court et qu'ils allaient se mettre à rire après que l'aîné ait râlé.... C'était une douce illusion cruelle à laquelle il n'avait pas le droit de croire et pourtant à laquelle son coeur avait tenté de se retenir un instant... Parce que le Jae qu'il avait en face de lui... Même si ses traits avaient mûris, il n'avait pas l'air d'avoir changé. Pas plus qu'il n'avait l'air de lui en vouloir, ni de venir d'une Busan désertée par son pseudo meilleur ami. La visite de Jae semblait parfaitement anodine. Oui, dans quelques secondes, ils allaient probablement décider de manger un bout ensemble....

Enfin.... si Mikio se décidait à retrouver la parole un jour. Le chanteur avait toujours eu une excellente vue en dépit des apparences, mais il reconnaissait qu'à cet instant, il doutait de ce que ses yeux voyaient. Mais c'était bien sa langue qui a cette instant semblait la plus déectueuse... Pourtant, Mikio aurait sincèrement aimé avoir une autre réaction. Les mots, il aurait aimé les trouver... Des justes qu'il avait déjà souvent pensé... Beaucoup d'excuses, insuffisantes certes, mais que Jae méritait... « Pardon Jae, j'ai été un sale con pour plus t'appeler, mais j'te jure tu m'as grave manqué... » Sacrément con, ça il l'était. Ca ressemblait tellement à du foutage de gueule que Jae aurait eu le droit de le rouer de coups....
Finalement, ce n'était pas si mal qu'il se contente de le fixer comme un abruti. Le problème, c'est qu'il n'avait toujours rien dit même lorsque celui qui semblait être un mirage s'était rapproché. Il n'en avait pas été capable quand une trop grande partie de lui se demandait encore si cette scène, si absurde, était réelle... C'était bien son Jae oui, mais peut-être qu'il rêvait ? Ca n'aurait pas été la première fois... Il l'avait souvent vu dans ses songes son meilleur ami dans son nouveau quotidien... Il l'imaginait plus souvent qu'il ne le devrait, une vie idéale où Jae n'était pas si loin de lui. Il le faisait un peu tous les jours finalement, quand il parlait de lui innocemment comme s'il n'avait jamais coupé les ponts...
Couper les ponts... Non, ce n'était pas ce que Mikio avait voulu faire. Dans les faits, c'était un peu le cas... Mais non, c'était faux. Il n'avait jamais voulu le rayer de sa vie. C'était bien al dernière chose qu'il souhaitait... Chaque fois qu'il avait sa mère au téléphone, il prenait toujours le temps de demander comment Jae allait. Il se préoccupait toujours de lui. Secrètement, il s'intéressait encore à tout ce qu'il faisait... Dans l'ombre, il le suivait sur les réseaux sociaux. Il avait aimé chacune de ses cover sur internet. Certaines lui avaient même brisés le coeur.... Jae faisait toujours parti de sa vie. Mikio avait été trop lâche pour lui dire clairement qu'il avait trop peur de rentrer aujourd'hui... pour des tas de raisons qui n'excuseraient pourtant en rien un tel abandon. Mikio était un abruti, un vrai con pour avoir au mieux était capable d'appeler Alex pour prendre des nouvelles... Et l'hésitation régulière de son ami au téléphone lui avait longtemps fait craindre que Jae lui en voulait de l'avoir laissé... Et pourtant....

Pourtant, Jae se tenait se tenait devant lui. Ou plutôt derrière à présent, comme si tout était parfaitement normal. Il s'affairait à rattraper la maladresse de son aîné. Ses yeux avaient tout juste eu le temps de se baisser pour s'en rendre compte que Jae se relevait déjà et lui adressait ce sourire... Non. Mikio ne comprenait pas. Il ne le méritait pas ce sourire. Il ne méritait pas cette situation... Mais si elle était vraiment réelle, alors Mikio aurait voulu lui offrir autre chose que ce « Ah ... merci.. » et cette main tendue qui n'avait pourtant pas retrouvé son sac. Il lui avait adressé un regard confus... et c'est tout ?
Que quelqu'un l'achève. Qu'on le pousse dans les escaliers et qu'on le donne en pâture à Sharky... C'était tout ce qu'il méritait !! Sans rire... Même son père parlait plus que lui ! Et Dieu seul savait que le père de Mikio était né avec un forfait mot...

Malheureusement, l’aîné ne s'était pas montré plus brillant à la suite. A la question de Jae, il avait pris quelques secondes pour le fixer incrédule de ses deux petits yeux en amandes. Chez lui ?
... non chez la voisine...
Mikio n'avait même pas besoin d'ouvrir la bouche pour faire part de cette question idiote pour connaître la réponse de son de son meilleur ami. Mais il fallut que ce dernier remonte déjà les marches pour que le chanteur ne lui délivre une vrai réponse :

« Ah... euh... oui. »

D'accord, on faisait mieux et non Mikio n'était visiblement pas décidé à aligner plus de trois mots aujourd'hui. Mais au moins, il avait dit quelque chose. Et puis Jae avait raison : ils n'allaient pas rester là. Ok, pour les retrouvailles parfaites, ils repasseraient. Mikio les avaient déjà largement bousillé... mais il pouvait faire en sorte de ne le faire davantage... Alors, de façon parfaitement inutile parce qu'il lui avait déjà dit oui, le Coréen avait hoché la tête avant de lui emboîter le pas. Mais s'il n'avait rien ajouté, ce ne fut qu'au palier suivant que Mikio tilta. « T'es déjà venu ? » Est-ce que c'était ce qu'il sous-entendait ? Si oui, alors depuis quand Jae était-il au Japon ? Combien de fois avait-il essayer de le joindre ? Et pourquoi .. ?
Oui, allez chez lui, c'était finalement bien nécessaire s'il voulait discuter...

Montant les escaliers à son rythme, largement ralenti par le choc encore présent et la réflexion, ses yeux n'avaient pas quitté le dos de Jae Min. Il agissait comme si de rien n'était.... Sa façon de parler, d'agir... C'était comme si rien n'avait changé. Mais Mikio n'était pas l'aveugle qu'on voulait faire croire. Évidemment que des choses avaient changé. Beaucoup de choses... tout.... Tout ? Il y avait certaines choses que le chanteur souhaitait voir inchangées....
Peut-être qu'au fond, constatait que l'humour de Jae faisait parti de ces choses là l'avait un peu soulagé. Oui, c'était bien Hwang Jae Min. L'emmerdeur numéro 1 de Park Mikio.... Et arrivé à sa hauteur, il n'avait pas su retenir ce petit sourire. Sourire qui portait encore la marque de son trouble mais qui trahissait son soulagement après des mots qui pouvaient sembler dur pour certains mais qui étaient pourtant normal venant d'un Jae à son Hyung. Normale... Oui, la discussion l'était presque.
« La pub était mensongère, » déclara-t-il une fois à sa hauteur, pétant son score incroyable de 3 mots par phrases. « On m'avait parlé d'une piscine et d'un jacuzzi.... J'aurais dû me douter vu le prix. » Le pire, c'était probablement qu'il y avait cru jusqu'au bout à son spa privé. Jusqu'à passer cette porte devant laquelle il s'était retrouvé à présent. Mais au final, c'était bien plus qu'une piscine ce qu'il y avait trouvé.... Il haussa les épaules. « Je m'y suis fait. J'ai une réserve de ventoline dans ma chambre. » Est-ce qu'il avait vraiment le droit de répondre des bêtises à Jae ? De faire comme si de rien n'était ? Il s'imaginait bien que ça n'allait pas être aussi simple... Mais au moins jusqu'à ce qu'ils passent cette porte, il pouvait bien se prendre au jeu. Un jeu tentant dans lequel il avait envie de se perdre plus longtemps... C'était facile. Mais injuste.

A peine avait-il rentré les clés dans la serrure qu'il avait entendu pigner de l'autre côté. Mh. Comment Jae allait prendre qu'il avait un fils désormais ? Non, la vrai question était... qu'est-ce qu'il penserait du père ? Chaque chose en son temps. Jae avait 5 ans à rattraper de sa vie, tout comme Mikio de la sienne... tout ça en 5 minutes ? Vraiment ? C'était tout aussi aberrant que cette situation....
« Allez, voici mon antre, » déclara-t-il en ouvrant la porte. Leur, aurait était plus juste. Même s'ils n'étaient plus que deux aujourd'hui... Kô avait quitté le navire récemment pour Osaka. Jae l'aurait sûrement bien aimé... Mais il n'y avait plus que lui et Naoki. Et Umberto. Et ce dernier s'était chargé de faire lui même les présentations dès que son papa eut fait trois pas dans l'entrée, invitant Jae à le suivre. Il eut droit à des fêtes un peu trop joyeuses du chien qui sauta plusieurs fois entre ses jambes en couinant de bonheur comme si son papa était parti trop longtemps. « Je t'avais dit que je revenais vite, » avait-il soufflé en flattant la tête de son chien. Au moins, à lui, il tenait ses promesses.... Mais Umberto avait rapidement reporté son attention sur l'inconnu qui avait pénétré dans sa maison. Mais loin de lui de lui grogner dessus, il s'empressa de lui sauter entre les pattes au même titre qu'à son papa coréen, sa queue battant joyeusement l'air tandis qu'il réclamait des caresses de cet inconnu qu'il validait déjà un peu trop. L'instinct, ça devait être héréditaire.... Un large sourire avait éclairé la figure de Mikio sous ce spectacle avant qu'il ne se décide à faire des présentations plus officielles : « Jae, je te présente mon fils, Umberto. Umberto, voici ton oncle Jae ! » Accroupis à la hauteur du chien qui n'avait de cesse de faire des allé retour entre lui et l'autre Coréen, Mikio souffla entre deux caresses : « C'est le meilleur ami de papa. »

Son coeur s'était serré si fort. Est-ce qu'il avait vraiment le droit de dire ça ? D'affirmer une chose aussi sérieuse après avoir abandonné ce fameux meilleur ami ? Et le laisser sans nouvelle pendant plus de 2 ans ? Probablement pas. Mais il n'avait pas eu le coeur de le présenter autrement... Parce qu'il l'était toujours pour lui... son meilleur ami. Le chanteur avait construit d'autre liens au Japon, bien sûr. Sans parler de Naoki qui méritait un chapitre - voire 3 - à lui seul, il pouvait citer Kô, Haruto ou Kazuya... mais aucune de ces personnes, aussi importantes soient-elles, n'arrivaient à la cheville de son meilleur ami. Jae, il avait grandi avec. Ils avaient tout vécu ensemble... de leurs plus petits jeux et leurs premiers amours, puis leurs premières déceptions et leur soutien mutuel... Jae, c'était son allié à la vie, à la mort... Jae, c'était celui pourtant qu'il avait laissé derrière à Busan en fuyant son échec et ses responsabilité après l'effondrement de son rêve... Mikio avait été tellement égoïste... Il se maudirait toujours pour ça. Plus tard, il se détesterait même.... Mais pour l'heure, il s'était seulement redressé pour tendre le bras vers Jae, réclamant silencieusement sa veste pour le débarrasser. S'il avait accroché leur veste au porte manteau de l'entrée, l'aîné s'était attardé un instant sur les motifs léopards de celles de Jae... Un sourire emprunt de nostalgie cruelle avait étiré le coin de ses lèvres. Jae l'avait gardé... Il se souvenait que lorsqu'il lui avait offert, elle lui allait un peu grand. Comme un idiot, il n'avait pas conservé le ticket pour al changer. Aujourd'hui, cette veste lui allait parfaitement... Parce que Jae Min n'était définitivement plus ce garçon de 17 ans, mais bien un jeune homme... Qu'il n'avait pas vu grandir. Et cette pensées lui faisait affreusement mal....

Ébouriffant ses cheveux comme pour s’obliger à chasser cette idée qui le hanterait quand même très rapidement, Mikio était revenu vers Jae. Il n'était pas le seul à avoir gardé de vieux cadeaux. Mikio avait gardé des fringues, une casquette et surtout.... cette boucle d'oreille qui pendait actuellement à son lobe. Celle-là, il ne s'en séparé que très rarement pour ne pas dire jamais depuis que Jae la lui avait offerte... Il y tenait tellement. Non seulement, il l'adorait mais en plus... elle représentait beaucoup de chose pour lui. Il avait des l'idée de mourir avec ce bijou à l'oreille....

« Tu veux boire un truc ? »

Mourir c'était sympa, mais ça attendrait. Mikio avait fait signe à Jae de le suivre jusque dans la cuisine impécablement rangé telle un modèle Ikéa. Tendant sa main vers son meilleur ami, il demanda : « Tu me rends mes courses ? J'ai un gosse à nourrir.. » Et il ne parlait pas d'Umberto. Récupérant le sachet, il rangea dans le frigo avant d'en tirer une canette de coca. Posant son regard sur cette dernière, puis Jae, puis re la canette... Mikio grimaça. « ..... merde. » C'était décidé le mot du jour. Il y avait pourtant tant d'autres choses à dire mais là... la situation était critique : il y avait quelques années que Mikio n'avait plus de Pepsi dans son frigo.

©LULEABY
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 12 Mar - 11:34
 
This is an intervention
Jaemi ♥


Malgré le peu de mots de la part de son meilleur ami, il s'était obstiné sur la même lancée. Si son coeur se contredisait, son attitude restait la même.
C'était curieux. Mikio faisait partie de ses personnes dont on pensait que même si on ne les voyait pas pendant des années, on les retrouvait un jour comme si on les avait quitté la veille. Dans les faits, c'était comme ça que les choses se déroulaient. Comme si ses cinq années n'avaient pas été réelles ou comme si elles ne s'étaient pas déroulées sans la présence de l'autre. Mais dans sa poitrine, il y avait quelques petites pointes. Il avait beau être le même Jae, lui parler comme si tout était normal... au fond de lui, il le savait que beaucoup de choses avaient changé. Il le savait que leur relation ne pouvait pas être la même parce qu'il l'avait trop mise sur un piédestal pendant des années. Et cette nostalgie qui ne le quittait pas n'arrangeait rien. Quelques années en arrière, avant qu'il ne sache pour Jung Min, il se revoyait dire à Alex qu'il irait peut-être au Japon cet été.
A l'époque, il y croyait davantage. Quand Alex lui avait dit que ça allait lui faire bizarre de revoir Mikio après tout ce temps, il avait secoué la tête.
Il avait plaisanté. Il allait voir Mikio, se rendre compte qu'il avait passé des mois à bouffer de la merde et lui dire de bouger son cul pour aller courir avec lui. Et il l'éviterait, ce sentiment qui commençait à naître en lui. Tout serait exactement comme avant. Rien n'aurait changé... et il ne laisserait pas ce silence s'installer entre eux. Les appels qui lui manquaient, il irait les récupérer à Tokyo. Oui, à l'époque, il avait déjà de la peine... de la peine pour cette chose que Mikio lui avait retirée en partant. Ce lien qu'il n'était jamais supposé perdre.

"Mikio"
Il ne le prononçait pas correctement. Mais c'était l'un des premiers mots qu'il avait dit enfant. Quand sa mère lui parlait parfois de son meilleur ami, avec une certaine nostalgie aussi, elle se souvenait de ces années où ses premiers pas l'emmenaient souvent chez les voisins. Il y passait sa vie comme elle le disait. Plus tard, il se faisait souvent disputer parce qu'il y allait sans autorisation, sans prévenir personne. Et puis, on se disait simplement qu'il était chez les Park et qu'il était inutile de le chercher.
Il y avait eu cette dispute de gosse avec Jung Min. Son petit frère essayait de lui piquer son ami, il pouvait s'en chercher un autre.
Ce n'est pas mon ami. C'est mon frère.
Il n'avait jamais fait de différence. Et enfant, le terme d'ami ne lui semblait pas être assez fort pour définir l'importance que Mikio avait dans sa vie.
Il était trop con pour le savoir. Mais depuis ces mots-là, Jung Min n'avait plus dit que Jae Min essayait de lui piquer son ami. Non, c'était Mikio qui essayait de lui voler son petit frère.

Où elles étaient passées toutes ces années ? Ce temps qu'on lui avait volé pour lui donner en échange quelque chose dont il ne voulait pas au point de se perdre trop souvent dans des souvenirs qui finissaient toujours par lui faire de la peine.
« Ouais. » mais ce n'était pas important qu'il soit déjà venu. Il avait trouvé Mikio maintenant. Et puis, il s'était entraîné au courage de frapper à cette foutue porte. Oui, même si au final, aujourd'hui, il ne s'était pas senti plus détendu à venir « Alex et toi, vous êtes vraiment trop naïfs... qu'est-ce que j'vais faire de vous hein ? » d'Alex, juste d'Alex, Mikio se débrouillait ici, sans piscine et sans jacuzzi. Quand Jung Min et lui rentreraient à Busan, Mikio pourrait bien croire à l'existence du Père Noël « Ouais ? » mais avec un sourire de merdeux, il avait continué à jouer une scène sans cinq ans pour la séparer d'avec la dernière « Y'a pas que de ça que t'as fais des réserves si tu veux mon avis. » inutile de baisser les yeux vers son ventre, il n'y trouverait pas de bide. Mais il avait toujours aimé faire chier Mikio là-dessus. Et pourtant, il savait qu'il n'en ferait jamais un musclé comme Alex, son meilleur ami était trop feignasse pour ça. Pour lui faire bouger son cul, il fallait s'accrocher. Beaucoup de choses avaient changé mais il doutait très fortement que son aîné se soit mis au footing depuis pour courir tous les matins.

Avec son chien.
A peine rentré dans l'appartement, il avait vu l'animal débarquer pour saluer son maître. Aucune expression surprise n'était passée sur son visage. Parce qu'il le savait déjà que Mikio avait un chien. Ce n'était pas Alex qui le lui avait dit. Il n'était juste qu'un stalker navrant de l'instagram de son frère de coeur. Il devrait probablement punir Mikio pour ça... l'avoir transformé en collégienne qui suit la vie de Oppa à travers des photos. Il lui avait manqué, ça avait été plus fort que lui.
Avec la présence du chien, son regard n'avait pas eu le temps de se perdre sur les alentours et était d'abord resté sur cette scène attendrissante... même s'il ne fallait probablement pas trop le dire. Non, le canidé lui aurait laissé le temps, il en aurait plus probablement profité pour se foutre de son meilleur ami gaga. Pour ça, encore fallait-il que le poilu ne se décide pas à le ridiculiser en lui faisant la fête comme s'ils s'étaient déjà vus.
D'abord surpris, il avait arqué un sourcil. Mais la surprise face au dénommé Umberto n'avait duré qu'une seconde avant qu'il ne cède à s'accroupir pour dispenser à l'animal quelques caresses. Affectueusement, il lui avait gratté le cou et il nierait probablement l'avoir eu ce sourire pour traduire la pensée qu'il était définitivement trop mignon.
Il n'était pas une collégienne.

« Salut toi. » il aurait pu faire bien pire. Il l'aurait probablement fait, il aurait flatté l'animal en complimentant "papa" mais le papa en question lui avait fait relever les yeux vers lui « ... » il avait souri. C'était tout.
Son meilleur ami.
Après tout... pourquoi pas ?
Il employait bien toujours ce terme de son côté... ça faisait juste étrange de l'entendre de la bouche de Mikio... ça n'aurait pas dû le faire... mais oui ça le faisait... « Il est beau ton fils. Il a un prénom un peu spécial mais ça reste mieux que le lapin d'Alex. » Lady Di... sérieusement... y'avait qu'Alex pour donner des noms aussi cons à ses animaux. Comment s'appelait son dernier poisson rouge déjà ? Flic-Flac... ou windows xp... mais il en avait eu un de chaque.
Se redressant à son tour, il avait retiré son manteau après avoir récupéré son téléphone dans une poche pour le tendre à Mikio sans faire aucun commentaire. Tout le monde le savait qu'il y tenait à ce manteau, même s'il n'en parlait jamais, tout le monde le savait. Même sa mère qui n'y touchait jamais le savait. Il était toujours lavé à part, avec un traitement spécial... et parfois, quand elle le voyait avec, elle lui serrait le coeur d'un "ça me manque... de plus te voir avec Mikio..."... oui, lui aussi, ça lui manquait.

Enfin, son regard s'était porté vers l'appartement et il en avait fait une étude sommaire. Il n'y avait peut-être pas de jacuzzi ou de piscine, mais Mikio avait l'air plutôt bien installé. Mais son étude n'avait pas eu le temps de se faire dans les détails. Ramené par la voix de Mikio, il s'était contenté de hocher la tête avant de le suivre dans la cuisine. Et là encore, il n'avait pas vraiment eu le temps d'en faire une visite visuel approfondie. Après un « Non t'es trop gros. », il lui avait tendu ses courses sans supposer plus que l'évidence que Mikio était dingue de son chien. Et puis... peu de temps après... son regard s'était baissé sur la canette que Mikio tenait dans sa main, pour se relever vers le regard de son aîné... et s'abaisser à nouveau vers la canette « Depuis quand tu bois du coca ? » ... non, ce n'était pas la vraie question. La vraie question se cachait dans ce que ce "merde" lui apprenait déjà.
Dans un tic commun, sa langue s'était appuyée contre sa joue « Hyung.... » s'il y avait une chose que Mikio avait intérêt à faire maintenant, c'était foutre en un temps record de 3 secondes du pepsi dans son frigo « ... si je regarde dans ce frigo.... » ne regarde pas, ne regarde pas... « ... je vais y trouver du pepsi, n'est-ce pas ? » non. Et il le savait déjà. Les yeux de Mikio avaient déjà répondu avant même qu'il ne formule la question « Putain... t'as pas de pepsi ?! »

Non mais vu ce qu'il avait ramassé plus tôt, Mikio ne manquait pas de yaourts par contre.


electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 12 Mar - 15:34

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

La discussion était presque trop normale. Au moins Mikio avait retrouvé la parole... Mais parler d'Alex comme si de rien était, comme ils l'avaient toujours fait sur son ton amusé mais bienveillant... Ca l'avait fait sourire autant que son coeur s'était serré. Ils étaient dans cette cage d'escalier à Odaiba... Pourtant, si Mikio fermait les yeux et se concentrait uniquement sur la voix de Jae Min, il savait qu'il n'aurait aucune difficulté à se retrouver à Busan. Dans un des rayons calmes de la boutique de son père où ils se réfugiaient quand ils n'étaient pas dehors. C'était souvent là qu'il parlait de tout et de rien... avant d'aborder des sujets plus sérieux. C'était peut-être l'ambiance intimiste de la boutique qui avait cet effet... Ca lui manquait un peu. Beaucoup. Ces pauses dans leur vie d'adolescent. Ces discussions sur la plage où ils refaissaient le monde à leur façon. Le restaurant des Hwang lui manquait. Entendre le père de Jae râler, les railleries de Jung Min aussi... Au fond, il y avait tant de choses qu'il avait abandonné là-bas et qu'il savait qu'il ne retrouverait jamais au Japon. Alors pourquoi avoir tout quitté quand si souvent, et de plus en plus ces derniers temps, Mikio se perdait dans ses pensées, le regard droit sur l'horizon et songeait à Busan... jusqu'à ce que son coeur ne se serre trop et l'oblige à arrêter d'y penser. Parce que ça faisait trop mal. Tant de fois, il avait songé à rentrer sans être capable de le faire... Parce qu'à chaque fois qu'il renonçait, se convaincre d'être courageux devenait plus dur. Il avait eu le temps d'essuyer son échec là bas... mais ce temps qu'il avait mis, l'avait placé face à un nouveau.

Mais ça n'empêchait pas que Jae lui manquait atrocement. Même enfermé dans son illusion que tout irait bien, l'absence de son meilleur ami lui pesait. Ne serait-ce qu'avoir garder le contact avec lui au téléphone.... pourquoi n'avait-il pas été foutu de le faire ? Et maintenant qu'il retrouvait sa voix, son coeur était partagé entre deux rythmes. Jae avait toujours cette même attitude faussement moralisatrice alors qu'il était le plus jeune de la bande. Mais parce qu'en dépit de ses années en moins sa connerie légendaire n'avait d'égal que son grand coeur et sa volonté de prendre soin de ceux qui l'entouraient. Cet aspect là de sa personnalité, elle n'avait pas changé. Non, ça , ça ne pouvait pas avoir changé. Celui qui le raillait à présent sur pseudo surpoids et qui venait de faire lever les paupières au ciel de son aîné... C'était bien son Jae. Mikio avait retenu un sourire. Ca lui avait peut-être manqué de se faire traiter de gros. « C'est que du muscle ! Ca pèse plus lourd que la graisse. » avait-il rétorqué. De qui il se foutait ? Pas de Jae en tout cas... Parce que son meilleur ami aurait vite fait de le recentrer sur la réalité. Mais c'est vrai, Mikio avait repris du poids. Si ce n'était pas flagrant, il fallait remonter à quelques mois en arrière... et Jae ne se serait probablement pas permis un tel commentaire. Et Mikio savait qu'il ne l'aurait pas félicité pour cette taille plus mince....

En revanche, il acceptait avec trop de joies les félicitations concernant son fils. Oui, Umberto était beau. C'était le plus beau de tous les chiens, ça il en était convaincu. Mais voir cette si rapide complicité entre Umberto et celui qu'il avait osé présenter comme son meilleur ami l'avait touché. S'il les trouvait adorable, c'était un sourire malicieux qui avait étiré le coin de ses lèvres tandis que son regard ne perdait rien de l'attitude de Jae. Il le savait qu'au fond, Jae le trouvait beaucoup trop chou même s'il essayait de rester cool. « Moriarty ? » Hein ? Alex... Il avait bien un lapin qui s'appelait comme ça non ? « Moi j'aime bien, » avait-il en haussant les épaules et en souriant. C'était le côté british d'Alex qui l'avait toujours amusé. Et sans son extravagance, Alex ne serait pas Alex.
Mais pour revenir à Umberto, Mikio ébouriffa ses cheveux en zieutant leur chien. Il se racla la gorge. « C'est parce que... » c'est son autre père qui lui a donné ce nom. Mais il avait retenu cette explication là.... « ... il est italien ! » Un Jindo Coréen.... italien... Parfaitement. Se mordant la lèvre, il s'était efforcé de ne plus se frotter aussi nerveusement la nuque. Pourquoi avait-il tant de mal à parler de Naoki devant Jae ? Dire fièrement que l'autre papa était rital aurait sans doute était la première chose qu'il aurait dite normalement. Parce qu'il n'avait aucun mal à parler de son colocataire... Il en parlait même trop. En témoignait Mamie.... Mais face à Jae, ça bloquait. Il n'avait pas honte de lui... ni du reste....... mais peut-être qu'au fond il craignait la réaction de son meilleur ami. Qu'est-ce qu'il allait dire ou penser en apprenant que Mikio partageait sa vie avec un autre homme depuis plus d'un an ? Qu'il s'était autant rapproché d'un autre.... même si leur relation n'était pas comparable une seconde. Même si jamais, Mikio n'aurait défini Naoki comme étant son meilleur ami... Il n'était même pas son ami.... Mais ça, comment était-il censé l'expliquer à Jae ? Pas maintenant. Pas comme ça... Il devait encore digérer leur retrouvailles inattendues après tout...

Ainsi, une fois dans la cuisine, il avait à peine relevé la remarque de Jae. Il s'était juste contenté de le regarder comme il l'avait toujours fait quand il se prenait les tacles de son meilleur ami dans la figure. Sa tête s'était alors légèrement penché sur le côté comme il en avait la manie quand une chose le dérangeait ou le faisait tiquer. Mais il avait récupéré ses courses dans un « J'vois que le respect est toujours là. » Oui, il ne pouvait pas être plus dans le vrai... Jae Min était bien là devant lui. Et au fond, ça lui faisait un peu trop plaisir....
..... Même s'il aurait probablement préféré se planquer dans le frigo dès la première question. Le coca. Une simple canette et il était sur le point de déclencher une guerre.... comment n'avait-il pas pu y penser que lui proposer à boire avec son frigo actuel était terriblement dangereux ? Voire carrément suicidaire.... ? « ... » C'est vrai, à Busan, ils préféraient le Pepsi. Mais au Japon, il avait bien dû s'adapter quand ses deux colocataires carburaient à la boisson rouge et non la bleu... Mais pour le coup, il avait vraiment vu rouge à cette seconde question.... « C'est que.... »
Merde....
Oh merde....
Il était tellement dans la merde....
C'était le meilleur moment pour détaller à cet instant à vrai dire.... Mais refermant vivement le frigo et se plaçant devant comme s'il ne souhaitait pas que Jae découvre le pot aux roses, il avait agité ses mains devant lui comme tenter de calmer le jeu : « Non non ! C'est pas ce que tu crois ! » Il ne l'avait pas trahis, ça n'était pas volontaire... ! « Il se peut qu'il y ai eu possiblement une pénurie récente au Japon.... » En hochant la tête de cet air parfaitement convaincu.... c'est ça... rame.... « J'ai du sirop à la fraise... ? » Et coule....

Gardant la main soigneusement plaquer contre ce frigo pour prevenir d'un éventuel excès de colère Jaeminien – il ne le laisserait pas toucher au yaourt de Nao !! Ni à la chantilly !! - Mikio tendit l'autre main vers son meilleur ami. « D'accord, d'accord... je me ferais pardonner pour l'affront, ok ? » Il ne pouvait pas savoir que Jae allait débarquer du jour au lendemain... mais s'il devait blâmer son cadet pour avoir eu lui le courage de traverser la mer, alors on pouvait justement lui souligner que l'absence de pepsi dans le frigo était loin d'être la première chose que l'aîné avait à se faire pardonner. Osant s'éloigner du frigo, sa main sa main se pressa sur l'épaule de Jae. Il tenta de dissimulé sa fébrilité à ce contact qui n'avait plus existé en 5 ans... La serrant doucement il tenta un sourire qui trahissait toute la nostalgie de la proposition suivante : « Tu restes manger ? » Jae avait peut-être des choses de prévues... mais il ne pouvait définitivement pas le laisser partir au bout de 5 pauvres minutes.... « On a des choses à se raconter, pas vrai? » Tellement... Et pourtant Mikio ne saurait pas par quoi commencer. Mais il était curieux de savoir ce qui amenait Jae aujourd'hui...
©LULEABY
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 12 Mar - 20:04
 
This is an intervention
Jaemi ♥


Pour un peu, on se penserait réellement revenu 5 ans en arrière. A Busan. Dans n'importe laquelle de leur cuisine, à simplement raconter des conneries. Dans quelques secondes, Mikio ouvrirait le frigo et Jae lui demanderait s'il était certain de vouloir encore bouffer. Peut-être qu'il lui proposerait d'aller courir avec lui, ou de venir au taekwondo. Et il essuierait un air de motivation intense. Mais au final, ça ne l'agacerait pas vraiment. Mikio était comme ça. C'était sa grosse feignasse de meilleur ami et il n'en n'avait jamais voulu d'autre... il n'avait jamais pensé à recruter.
Mais ces 5 années qui les séparaient existaient bien. Tout ce qui s'était passé au milieu était bel et bien réel. Il ne pouvait pas l'ignorer simplement parce qu'il venait de rentrer dans l'appartement de ce meilleur ami qu'il avait perdu de vue. S'il pouvait faire semblant que tout était parfaitement normal, son coeur le savait lui... que le passé était un temps difficile à retrouver pour eux. Les choses avaient changé....
Jung Min ne serait pas malade aujourd'hui, tout aurait pu être différent. Oui, il aurait été blessé dans sa fierté mais se remémorer le temps qu'il avait partagé avec la personne en face de lui aurait été moins douloureux.

Peut-être qu'il aurait été capable de lui faire des reproches... quand maintenant, il se sentait injuste d'en formuler. Il aurait probablement eu plus de facilité à jouer les enfants jaloux si sa vie n'avait pas changé à ce point. Il n'aurait pas tenu, il lui aurait parlé de son compte instagram et par fierté, il aurait fait semblant de ne pas bouder sans être toutefois capable de cacher entièrement sa déception.
Parfois, il s'était senti ridicule à se demander si Mikio l'avait remplacé. Il s'était demandé en regardant ses photos... lequel a pris ma place aujourd'hui ? Pour lequel il ne m'appelle plus maintenant ?
Mais Jung Min était malade... et pour cette simple réalité, il savait qu'il n'y avait pas le temps pour ce genre de choses... être une pleureuse, il en avait encore moins le droit qu'auparavant. Même si son coeur souffrait d'une absence avec laquelle il n'aurait jamais pensé tenir avant, il n'avait pas le droit de s’apitoyer sur son sort.
Il avait 22 ans.
Et par moment, il avait l'impression d'en avoir plus du double... d'être ce père de famille que le sien ne voulait plus être.

« Ah non, Moriarty s'en est allé. Il a organisé une cérémonie la dernière fois qu'il est venu à Busan. Et puis il a dit qu'il ne mangerait plus jamais de lapin de sa vie. Tu peux être fier de lui, il a tenu presque une semaine. » Alex et les résolutions... ça ne marchait jamais bien longtemps, il était trop entier pour aller contre sa véritable nature, qu'importe la décision qu'il prenait il redevenait juste... Alex... « Ensuite il a adopté Lady Di. » cette adoption l'avait beaucoup aidé dans la perte de Moriarty. Et c'était vraiment bizarre... pas de parler d'Alex... mais de parler avec Mikio comme ça en caressant le chien au nom bizarre « Il te l'a dit ? » ... depuis quand Mikio parlait aux chiens ? Bonne question. Mais allez, celui là était assez mignon... très mignon en réalité pour qu'il se perde à ce point à le caresser. Et sans Mikio, il y serait probablement encore.

Son aîné aurait ceci dit peut-être préféré qu'ils soient encore avec l'italien sur pattes plutôt que de se retrouver dans sa propre cuisine à subir un nouveau commentaire sur son poids « Je me bats pour ça, tu le sais bien. » ouais il se battait pour le respect autant que Mikio était le modèle de la nouvelle campagne "manger, bouger".
Mais encore une fois, ça n'avait aucune importance. ça n'en n'avait aucune parce que Mikio, Park Mikio, son meilleur ami coréen... n'avait pas de pepsi dans son frigo. Alors certes il ne savait pas que le buveur de pepsi venait mais il ne voyait pas en quoi ça pouvait être une excuse. Arquant un sourcil, il avait jugé le protecteur de frigo, sans bouger. Du moins au début, parce qu'il avait bien fait ensuite un pas vers lui tandis que son aîné tentait de se justifier... pas très bien « J'vais t'en foutre moi une pénurie. » ce n'était que du pepsi.
Non, c'était le geste... c'était... attendez ... « Hyung, rassure moi, t'as au moins du kimchi là dedans ? Parce que là j'te préviens, je pars. Non, j'appelle ta mère ! » alors ça c'était moche, très moche « Du sirop à la fraise ? » sa tête s'était reculée légèrement et il avait dévisagé son frère de coeur un instant avec plus de jugement que d'incompréhension sur ses traits.

Ce n'était pas un drame.
Ce n'était pas un drame... et pendant quelques secondes... ça lui avait même fait du bien. Même si oui, autrefois, Mikio buvait du pepsi et pas du coca. Ce n'était peut-être que le plus petit changement dans le fond. 5 ans. C'était long.
« Du coca... tsss... » une tête qui se secoue, air désapprobateur, et c'était tout ce qu'il avait répondu à la proposition de son ami de se rattraper. Ceci dit, Mikio pouvait s'estimer chanceux que son cadet ne l'ouvre pas ce frigo.
Peut-être qu'il l'aurait fait si un geste ne l'avait pas perturbé, s'il n'avait pas dû mettre toute sa concentration à masquer ce trouble face à quelque chose venu tout droit de leur passé.
Il s'était efforcé de ne pas baisser les yeux vers son épaule. Ridiculement, son coeur s'était serré pour un geste supposé banal entre eux... et il lui avait souri sans être capable de mieux.
« ... » mais il l'avait fixé bien trop de secondes à sa proposition et il en avait mis autant à lui répondre. Son regard s'était baissé vers son téléphone pour en vérifier les messages et l'heure avant qu'il ne le range dans sa poche en hochant enfin la tête « Bien sûr... » oui, 5 minutes, c'était trop court... il pouvait bien s'accorder au moins ça... non ? Il n'était pas venu pour un bonjour et un au revoir... en fait, il était venu à la base pour quelque chose qu'il ne voulait pas mentionner dans leur conversation...

« Je cuisine. ça fait longtemps que je ne l'ai pas fait pour toi... » un simple sourire pour appuyer sa proposition et son regard se perdait ailleurs... sur quelque chose qu'il avait remarqué alors que la main de son aîné se trouvait sur son épaule.
Ce piercing... Mikio l'avait gardé et le portait toujours... « ... » il s'était répété de se calmer, que ça ne voulait rien dire, Mikio devait trouver qu'il lui allait bien c'est tout... sa vie, elle était à Tokyo à présent, si ses pensées étaient encore à Busan... en 5 ans... il serait revenu non ? Pourtant... « ... ça me fait plaisir de te revoir hyung... »

... il ne savait pas si la confession lui avait serré le coeur parce qu'elle lui avait simplement échappé... ou parce que Mikio lui avait réellement manqué... trop manqué... probablement les deux. Mais depuis que cette main avait pressé son épaule, depuis que son regard s'était posé sur ce piercing... la faiblesse l'avait prise au coeur. Et oui, son sourire s'était fait probablement un peu plus triste pendant quelques secondes.
Tout. Il aurait tout donné pour revenir des années en arrière et profiter mieux d'un temps qu'il avait le sentiment de ne pas avoir assez savouré à présent.


electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 17 Mar - 23:36

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

« Oh. » Pauvre Moriarty. Mikio avait légèrement pincé les lèvres. C'était bête, mais il avait eu de la peine pour Alex. Ce gosse... Il avait l'air d'y tenir à son lapin noir. Mikio aurait pu rire du ridicule de la situation mais non. Il savait que ça avait compté pour son ami et il respectait ça. Si ça lui avait permis de faire le deuil de son animal et d'à présent profiter de Lady Di... le chanteur lui souhaitait beaucoup de bonheur avec. Alex était un gamin hyper sensible.... de son âge. Oui. Mais il était comme ça et on l'aimait pour cette même raison. Alex n'était jamais trop Alex et si Mikio mettait un point d'honneur à s'occuper de Naoki de cette façon, c'était bien parce qu'il n'était pas son premier gosse. Même si dans le cas d'Alex, c'était plutôt Jae la mère.

Sa tête se secoua légèrement mais son regard se borna à ne fixer que son fils à quatre pattes. « Non, pas à moi. A Nao. »Il fallait bien qu'il le sorte un jour. Il ne pouvait définitivement pas esquiver ce prénom toute sa vie en présence de Jae. C'était ridicule. Mais ça n'avait pas empêcher son ventre de se nouer. Mais parce qu'il ne pouvait pas juste lâcher un nom sans explication, Mikio s'était forcé à rajouter péniblement : « C'est mon coloc' ». S'il n'était que ça... La situation serait probablement différente aujourd'hui. Mikio ne se sentirait pas si nerveux en prononçant ce prénom devant Jae... Et peut-être qu'il serait même déjà rentré en Corée. Non, il ne rejetait pas sa faute sur Naoki... Il avait eu des centaines d'occasion de rentrer avant de vivre avec l'étudiant et il n'avait eu le courage d'en saisir aucune. Aujourd'hui, l'excuse était seulement plus réelle... « Il est italien, » termina-t-il d'expliquer comme si ça justifiait tout. Jae serait probablement ravi de le savoir... surtout lorsqu'un bridé passerait la porte. Il ne comptait toujours pas lui dire qu'il entretenait une relation .... particulière avec ce... coloc ? ... Jamais. Ou plutôt, certainement pas tout de suite. Mais il songeait à prévenir Nao sur la visite de Jae Min. C'était une idée. Il ne manquerait pas de lui dire s'il n'avait réellement pas halluciné.

Où s'il n'était tout simplement pas mort avant la fin de la visite. Est-ce que Jae allait vraiment lui en coller une parce qu'il n'y avait pas de pepsi dans le frigo ? Mikio savait qu'il avait fauté. Qu'il péchait depuis des années parce que le Coca c'était la facilité dans les supermarchés japonnais.... Il méritait la colère de Jae - autant ? - .... mais le châtiment qu'il lui réservait....
dfjsggthjmugffkgvjbnh.... !!
« OMG T'AS PAS LE DROIT !!! PAS ELLE !! »
Pas sa mère.
Jamais sa mère.
C'était la pire chose qu'on pouvait lui faire. Se servir d'elle pour le menacer. Sa mère était un démon, elle était habitée un esprit maléfique lorsqu'il s'agissait de gronder son fils. Elle était terrifiante. Un traumatisme assez profond pour que le coeur de Mikio loupe trois battements sous la menace.... Il n'y avait rien - à part l'occulte et encore... c'était presque liée... - qui le terrorisait plus que sa mère en colère au point qu'elle était bien la seule à pouvoir lui faire piquer des sprints en moins d'une seconde quand le Mikio était un animal qui détestait courir... Un fait dont son meilleur ami n'avait pas manqué d'abuser clairement en lui faisant régulièrement des blagues idiotes mais terriblement efficaces. S'il voulait voir Mikio courir, il avait trouvé la solution.
Mais il pensait qu'après toutes ses années... Jae se serait montré gentil, respectueux, compréhensif et... MAIS NON ! Il le menaçait !! C'était SCAN-DA-LEUX !
« Fais pas l'con Hwang Jae Min !! Pose ce téléphone !! Y'a du kimchi dans ce frigo ! Je répète : Y'A DU KIMCHI DANS CE FRIGO !! »

Il préférait largement cette tête jugeuse que lui avait offerte Jae l'instant d'après. Ah, il en aurait presque pleuré sur le moment tant ça lui avait manqué. Tous ces petits détails qui éveillaient chez lui une nostalgie douloureuse mais grisante. Son meilleur ami était toujours le roi pour juger quelqu'un ou quelque chose. Oh Mikio se débrouillait bien dans sa catégorie mais il n'aurait jamais la prétention de le faire mieux que Jae... Personne ne le détrônerait jamais dans l'art du maniement de la bitch face.
Mais en dépit de l'émotion, le Coréen s'était quand même expliqué : « Je t'ai dis : j'ai un gosse à nourrir. » Les yaourts, le coca, le sirop et j'en passe... Et puis Nao adorait la fraise alors forcément....

Au moins, il avait survécu au courroux de Jae Min. Les tensions, aussi futiles soient-elles, avaient l'air d'être retombées et voilà que Mikio semblait à présent rejouer une scène qui faisait écho à leur quotidien passé. Une réconciliation qui était bien typique de leur duo à la fois explosif et complémentaire. Le sourire léger que l’aîné abordait laissait presque croire que 5 ans n'étaient pas passée. Peut-être que Mikio rêvait bel et bien en fait.... Parce que c'était presque trop beau. Les taquineries, la dispute, l'invitation... Oui, c'était un rêve cruel mais un peu trop doux sur le moment au point qu'il avait poussé le vis jusqu’à serrer affectueusement l'épaule de son ami...
Cependant, le délai de réponse de Jae le fit douter de son illusion. Il avait peut-être été trop bête... proposer ça comme ça, comme si de rien n'était... Ils n'étaient plus à Busan. Ce n'était pas comme si Jae n'avait qu'à traverser le chemin pour rentrer chez lui. Il ne savait rien de sa vie de Tokyo, ni depuis quand il était là, ni pourquoi.... alors s'il avait quelque chose de prévu, c'était normal. Il s’apprêtait à lui dire de revenir demain sinon, mais la réponse le frappa de soulagement... tout en le rendant légèrement plus nerveux. Pourtant, il était bien trop heureux que Jae ne reparte pas tout de suite.... « Cool. » Le chanteur avait sourit. C'était presque irréel... Au fond, c'était même carrément surréaliste parce que Jae aurait déjà dû commencer sa liste de reproche depuis longtemps. Mais puisque c'était comme ça, même si ça sentait l'embuscade du karma, Mikio ne voulait pas juste le laisser partir. Si c'était un mirage, alors il voulait le retenir encore un peu... juste encore un peu.

Il eut une seconde d'hésitation à la déclaration de Jae. S'il le laissait cuisiner, ça signifiait qu'il aurait accès au frigo.... Il n'oserait pas foutre à la poubelle tout le soda ? Et les yaourts de Nao ?? Mais le plus vieux n'était qu'un faible et c'est un sourire qui avait fini par étiré ses lèvres. Il était trop tenté par la cuisine de son meilleur ami... « Oui... Trop longtemps. » Évidemment, il n'avait pas été épargné par cette pointe cruelle mais méritée dans son coeur. Mais il s'était seulement concentré sur la perspective de remanger un plat de Jae. Naoki cuisinait bien, très bien même. Son ventre ne s'était jamais plaint et il en redemandait... mais c'était différent. La cuisine de Jae c'était.... Un autre monde. Busan. Leur enfance. Le paradis et pas seulement culinaire...

Mais visiblement, Jae Min n'en avait pas terminé avec Mikio. Il avait fait sursauter son coeur en seulement quelques mots. Le battement avait été si fort, si douloureux que son souffle s'était envolé quelques secondes. Jae.... S'il savait à quel point le sentiment était partagé.... Mais il doutait encore d'avoir le droit de lui dire... Pourtant... « Oh puis merde ! Viens là... » La faiblesse avait triomphé et il fallut moins d'une seconde à Mikio pour passer sa main dans le dos de son meilleur ami et l'attirer contre lui. Doucement puis plus fort, il avait emprisonné dans ses bras celui qui lui avait tant manqué... son meilleur ami, son frère.... Il n'était pas certain de la réaction de Jae. Il allait peut-être le repousser en râlant ou surpris par le comportement de son âiné qui ne lui ressemblait pas. Ou simplement le rejeter en lui demandant s'il se foutait de sa gueule... Et il aurait raison. Toutes ces réactions seraient justifiées... pourtant Mikio n'avait pas cherché à les retenir plus longtemps ces mots-là : « A moi aussi.... Tu m'as manqué Jae... » Le mot était faible. Si faible. Et même ses yeux qui le piquaient à présent étaient loin d'être suffisants pour représenter le manque de ces dernières années.... Son bras avait resserré l'étreinte un instant avant de finir par se détacher avant de s'en prendre une même s'il avait tant eu besoin de cette accolade.

« Jae je... » Sa main s'était de nouveau retrouvé sur l'épaule du jeune homme qu'il avait pressé, cette fois comme pour s'assurer qu'il ne rêvait pas. « J'arrive pas à le croire.... » Il était bien là. C'était tellement fou... Ca n'avait toujours aucun sens pourtant... s'il était là aujourd'hui, s'il était capable de lui sourire et lui parler sans rancœur.... Ca n'effaçait en rien les années qui s'étaient imposées entre eux. Le regard de Mikio se baissa... « Je te demande pardon.... je sais.... j'ai été un sale con.... je... » Sa main passa sur son visage tentant de chasser vainement le trouble et l'émotion qui s'était immiscée dans ses yeux et sa voix... « Jae je.... tu m'as vraiment manqué.... » souffla-t-il finalement piteusement... Il avait envie de le reprendre dans ses bras, de pleurer comme un abruti contre lui pour être certain qu'il ne rêvait pas, de se maudire encore et encore pour avoir laisser derrière un ami si précieux... non. Son meilleur ami à lui. Jae Min.... celui pour qui c'était "A la vie, à la mort".
©LULEABY
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 19 Mar - 19:08
 
This is an intervention
Jaemi ♥

Evidemment que la vie pour Mikio avait changé au-delà du fait qu'il se tape des marches à monter tous les jours. Il n'était pas resté dans son coin toutes ces années et il s'était fait des amis. Dont ce Nao, un italien qui parlait manifestement au chien prénommé Umberto. Lequel de ses amis il considérait comme son meilleur ami ?
Il y a quelques temps, il aurait trouvé la question stupide, presque injuste pour Mikio... mais son téléphone n'avait plus affiché son nom et il n'était jamais revenu. Et pour lui qui avait eu conscience ces dernières années de la douleur que provoquait l'absence d'une personne si spéciale à vos côtés... oui il doutait qu'on puisse faire ça.
Il s'était débrouillé. C'est vrai. Mais combien de fois est-ce qu'il avait pensé à Mikio ? Combien de fois il s'était ordonné de taire ses pensées du genre j'aimerai qu'il soit là maintenant ? Combien de fois avait-il répondu à Alex " Non ça va, pas plus que ça." rajoutant parfois un "un peu" quand l'anglais lui demandait si son meilleur ami lui manquait ?
C'était cette même fierté qui avait fait parfois qu'il n'avait pas pris son téléphone... et puis Jung Min était tombé malade.

Il n'avait probablement pas quitté le rôle de l'enfant ridicule pour devenir un adulte comme ça. Mais ça avait changé certaines choses. Des raisons de ne pas prendre ce téléphone, soit il n'avait plus tant besoin que ça de s'en chercher, soit il en trouvait davantage.
Mais guetter la porte un soir de Noël. Reposer un cadeau sur cette pile. Hésiter devant son téléphone un 18 décembre... pour reposer un autre cadeau sur la même pile. Il y avait des choses que même l'adulte qu'il était obligé d'être ne pouvait pas se retenir de faire. Et à cet adulte-là, comme au gamin d'hier, il s'en voulait... rien qu'un peu de ne pas l'avoir pris ce téléphone.
Il pouvait se débrouiller seul et s'occuper de sa famille... mais aujourd'hui, il avait conscience qu'il aurait dû lui dire plus tôt ce qu'il venait lui annoncer.
Et puis, il lui manquait. Ça, il ne pouvait pas le nier. Et de nombreuses fois, Alex avait répondu à ce "pas plus que ça" par un "Tu devrais l'appeler..." quand il ne le conseillait pas directement.
Oui, ce soir, maximum, Alex l'appellerait pour savoir s'il y était bien allé et comment ça c'était passé. Il l'imaginait tout à fait avec son lapin dans les bras à regarder l'heure puis le téléphone.

« Un coloc qui parle au chien. Une concierge bizarre... et pas que. Un régime de yaourts. Hum... tu nous fais une Alexite aiguë, j'vois que ça. »

Et il n'avait rien dit de plus. Il l'avait contenu, cette pointe au coeur qu'il était ridicule de ressentir. Il était sans doute préférable de se choquer de l’absence de pepsi, de craindre celle de kimchi et de le menacer du coup de fil à une mère.
Sadique jusqu’à faire tourner son téléphone dans sa main, il s’était souvenu de toutes ces années où cette blague ressortait souvent. Ça l’avait toujours fait marrer de voir à quel point Mikio pouvait courir vite d’un simple « Hyung, y’a ta mère ! ». Un ravin devant lui, et son meilleur ami préférait sauter qu’affronter sa mère.
Et si Celine avait été derrière lui ?
Les sourds ne connaissaient pas leur chance mais là n’était pas la question.

« T’es sûr ? » baissant un regard hésitant vers son téléphone, il avait ajouté « J’sais pas trop…. » avant de tourner l’appareil une fois de plus dans sa main. Sadique… mais la gueule de Mikio n’avait pas de prix « Tu peux aussi avoir un coloc plus coréen que toi qui le mange à ta place. » est-ce qu’un coréen pouvait vraiment vivre sans kimchi ? Non mais la question ne se posait même pas. Parce que son aîné n’avait jamais su mentir et s’il lui disait qu’il y avait du kimchi dans ce frigo, alors il y avait du kimchi dans ce frigo. Raison pour laquelle lorsqu’il lui avait répondu à la suite, il l’avait fait en rangeant son téléphone dans sa poche « ça va mais j’te fous un avertissement. Le chien boit du coca et du sirop à la fraise ? » on ne savait pas, il allait peut-être à l’école aussi. Et puis lui aussi était devenu un sujet secondaire quelques secondes plus tard.

Ça irait pour Jung Min. Il pourrait toujours appeler un peu plus tard… ou peut-être pas, s’il dormait encore. Il ne rentrerait pas trop tard…. Il se l’était répété en répondant à son ami.
Juste un peu de temps… ce n’était pas grand-chose, un peu de temps avec son frère de cœur, comme avant. Sans parler du sujet principal… pas maintenant… pas alors que ses souvenirs lui semblaient un peu plus réel.
Redescendre serait douloureux mais il en avait besoin, juste une dose de passé avec quelqu’un qui ignorait que tout était abîmé. Passer un moment avec ce meilleur ami qui lui manquait, se comporter comme si rien n’avait changé… ils étaient toujours Mikio et Jae… entre deux bouchées, ils parleraient d’aller à la plage le lendemain, entre deux autres, ils l’organiseraient finalement ce voyage qu’ils auraient déjà dû faire depuis quelques années. Il avait économisé pour ça… au début, il avait continué à le faire et…
Oui… Jung Min était tombé malade… ils ne le feraient probablement jamais maintenant….
Entre les souvenirs qu’il ne pouvait plus avoir, ceux qu’on lui avait volé, et ceux qu’il n’aurait jamais… le passé qu’il avait eu la chance d’avoir et le futur qu’il n’aurait jamais… c’était presque une égalité dans la peine qu’il ressentait…

Il s’était apprêté à lui demander s’ils devaient aller faire les courses ou s’il avait autre chose que du coca et des yaourts dans ce frigo mais la réaction de Mikio à des mots dont il préférait ignorer les effets contre son cœur… elle l’avait laissé sans voix. Il n’avait pas protesté. Un peu bêtement, il s’était laissé attirer dans cette étreinte que… c’est vrai, il le nierait, mais il y avait bien eu un temps où leurs retrouvailles ressemblaient plus à ça….
Son cœur serré, il l’avait ignoré mais il avait été moins capable de le faire à des mots qu’il ne pensait pas entendre… pas après tout ce temps.
Il ne savait pas exactement combien de temps avait passé mais quand sa main avait amorcé un mouvement pour se lever, pour rendre à son tour cette étreinte, Mikio s’était reculé.

« …. » et un instant, son regard s’était baissé vers cette main qui avait été trop lente. C’était dommage… parce que maintenant que le moment était passé, il se rendait compte qu’il en aurait bien eu besoin… juste au moins quelques secondes de plus, pouvoir lui rendre et prendre pour une fois cette affection qui l’aurait réconforté, au moins un peu… « Vraiment ? » il avait regretté cette question qui s’était échappée de ses lèvres au moment où son regard s’était tourné vers le frigo tandis que sa main retrouvait sa place le long de son corps.
Mais il se l’était posé à nouveau intérieurement.
Est-ce que je lui ai vraiment manqué ?
… un peu… peut-être…
Mikio ne mentait jamais… mais… il ne pouvait pas lui avoir manqué autant qu’à lui « Pourquoi tu t’excuses ? » il savait pourquoi… « T’en rachèteras du pepsi ! » mais son cœur était trop serré à présent et pour une raison qui englobait aujourd’hui beaucoup de choses, il avait rajouté cette connerie…
Mais… dans le fond… là contre son cœur… il y avait tout ça…
Un jour, quand il était gamin, il avait rencontré un frère qui dans son cœur l’était autant que Jung Min. Un jour, il avait pensé que quoiqu’il arrive dans sa vie, Mikio serait toujours là. Il l’avait vu dans toutes les étapes de sa vie… la fin de ses études, s’il se mariait un jour, son premier grand voyage, des bouts de rêves réalisés… il était toujours là quand il y pensait.
Et quand il était parti, lui avait préféré garder cette place vide plutôt que de revoir une copie qui ne se remplirait probablement jamais de toute manière….


electric bird.
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 20 Mar - 0:00

This is an intervention !!
ft Jaemi ♥

Le sadisme de Jae n'avait-il donc aucune limite ? Par quelle vilainie ce sale gosse osait le regarder de cette façon en jouant avec son téléphone ? Essayait-il de tuer son ainé d'une crise cardiaque ? D'accord, sa mère était a des centaines de kilomètres de la capitale nippone, un pays entier et la mer lui assuraient normalement la sécurité de ne pas la voir débarquer en hurlant sur son abruti de fils.... Mais qui sait si Jae ne lui avait pas fait une petite surprise en embarquant sa daronne avec lui ?? Il en était très capable ! Parce qu'ils étaient de mèches tous les deux. Jae avait toujours été le chouchou de sa mère au point qu'il avait longtemps été persuadé que son meilleur ami était bien son fils et qu'ils avaient échangé avec les Hwang à la naissance ! D'ailleurs la mère de Jae lui correspondait mieux. A lui et à son père ! C'était le monde à l'envers. Elle était douce, attentionnée avec ses enfants, son regard dégoulinait d'amour et il était sûr qu'elle au moins elle ne leur avait jamais envoyé ses torchons de cuisines ou ses pantoufles à la figure !! Mais non ! Il avait fallu que son père, qui était paradoxalement probablement l'incarnation du calme et le meilleur ami du silence quand il ne s'agissait pas de musique, épouse son hystérique de mère qui s'était elle aussi probablement faite adopter parce qu'il refusait tout lien de patentée entre cette harpie et sa sacro-sainte Mamie ! Et comble du schmilblick, sa mère faisait parfaitement la paire avec le père du Jae dont la communication passait à 90% par du râlage. Les Park et les Hwangs, c'était plus que longues années de voisinages. C'était une seule famille. Un peu particulière, mais une famille dont les liens semblaient indéfectibles.... Et pourtant, Mikio avait choisi de s'en éloigner. Pourtant, il était loin de la détester cette famille... trop souvent, il y repensait et son coeur lui faisait mal quand tous ces souvenirs remontaient. S'il avait fuit ses responsabilités et principalement le regard déçu de sa mère.... ces années d’insouciances lui manquait. Oui, même le sadisme de Jae qui n'avait pas bougé en 5 ans. Son meilleur ami aurait bien le droit de le terroriser encore si lui avait le droit de retrouver cette vie sans cet échec pesant.... et surtout s'il pouvait y ajouter cette personne indispensable à sa vie aujourd'hui qu'était Naoki.

« Je suis le seul Coréen de cet appart ! » Le reste de la population était italienne. Oh, il y avait bien eu un Mexicain mais il s'était enfuis il y avait malheureusement quelques mois de ça et son absence était toujours un peu pénible pour les deux colocs restants. Malgré tout, Mikio avait continué de se justifier pour s'éviter un châtiment qu'il jugeait trop cruel. Levant légèrement les mains tel un Indiana Jones souhaitant négocier avec les indigènes qui le tenaient en joue, le regard du chanteur se plongeant dans celui de meilleur ami menaçant : « Jae Min... s'il te plait... Regarde-moi... Ne fais pas ça ok ? Pose ce téléphone... en douceur.... » Sans rire, c'était quoi ? Une intervention du FBI ? En l’occurrence, il était pourtant celui qui tenait le rôle de criminel.

Il fut incapable de retenir un soupire de soulagement quand Jae rengaina son téléphone. Un avertissement c'était toujours mieux qu'une menace mise à exécution... demain, il irait acheter du pepsi. Et il reprendrait du kimchi, pour être sûr.
Il pinça les lèvres à la remarque de Jae. Umberto, cet enfant formidable.... « Tu serais surpris ! » rétorqua Mikio en contournant de nouveau le sujet plus ou moins habilement. « Parait que c'est aussi lui qui boit tous les yop ! » Accuser le chien c'était moche... Mais ce n'était pas lui. C'était Nao. Non, il ne croyait pas tous les bobards de son protégé, surtout quand il savait pertinemment que leur fils avait un goût plus prononcé pour les motifs léo.... Il songea d'ailleurs à mettre en sûreté le manteau de Jae... Mais du coin de l'oeil, Mikio constata qu'Umberto était dans l'encadrement de la cuisine, observant la scène intrigué, sa queue battant parfois soudainement l'air.

Peut-être qu'il avait été aussi surpris par l'étreinte qui avait suivi peu après. Mikio s'était étonné lui-même. Affectueux, entre eux, ils l'avaient toujours été à leur façon. Mais rarement par des étreintes.... Probablement parce que jusqu'à aujourd'hui, ils n'en avaient jamais eu besoin. Le manque, ils l'avaient jamais ressentis quand ils étaient toujours ensemble. Les moments difficiles, ils avaient toujours trouvés des façons de les surmonter, de se soutenir... Et il était vrai aussi que Mikio n'était pas particulièrement démonstratif. Il était du moins rarement dans l'effusion, plus discret.... Ces gestes d'affection qu'ils faisaient aujourd'hui sans se cacher, parce que c'était plus fort que lui, il ne les accordait qu'à Naoki...
Mais aujourd'hui, c'était différent. Il avait eu besoin de prendre Jae dans ses bras. Peut-être pour se rendre compte aussi qu'il était bien là... Mais sa présence, il avait eu besoin de la sentir. Son meilleur ami.... Sa moitié coréenne... Celui qu'il avait laissé si injustement derrière.... Celui pour qui ses pitoyables excuses seraient toujours insuffisantes...
Jae ne l'avait pas repoussé. Aucune animosité ne s'était invité dans son regard. Le trouble, le chagrin... mais il n'y voyait toujours pas la colère qu'il méritait. Il y eut cette question qui pinça un peu trop fort le coeur du chanteur. Mais qui était méritait... Oui, bien sûr... C'était normal qu'il doute. Mikio comprenait... Il ne pouvait pas lui en vouloir. Même si Jae savait que son aîné ne mentait pas, qu'il ne disait jamais rien s'il ne le pensait pas... Le doute était légitime. Parfaitement justifié... Cette douleur, il la méritait. Alors il avait hoché la tête sans détacher son regard du sien malgré le regret qui embrumait ses yeux. Puis il avait ouvert la bouche dans le but de s'excuser à nouveau mais Jae lui avait fait clore. Sa poitrine s'était comprimée un peu plus. Jae ne pouvait pas juste faire comme si de rien n'était... Il ne pouvait pas juste dire des bêtises et ne lui faire aucun reproches... c'était injuste. Pour lui.... Le poing de Mikio se serra douloureusement et ses yeux se baissèrent tandis qu'il mordit sévèrement l’intérieur de sa joue.... Pourquoi Jae était si gentil ? Pourquoi... ?

Un soupire à mi-chemin entre le rire nerveux et désespéré lui échappa et son poing vint se presser doucement sur l'épaule de son meilleur ami pour le pousser doucement. « T'es bête... » Non, c'était lui le plus con des deux. Jae il était juste.... bête d'être là, devant celui qui l'avait lâché... celui qui avait la cruauté de penser que ses sentiments n'avaient pas changé. Jae était toujours son meilleur ami. Est-ce qu'il avait le droit d'être le seul de se bercer de cette illusion ? « Oui... J'en rachèterais... Promis. » Ses doigts étaient venus frotter ses yeux pour chasser l'eau qui s'y était logé. Il ne pleurait pas. Il ne pleurait jamais. Mais il irait bien acheter le soda que Jae voulait... Pour qu'il revienne. Pour que ce mirage ne dure pas qu'un jour. Même s'il ne méritait pas du tout ces retrouvailles... C'était trop beau pour que son ventre ne se torde pas... Il n'aurait jamais dû revoir Jae sans s'en prendre au moins trois dans la tête... Mais le pire, c'était qu'il avait surtout l'égoïsme de souhaiter que Jae soit bien là. « Tu restes longtemps ? » Oui, ça aussi, il l'espérait comme un con... Un peu trop, malgré la culpabilité et la conscience de ne pas mériter une telle chance quand il avait tout gâché en partant... il espérait avoir retrouvé son meilleur ami....

Mais si Jae avait finalement traversé la mer pour le retrouver au Japon... Pourquoi maintenant ? Y'avait-il une vraie raison ? Avait-il juste trouvé le courage que Mikio n'avait pas ?
Laissant son frigo tranquille, Mikio s'était détourné pour finir de se reprendre en frottant son visage avec plus ou moins de vigueur. Là, il s'était appuyé sur le plan de travail pour de nouveau faire face à Jae. « Tout va bien à la maison ? » Si quelque chose de grave était arrivé à Busan, sa mère l'aurait prévenu pas vrai ? « Comment vont tes parents ? » Ils avaient beau les aimer comme les siens, Mikio avait également cessé de leur donner des nouvelles. Il en prenait par d'autres intermédiaires mais il y avait bien longtemps qu'il n'avait plus entendu des nouvelles de la bouche de son meilleur ami. « Et Jung Min ? » Le frère de Jae faisait aussi parti de ceux qu'il n'avait plus contacté mais qui pourtant lui manquait. Jung Min avait toujours été un ami proche... si ce n'était le premier dans sa vie. Parce qu'il avait l'âge de Mikio, ils avaient grandi ensemble et fréquenté les mêmes établissements. Jung Min était une des rares personnes qu'il appelait "Hyung" à Busan. A l'instar de Jae, il était aussi comme un frère. Il aurait pu être son meilleur ami, peut-être l'avait-il été... avant que son frère ne prenne plus de place dans la vie du chanteur. Mais il n'empêchait qu'il comptait beaucoup pour lui et qu'il s'en voulait d'avoir délaissé tout ce monde... Mais plus que n'importe qui, c'était Jae qu'il s'en voulait à en crever d'avoir abandonné... Tout ce temps... « Et toi ? Comment tu te portes ? » C'était ce qu'il s'était demandé chaque jour depuis 5 ans. Pas une journée, il n'avait pas une pensée pour son meilleur ami. Pas une journée, il ne se demandait pas comment il se débrouillait, ce qu'il faisait, comment il allait... Et pourtant, il n'avait pas été fichu de lui envoyer ne serait-ce qu'un message...  Définitivement, Mikio n'était qu'un crétin.
©LULEABY
[/quote]
 
This is an intervention || ft. Jaemi ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» CHATON DE 4 MOIS AVANT INTERVENTION DE LA SPA
» Intervention de Christian Piednoir sur les nano-aquariums
» prix d'une intervention...
» Un chien policier grièvement blessé lors d'une intervention policière
» Identifiant moteur en cas d'intervention dans le réseau Renault SA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Minato-