Somebody save me I don't care how you do it • | Ft. Kanna ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 30 Mar - 7:34

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



Pourquoi se trouvait-il encore à nouveau dans cette maison ? Réellement, Jae Hwa se demandait ce qui clochait chez lui et probablement qu’il se le demanderait de plus bel demain. Il y avait ces fois où il ne se comprenait pas même si dans le fond, c’était plutôt logique. S’il ne s’attachait pas, s’il n’appréciait pas particulièrement les personnes qui l’entouraient, il n’était pas si méchant. Peut-être le traiterait-on de cruel, de vauriens, voir même de « connard » si on découvrait la vérité le concernant, néanmoins malgré tout, il ne faisait pas partie de ces individus qui ignoraient lorsqu’on leur demandait de l’aide. Parce que plus que tout, plus que l’homme lui-même, le photographe haïssait l’injustice. Il n’aimait pas savoir que des innocents risquaient d’être blessés et encore moins, il s’en voudrait, s’il n’avait pas tenté d’aider alors qu’il était présent ce jour là, qu’il pouvait faire quelque chose. Mais sûrement que, par fierté, il n’admettrait jamais cela à haute voix. Fallait-il encore qu’il se l’admette à lui-même d’ailleurs. En règle général, il était le premier à aider s’il surprenait quelqu’un en difficulté cependant si on l’interrogeait, assurément qu’il serait capable de déclarer que tout était calculé. Aujourd’hui aussi ? La vérité était que sans réfléchir, se perdant dans le rôle qu’il interprétait, Jae Hwa avait réagi instinctivement.

Il était tard, la nuit était tombée depuis un moment à présent et sa voisine était venue sonner chez lui dans un mouvement de panique. Là également, le garçon n’avait pas réellement saisi ce qu’il se passait ni de ce qu’elle lui racontait avant de rassembler toutes les informations reçus puis de comprendre que quelqu’un s’était infiltré, apparemment, dans l’habitat de cette dernière. Comment aurait-il pu la laisser repartir sans faire quelque chose ? Bien qu’on puisse le croire, il n’était pas aussi cruel. C’était dangereux. Personne ne savait si le voleur était armé, quels étaient ses véritables intentions et ce n’était pas une jeune fille comme Kanna qui risquait de se défendre. Sinon pourquoi aurait-elle sonné à sa porte si elle était en mesure de s’en débarrasser toute seule ? Jae Hwa n’avait aucunement envie d’avoir une mort sur la conscience et malgré le fait qu’il rétorquerait le contraire, il ne parviendrait pas à se concentrer s’il la laissait repartir sans intervenir. La question était toutefois, pourquoi au lieu de se rendre à sa maison, n’avait-elle pas appelé la police ? Ils seraient plus efficaces seulement c’était vrai que dans ce genre de moments, on ne réfléchissait pas vraiment. Lui non plus ne l’avait pas fait. De cet air idiot, pas réellement rassuré, il avait déclaré qu’il allait jeté un oeil, expliquant que peut-être, ce n’était pas grand chose... Avec un garçon tel que lui, on n’était pas certain que la jeune femme ne se sente en sécurité puisque au vue de l’expression qu’il mimait, il semblait encore plus effrayé qu’elle. Mais ça irait, au fond, il savait se battre, certainement beaucoup mieux qu’un grand nombre de personne, et il savait encore plus se défendre. Il avait un sacré passé, avec pas mal de fautes dans son casier judiciaire et même plusieurs mois en prison ou en centre de détention pour mineur. Si après ça, il ne savait vraiment pas se battre ?

Bref, voilà la raison pour laquelle, désormais, il se trouvait dans ce couloir, sa voisine derrière lui, tandis qu’il avançait peu à peu dans la maison d’un pas mal assuré. Comparé à la dernière fois, il y avait beaucoup de choses étalés sur le sol, un véritable bazar et il n’y avait aucun doute quant au fait qu’il s’agissait de l’œuvre du voleur. Tout en marchant, le photographe soupirait, marquant même des temps d’arrêts, comme si effectuer un tel geste lui permettrait d’éteindre le « stresse » qui l’habitait.

- Peut-être qu’il est parti, souffla-t-il à voix basse, bégayant légèrement lorsqu’il avait prononcé ses mots.

Certes, ils n’avaient pas encore vérifié toutes les pièces mais c’était une possibilité non ? S’aventurant dans la cuisine ensuite, Jae Hwa observa chaque recoin du lieu et alors qu’il s’apprêtait à faire demi-tour, un bruit sourd parvint de la pièce d’à côté. Il sursauta, faussement surpris, avant de saisir sans réfléchir de la première poêle qui lui passait sous la main. C’était vrai que si on l’attaquait, avec ça, il aurait l’air très impressionnant... Hors, il ne fallait pas douter du pouvoir d’une telle casserole. On pouvait s’en servir comme bouclier et c’était d’autant plus pratique pour assommer quelqu’un.

- Je vais aller voir, Chuchota le jeune homme de plus bel, hochant vivement la tête, signe qu’il souhaitait lui-même s’en convaincre, Euh... Reste là... Je reviens... Oui, j’y vais. Voilà...

Le plus lentement possible, d’un air bien plus qu’hésitant, ses doigts tenant fermement la poignée de la poêle, il sortit finalement de la cuisine. Le bruit paraissait provenir de la chambre... Alors, toujours aussi doucement, il avait commencé à tourner la poignée avant d’entrer dans un grand « Aaaaaaaah ! », les mains levées, prêt à assommer le voleur sauf qu’il se retrouva face à une pièce vide. Et complètement sans dessus-dessous. Un soupir traversa la commissure de ses lèvres, tandis qu’il rabaissait ses bras, remarquant ensuite la fenêtre ouverte puis le rideau qui volait à cause du vent. L’homme avait sûrement du s’enfuir néanmoins, par précaution, le photographe préféra faire le tour de la maison. En effet, il n’y avait plus personne, ce qui n’était pas plus mal...

Revenant dans la cuisine, il mima une esquisse rassurante, passant ses phalanges dans ses cheveux tandis qu’il reposait la poêle à sa place puis expliquait que le voleur s’était échappé.

- Ce serait mieux d’appeler la police, je pense.

Parce que oui, ce n’était que maintenant qu’il songeait à ce détail.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 30 Mar - 7:57

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



Les mains resserrées contre sa poitrine, une position typique de grande bravoure, son regard ne pouvait s’empêcher de s’intéresser au moindre recoin avec la peur de tomber sur la personne qui s’était introduite chez elle. Pourtant ses yeux finissaient toujours par revenir sur le dos plus rassurant de son voisin même s'il n'avait pas l'air beaucoup plus rassuré qu'elle. Il en imposait davantage et puis c’était un homme. Oui, deux bonnes raisons pour aller frapper chez lui à cette heure-ci au lieu d’appeler la police.

Ok, elle n’avait pas pensé à l’option police. Pourtant, son casier judiciaire était blanc comme neige. Mais non, quand elle était rentrée chez elle après une soirée dans laquelle une amie était parvenue à la traîner, et quand elle avait constaté l’état de sa maison, c’était à la porte de son voisin qu’elle avait frappé sans envisager une seule seconde une voie plus officielle et plus connue.

Dans le fond, même elle ne saurait dire pourquoi son voisin avait été tiré de chez lui pour lui rendre service après la torture infligée par ses parents….
Elle était rentrée. Et malgré le choc de retrouver sa maison dans cet état, elle y avait fait quelques pas, elle était arrivée jusqu’au salon lorsqu’elle avait entendu du bruit. Lentement, sa tête s’était tournée et un second bruit l’avait fait sortir au pas de course. Alors certes, elle avait bien son téléphone portable dans son sac et elle aurait pu appeler la police une fois à l’extérieur, mais non… le plombier serait flic ce soir.

Plaignons ce pauvre homme qui avait décidé un jour de compliquer sa vie en emménageant dans le quartier. S’il avait su que sa voisine à moitié timbrée réceptionnerait son colis pour lui faire rencontrer ses parents démoniaques avant de venir lui demander de jouer les héros avec cet air apeuré de gamine de 3 ans… non, il n’aurait pas choisi un autre quartier, il aurait choisi une autre ville, voir un autre pays.
Et pourtant, il était venu. Malgré la scène gênante de l’autre soir, il était là, à inspecter sa maison, à combattre sa peur pour lui venir en aide…. Si un jour il y avait un concours pour le meilleur voisin, elle voterait définitivement pour lui.
… et oui, elle aurait l’honnêteté de se nominer pour la place de la pire voisine.

Sa priorité actuellement n’avait pas été de louer la bravoure face à la non bravoure de son voisin. Non … « Ou… peut-être qu’il se cache dans un coin… tapi dans l’ombre… à guetter sa proie… prêt à nous bondir dessus…. » … sa priorité était d’être la personne réconfortante de leur petit groupe de deux « Avec une hache… » … son imagination, malheureusement, la romancière en abusait en toute situation. Oui, même quand cet abus la terrifiait elle-même « … ou un couteau de cuisine… » et à cette remarque, son regard s’était dirigé vers son présentoir pour vérifier la présence de chacun.
Résultat de son opération réconfort, le bruit suivant avait arrêté son cœur dans un sursaut ridicule. Alors, pour le coup, quand elle s’était tournée vers son voisin, armé d’une poêle, ses premiers mots avaient tout à envier au ton qu’aurait employé une héroïne :

« Hein ? M-m-mais… tu-tu peux pas… tu connais les statistiques ? T’as de grandes chances de mourir… » minute, elle ne l’avait pas appelé pour l’aider à faire ce genre de trucs ? Si… mais, comme on pouvait s’en douter, ce dont elle avait peur par-dessus tout « Tu reviens vite hein ? » … c’était de rester seule dans la cuisine aux couteaux dangereux. Et avec cet air de gamine, on aurait presque cru une enfant de 5 ans qui demandait à papa de regarder en dessous le lit si le vilain monstre était parti.
Non Kanna, Jae Hwa ne te racontera pas une histoire à son retour. S’il revient… parce qu’elle venait peut-être de tuer son voisin…
….
Et voilà pourquoi Jae Hwa avait intérêt à ne pas partir trop longtemps. Parce qu’au cours de son absence, évidemment, ce qui avait fonctionné le plus chez Kanna, c’était son imagination. Oh, elle avait eu le temps de lui imaginer plusieurs morts différentes, elle se l’était mordue sa lèvre, nerveusement, elle avait même torturé plusieurs mèches de cheveux avant de faiblir.
Elle ne pouvait tout de même pas rester là sans rien faire alors que le type à la hache était peut-être sur le point de tuer son voisin plombier/flic… et photographe ?

N’écoutant que son « courage », Kanna s’était donc saisie du plus gros couteau avant de se tourner en direction de la porte de la cuisine, prête à sauver le voisin qu’elle avait déjà trop torturé la dernière fois.
Un pas, peut-être deux, c’était tout ce qu’elle avait eu le temps de faire avant que Jae Hwa ne fasse son retour. Evidemment, elle nierait aux bruits de pas qui se rapprochent qu’elle était partie dans une nouvelle psychose. Ce n’était pas le cas !

Ou presque !

« Dieu merci t’es en vie ! » … Kanna, baisse ce couteau ou il ne va pas le rester bien longtemps « Ah oui… bien sûr… la police ! » oui, ceux qu’elle aurait dû appeler à la base.
Refusant manifestement de lâcher ce couteau, comme si elle se sentait encore menacée, elle l’avait gardé contre elle tandis que son autre main avait fouillé maladroitement son sac qu’elle avait renversé à moitié sur le plan de travail pour enfin mettre la main sur son téléphone « La police… » oui Kanna, la police… on a compris, tu as compris. Et elle avait enfin appelé.
On ne noterait pas grand-chose de ce coup de téléphone finalement. Pas si terrible que ça. Quelque chose qu’elle aurait pu faire bien plus tôt dans la rue. Et elle avait au moins eu l’intelligence de se le dire même si elle ne l’avait pas souligné en raccrochant.

« Ils vont venir. » gentille Kanna « Mais tu restes hein ? » … ou peut-être qu’il aurait emménagé sur une autre planète « Tu vas pas me laisser toute seule… non ? »

Ça dépend, parce qu’avec ce couteau dans la main et son air d’enfant spécial Chat Potté à la sortie d’une maison hantée, il aurait peut-être envie de prendre la fuite sur la planète la plus éloignée de ce système.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 30 Mar - 7:58

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



Peu importait ô combien il essayait de penser autrement, Jae Hwa n’y parvenait pas. Cette jeune femme n’était pas comme les autres. Elle était plus que particulière. Quelle fille, honnêtement, irait s’imaginer qu’un cambrioleur l’attendait minutieusement quelque part, armé d’une hache ? Ce n’était que dans les films d’horreur qu’on voyait ce genre de choses bien que c’était vrai, parfois certains psychopathes avaient des idées plus que sordides mais... Pourquoi aussitôt concevoir le pire alors que l’individu qui avait fait irruption à l’intérieur de la maison était certainement à la recherche d’argent ? Il n’y avait qu’à voir les pièces sans dessus dessous pour comprendre que si son réel but était de tuer la demoiselle, il se serait sûrement fait plus discret. Hors, ce n’était probablement pas une bonne idée de débattre sur ce sujet maintenant, il risquait plus de la terrifier avec ses mauvaises réflexions... Qui pouvait-il lui si parfois, il s’éloignait un peu trop dans ce qu’il pensait ? Il avait fait de la prison, il avait côtoyé des personnes avec un passé compliqué, des mauvaises fréquentations donc ce n’était pas un petit voleur de quartier qui allait vraiment l’effrayait. Pas même un psychopathe avec une hache ou une tronçonneuse d’ailleurs. Si son heure était venue et qu’il devait mourir ce soir, qu’aurait-il pu dire d’autres hormis le fait qu’il serait frustré de ne pas avoir pu accomplir son objectif et venger sa mère ? Sa vie n’avait rien d’intéressant, il n’était qu’aveuglé par la haine et n’était attaché à personne. Il ne connaissait pas le bonheur, il ne connaissait pas le véritable amour ou l’amitié donc au bout du compte, il n’avait pas grand chose à perdre. Puisque ce qui était plus terrifiant dans l’idée de mourir, n’était-ce pas les gens qu’on laissait derrière, le regret de ne pas avoir assez profité, de ne pas avoir assez dit à ses proches à quel point on les aimait et de s’en aller trop tôt alors que jusque là, on vivait bien. Le jeune homme n’avait rien de tout cela donc non, ce n’était pas les misérables paroles de sa voisine qui le terroriserait. De toute façon, il n’était pas non plus le type d’individus à mourir si facilement... Il avait un but à atteindre et tant qu’il ne l’aurait pas atteint, il refusait de laisser quiconque barrer son chemin. Bien que non, ce n’était pas avec une poêle qu’il allait faire grand chose, surtout pas si le voleur était réellement armé une hache. Pour sa défense concernant sa bêtise, ce n’était pas lui qui avait commencé.

« Ca va aller. » Avait-il d’un ton catégorique, hochant la tête tandis qu’il mimait, par cette attitude, comme s’il essayait de se convaincre de ses propres mots.

Il n’avait pas réfléchi une seconde plus qu’il s’était aventuré dans la maison à la recherche du potentiel futur criminel à coup de hache cependant ce dernier s’était avéré être nul part. Il s’était enfui dans la nature mais certainement pas la main vide. Il y avait beaucoup de choses étalées sur le sol, que cela soit dans la chambre ou dans le salon, le rangement n’avait rien à voir avec la première fois où il était venu. Même s’il espérait ne pas recroiser les parents de la jeune femme aujourd’hui. A ses yeux, un cambrioleur était bien moins terrifiant qu’avoir affronté des personnes qu’il ne connaissait pas vraiment et qui lui rappelait effroyablement la personnalité de son géniteur.

Lorsqu’il était revenu dans la pièce, il n’avait pu qu’arquer un sourcil face au couteau que tenait sa vis-à-vis, non pas sans exprimer son étonnement ensuite puis effectuer un pas en arrière. Dans le fond, si ce genre de réaction était aussi censé lui faire peur, Jae Hwa trouvait ça plutôt mignon. Qu’est-ce qu’elle espérait faire avec ça ? Aurait-elle vraiment eu le courage de poignarder le voleur si c’était ce dernier qui s’était montré à sa place ? Sans daigner bouger, il la contempla en silence, attendant qu’elle finisse d’appeler la police puis alors qu’il aurait du refuser, qu’il aurait du décliner sagement la demande de sa voisine, il n’avait pu que l’observer et compatir. Il n’était pas sans coeur, il comprenait, sûrement mieux que personne, que Kanna puisse être terrifié après ce qu’il venait de se passer... Et lui-même se refusait de la laisser seule, pas dans cet état. Justement parce qu’il saisissait, que lui aussi à une certaine époque il aurait aimé que quelqu’un soit à ses côtés pour le rassurer, pour lui dire que tout allait bien se passer et qu’il n’avait rien à craindre.

- D’accord... Je reste un peu mais...

Sur ses dires, le garçon effectua quelques pas en avant, restant à une distance raisonnable jusqu’à ce qu’il lui tende gentiment la main, pour ajouter :

- Tu devrais me donner ce couteau. Tu vas te blesser et il est parti, c’est vraiment fini. Ne t’en fait pas.

Ses lèvres s’étaient étiré dans un sourire, une esquisse un peu forcé, alors qu’il ignorait quoi faire afin de la réconforter. On ne lui avait jamais demandé d’interpréter un tel rôle jusqu’ici donc ce genre de situations, il ne maîtrisait pas vraiment.



© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 31 Mar - 14:38

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



Ce soupir soulagé à entendre que son voisin voulait bien rester un peu avec elle, elle ne l’avait pas retenu. Mieux encore, elle l’avait regardé comme le messie, un super héros ou Gandalf qui débarque pour sortir tout le monde d’une situation insurmontable. Il n’avait pas de barbe et il était bien plus sexy qu’un sorcier en robe pas très fraîche mais il était visiblement l’homme de la situation. Et sa bouche s’était bien ouverte pour lui dire un merci, ou mille, avant de se refermer à la suite.
Son couteau ?
Baissant les yeux vers son arme, son premier réflexe avait été de la resserrer contre elle avant de regarder à nouveau Jae Hwa. Ce n’était que là qu’une expression un peu embarrassée avait colorée ses joues. Pourtant, alors qu’elle se rendait visiblement compte du ridicule, le doute s’était d’abord formée dans des mots « T’es sûr ? Il pourrait revenir… » non, il avait suffisamment dévasté son domicile pour la soirée. Il n’avait pas besoin de la cambrioler deux fois, il y avait des tas d’honnêtes gens dans le coin qu’il pouvait terroriser à leur tour. Et parce qu’elle savait dans le fond que Jae Hwa était la voix de la raison, elle avait fini par lui tendre doucement son couteau qu’elle retenait jusque-là comme son précieux, ou comme si sa vie en dépendait « … pardon si je t’ai fait peur… »

La meilleure blague de la soirée ! Elle ? Peur ? Même Neville Londubat n’aurait pas pris la fuite devant elle. En fait, le cambrioleur se serait retrouvé en face d'elle, il aurait été très probablement pris d’un fou rire avec sa tête d’animal apeuré qui avait pris à présent une bouteille d’eau entre ses mains pour la martyriser. Oui, elle avait besoin de tenir quelque chose, de torturer quelque chose de ses doigts et franchement, c’était toujours mieux qu’un couteau « C’est gentil de rester avec moi. » c’était bien ce qu’elle comptait dire à la base avant que Jae Hwa ne souligne qu’elle était un danger, non pas pour les autres mais pour elle-même « Merci… » est-ce qu’elle était seulement consciente qu’elle ne pourrait de toute manière pas kidnapper son voisin à vie et qu’elle devrait bien rester seule à un moment.
… ne la peinons pas tout de suite « Oh et… merci aussi de bien avoir voulu me raccompagner ici… » pour le robinet, oublie par contre, tu l’as déjà amplement remercié « … si on doit élire le meilleur voisin du quartier, je voterais pour toi c’est sûr ! » il était venu sans qu’elle n’ait besoin d’insister… et maintenant, il acceptait aussi facilement de lui tenir compagnie alors que… « … en même temps Madame Nakamura est vraiment bizarre… » … le mode « weird Kanna Talk » était sur le point de s’enclencher « Elle parle à ses buissons… » et elle ? Elle n’était pas bizarre peut-être ? « Ceci dit, y’a de vraies études intéressantes sur le sujet et certaines démontrent qu’effectivement ça aide les plantes à la pousse. Ils ont fait des comparaisons avec une azalée et… » Kanna, Kanna, Kanna…. Arrête toi ! Que quelqu’un fasse revenir le cambrioleur pour la bâillonner « … ils disent qu’en fonction des mots et du ton employé, on observe des résultats différents. Il est conseillé de leur mettre de la musique classique. D'ailleurs, tu savais que les plantes étaient capables de communiquer entre elles ? C'est avec leurs racines en fait, elles peuvent reconnaître une plante de leur famille comme ça… et puis…  » doucement, mais sûrement, la prise de conscience qui était en train de se faire n’avait pas empêchée cette conclusion qu’elle était obligée de dire. C’était plus fort qu’elle, il fallait que ça sorte « … et puis… certaines peuvent même envoyer des signaux chimiques » est-ce qu’au moins elle se sentait mieux ? Non… elle était toujours aussi angoissée et en plus, maintenant, elle se sentait ridicule. Génial, pourquoi fallait-il qu’elle parle toujours autant ? « Désolée… je parle beaucoup quand… enfin, c’est mon truc… je suis un peu… bizarre… selon les habitants de certaines planètes… » non Kanna, tu l’es selon les habitants de toutes les planètes « Tu veux boire quelque chose ? »

Et relancer la conversation, l’air de rien, sur un sujet plus conventionnel ne te sauvera pas.

© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 23 Avr - 0:51

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



Elle, lui faire peur ? Il avait connu tellement pire que non ce n’était pas une demoiselle en détresse, un couteau à la main qui allait l’effrayer. S’il n’interprétait pas de rôle, probablement que Jae Hwa aurait souri, voir même rire narquoisement face à cette situation. Etait-il le genre à être terrifié si facilement ? Principalement avec une carrure comme la sienne alors qu’il était aussi bien plus grand elle. Il avait connu la prison, les camps de détention pour mineur cependant cela, certes, Kanna n’était pas au courant et c’était beaucoup mieux ainsi. Il n’avait pas envie que qui que ce soit découvre le véritable homme qu’il était, qu’on apprenne qu’en réalité, il était loin d’être stupide et que des mauvaises idées, il en avait plus d’une qui lui passait par la tête. Il était beaucoup plus égoïste, plus machiavélique, plus intelligent et malin que ce qu’il ne laissait transparaître. Hors, il valait mieux pour lui que cela ne reste qu’une face cachée et qu’on ne sache pas quel était ses véritables plans. Il y perdrait sûrement plus que ce qu’il n’imaginait. C’était difficile de s’en rendre compte à l’heure actuelle mais probablement que plus tard, il finirait par réaliser ce qui était précieux, ce qui était important, et ce qui ne l’était pas.

« Ne t’en fait pas. » Lui avait rétorqué le garçon avant de s’emparer du couteau puis de le déposer dans l’évier derrière eux.

Il n’était pas une femme seulement il était encore capable de comprendre le fait qu’elle, elle soit effrayée et stressée à l’idée de savoir un potentiel voleur dans sa maison. Il ne fallait jamais se fier aux apparences, il en était l’exemple même, et peut-être que sa voisine était en vérité une championne de taekwondo toutefois il en doutait. Elle lui paraissait si différente des autres filles qu’il avait croisé... Elle était dans son monde et derrière chacune de ses bêtises semblait se dissimuler une personnalité fragile et plus ou moins unique. Jae Hwa n’était pas en mesure d’en expliquer quoi que ce soit néanmoins c’était l’impression que la jeune femme lui donnait lorsqu’il l’observait.

En silence, s’appuyant contre un meuble derrière lui, il s’était contenté de la contempler discrètement, se retenant de lever les yeux au ciel en la voyant s’emparer d’une bouteille d’eau afin de remplacer le couteau. Ensuite, il avait secoué son visage, disant qu’elle n’avait pas à le remercier, parce qu’il n’avait pas fait grand chose et qu’il ignorait s’il aurait été d’une grande aide s’il avait rencontré le bandit. Il était censé ne pas savoir se battre, ne pas connaître ce genre de situation donc qu’aurait-il pu faire, hm ?

Pour le reste, le photographe s’était complètement tu... Il aurait pu parler, dire quelque chose seulement la vérité était qu’il n’avait pas su quoi répondre et que Kanna enchaînait les phrases sans qu’il n’ait réellement le temps d’en placer une. Alors, il l’avait juste regardé, son expression devenant de plus en plus ahuri au fur et à mesure que sa voisine s’exprimait. Elle était en train de le perdre et lui-même, sincèrement, il peinait à réaliser la situation, ni pourquoi soudainement, elle s’était mise à lui parler de plante. Il n’y avait pas de doute, cette fille était vraiment bizarre. Il s’en apercevait de plus en plus mais, plutôt que l’effrayait ou le dégoûtait, ça avait le don de l’amuser. Oui, lui, Han Jae Hwa était réellement amusé par quelque chose, si bien qu’incapable de le contenir, une légère esquisse avait étiré ses lèvres. Ce que la jeune femme déclarait n’avait pas vraiment de sens mais au moins, c’était drôle et il avait rapidement compris que si elle agissait ainsi, c’était principalement à cause de toutes ses émotions qui l’accaparaient et qui la mettaient mal à l’aise. Elle n’avait pas à se reprocher cela... Si elle était étrange, elle en restait unique. Une réflexion que le garçon peinerait à comprendre et qu’une partie de lui-même aurait probablement beaucoup de mal à admettre. Lui qui ne s’attachait à personne, inconsciemment, il était intrigué par une fille et plutôt que l’avouer, il trouverait tout un tas d’excuse pour expliquer la raison de toutes ses réflexions.

- Non merci, ça ira, Lui dit-il en souriant avant de se déplacer pour s’assoir autour de la table de la cuisine, Et ça ne me dérange pas que tu parles trop. C’est drôle.

Pour accompagner ses dires, il avait placé ses doigts devant sa bouche afin de camoufler le faible rire qu’il s’était amusé à mimer.

- Au moins j’apprend des choses. Puis, je ne vois pas en quoi c’est bizarre. On l’est tous un peu de toute façon non ? Ne t’inquiète pas, ce n’est pas grave !

Ca lui plaisait. Honnêtement... Il était plus curieux que ce qu’il ne croyait. Parce qu’il n’avait jamais rencontré une femme comme elle et c’était terriblement surprenant.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 1 Mai - 22:35

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



Tordant un peu plus la bouteille entre ses mains, elle s'était répétée intérieurement d'arrêter de faire ça.
Un bon conseil selon beaucoup, un excellent conseil même selon la normalité. Mais elle avait beau se l'être répétée plusieurs fois, elle finissait toujours par faire ce genre de trucs. Elle ne le contrôlait pas. Les mots sortaient de sa bouche et ce même si elle avait conscience sur le moment que son discours ne faisait aucun sens. Elle le savait, elle n'était pas toujours facile à suivre. Dans la classification de l'espère humaine, elle était ce qu'on nommait un ovni. Il était rare pour elle de rencontrer des personnes de son espèce et même les personnages qu'elle inventait étaient moins barrés qu'elle.
Mais si elle était convaincue qu'elle ne pouvait rien faire pour aller contre sa nature, ça ne l'empêchait pas de s'excuser quand elle se rendait compte que son comportement avait rimé avec incompréhension.

Ce soir, elle aurait pu faire plus d'efforts pour se retenir.
Alors qu'elle avait bien trop peur de se retrouver seule, elle allait réussir à faire fuguer le gentil voisin musclé qu'elle avait recruté en explorateur de maison et maintenant en garde du corps.
Oui, pour être franche, elle le voyait déjà lui dire qu'au final il avait quelque chose de prévu. Et ça, c'était dans l'hypothèse où il ferait l'effort d'inventer une excuse potable. Parce qu'il aurait tout aussi bien le droit de lui dire qu'il avait laissé les robinets du micro-ondes ouverts. Tout comme il avait celui de se montrer franc en l'accusant d'être complètement folle avant de prendre la fuite. Après la rencontre avec ses parents, il serait tout à fait dans son droit.
Alors quand il s'était assis à la table de la cuisine, l'incompréhension était passée sur le visage de celle qui avait pourtant l'habitude de la déclencher sur celui des autres. Il restait ?

« Drôle ? » inutile d'avoir l'air sourde en plus d'être folle.
Non. C'était juste un adjectif intéressant. Plaisant sans doute autrement un léger sourire ne serait pas venu sur ses lèvres « C'est gentil. » oui, parce qu'en règle général, ce n'était pas celui qu'elle lisait dans le regard des gens. Et on ne la qualifiait pas non plus de seulement "un peu" bizarre.
Relâchant légèrement la pression sur cette pauvre bouteille qui n'avait rien demandé, l'angoisse de voir son voisin partir pour la laisser seule dans sa maison pas si rassurante que ça s'était finalement calmée « Un peu aussi, c'est gentil. »

Est-ce qu'elle doutait avant que le plombier était gentil ?
Non. Parce qu'il avait enduré ses parents et tous ne l'auraient pas fait à sa place. Mais même une personne gentille avait le droit de la trouver étrange. Après tout, n'était-ce pas elle qui, au lieu d'entamer une conversation qu'elle s'apprêtait à débuter, s'était exclamée en semblant réaliser brusquement quelque chose « Ma baguette !!! » sa baguette ? Celle pour laquelle elle s'était précipitée en dehors de la cuisine vraisemblablement. Celle qui ferait peut-être revoir le jugement de son voisin quand il la verrait revenir dans la pièce, expression soulagée sur le visage, baguette de Harry Potter en main, bouteille toujours dans l'autre. Et le soupir soulagé qu'elle avait poussé une fois assise en face de lui avait tristement précédé un « Je ne sais pas ce que j'aurai fait sans... » ... une baguette que seul un gosse serait content de posséder ? Avait-elle pris le temps de vérifier le reste de sa collection ? Probablement que oui, pour les articles qui comptaient le plus pour elle, mais maintenant elle n'avait pas pris celui de terminer sa phrase en croisant le regard de son voisin « J'ai 25 ans. » oui Kanna... « ... bientôt 26. » est-ce qu'il l'avait accusé d'avoir 12 ans ?
...
Non...
« Et je ne lance pas de vrais sorts avec. » encore heureux ! « Enfin sauf avec une amie à moi ! C'est drôle, la dernière fois qu'elle est venue, on a... » Kanna, tu recommences là. Et pas sûr que parler de Hana t'aides à avoir l'air très normale maintenant... « ... rien fait de spécial. » ..... la moue sur ton visage ne convaincra personne... « ... que des trucs d'adultes. Elle est adulte aussi tu sais. Comme moi. » non vraiment, ça ira, il a compris « ... on a rien fait de sexuel non plus. » ... non parce que ça portait un peu à confusion... non ? Ou alors c'était juste elle qui avait l'esprit mal placé...
Elle était très jolie cette table... c'est vrai, elle n'avait jamais pris tout à fait le temps de la fixer avant ce soir.

© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 3 Mai - 15:39

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



Certainement qu’il devrait la trouver bizarre, peut-être qu’elle l’était néanmoins à ses yeux, plus que lui paraître étrange, elle semblait unique en son genre. C’était la première fois qu’il rencontrait une femme aussi décalé, aussi différente et qui vivait, assurément, dans un autre monde. Mais ce n’était pas pour autant mauvais, elle avait totalement le droit et dans le fond, ce n’était pas plus mal qu’affronter la réalité. Chacun avait sa manière de le faire après tout et parce que justement sa voisine était si différente de celles que Jae Hwa avait déjà rencontré, il était encore plus intrigué... Il ne la jugeait pas, il n’avait aucune raison, encore moins l’envie, de le faire. Il était tout simplement curieux et se demander comment une fille de son âge pouvait se comporter d’une manière si enfantine... C’était drôle, oui. Peut-être même attachant, ça lui donnait un côté plus fragile, plus naïve, si bien que là encore il s’interrogeait. Comment avait-elle fait jusqu’à aujourd’hui ? Il était certain que derrière ce masque qu’elle portait devait se cacher un profond mélange d’émotions, rien qu’à voir les parents qu’elle avait d’ailleurs... Il ne la connaissait pas, il ne savait pas grand chose sur elle hormis quelques aspects de sa personnalité et les instants qu’ils avaient passé ensemble. Mais, il n’était pas idiot, bien plus intelligent que ce qu’il ne laissait transparaître et une fille comme ça, c’était si facile à manipuler. Il n’en doutait pas une seule seconde et il avait conscience que s’il le désirait réellement, il pourrait en attirer profit... Il pourrait faire d’elle ce qu’il voulait, la draguer, flirter, peut-être même plus encore puis finir par la convaincre de tout abandonné pour lui, pour l’aider à atteindre ses objectifs sans avoir besoin de les dévoiler. Habituellement, il s’en fichait des conséquences de ses actes, du mal qu’il faisait aux personnes qu’il côtoyait et à quel point ça serait douloureux pour elles si elles découvraient la vérité... Si elles l’aidaient à toucher à son but, le reste n’avait aucune importance. Pourtant... La concernant, machinalement, le photographe n’avait pas eu besoin de réfléchir, il se l’était refusé. Non pas uniquement parce qu’il s’agissait de sa voisine et qu’il aurait des problèmes si elle devinait l’homme qu’il était en réalité mais parce que, tout bonnement, il ne voulait pas profiter de sa naïveté. Elle n’était pas méchante, elle vivait déjà dans son propre monde et elle ne méritait pas ça. Elle ne méritait pas à ce qu’il brise chacun de ses rêves, chacun de ses idéaux et qu’il la descende de son nuage. Si elle avait su se concevoir un endroit chaleureux, il n’avait pas envie d’être celui qui le détruirait. Peut-être que dans le fond, il avait un coeur finalement.... Hors, Jae Hwa comprenait. Il les avait rencontré qu’une fois mais il avait vu les parents que Kanna avait, il avait vu son père, le même genre d’imbécile que le sien et aussitôt, il les avait rangé dans ceux qu’il n’aimait pas. Bien qu’il n’aimait pas grand monde de toute façon, certes. Et il pouvait facilement imaginer ce qu’elle traversait, puisqu’il comparait avec sa propre expérience, qu’il comparait avec son enfance, avec la froideur de son géniteur et l’horrible être que celui-ci était, n’hésitant pas à l’enfermer afin de sauver sa peau... Alors puisqu’il la comprenait, il refusait d’en rajouter. Probablement n’était-ce qu’une excuse pour s’en convaincre toutefois, c’était très bien ainsi.

« Je t’en prie. »

Qu’aurait-il pu dire d’autre ? Il ne voyait pas où était le mal dans sa personnalité, c’était vraiment intéressant et pour qu’une personne telle que lui le pense, c’est que c’était la vérité. Il s’était contenté de lui sourire sur ses dires, avant d’incliner instinctivement son visage sur le côté. Sa baguette ? Pourquoi parlait-elle soudainement de baguette ? Il n’avait pas cherché à comprendre. La réponse était venue à lui tout seul lorsque revenant dans la pièce, sa voisine tenait une baguette magique tout droit tiré d’un film fantastique.

...

Le garçon n’avait su comment réagir, s’il devait rester neutre, rire, ou simplement dire quelque chose. C’était tellement inattendu, tellement surprenant et tellement sorti de nul part que non, il n’avait pas su. Donc, plutôt que faire quoi que ce soit, il l’avait fixé en silence, attendant à ce que sa vis-à-vis reprenne la parole mais à croire qu’elle avait plus d’un tour dans son sac. Alors qu’il croyait qu’elle ne pourrait pas l’étonner plus qu’elle ne l’avait déjà fait, elle en faisait toujours plus et la lueur dans ses prunelles qui était la plupart du temps indescriptible se dilatait de plus en plus au fur et à mesure que Kanna parlait. Sans parler de la pointe d’amusement qui avait commencé à se refléter à l’intérieur. Puisque, bien sûr, qu’il l’était. Cette femme n’était définitivement pas comme les autres et si elle pensait qu’il fuirait à une telle attitude, elle se trompait. Au contraire, ça lui donnait envie de rester... Il n’y avait pas d’explication, il s’agissait juste de l’atmosphère qui s’en dégageait, de cette détente qui naissait dans son coeur rien qu’à l’écouter puis à la regarder. Elle était mignonne. Sincèrement.

En silence, de sa main collé à son menton, une légère esquisse accrochée au coin des lèvres, il avait hoché la tête vivement lorsqu’elle lui certifia son âge, l’amusant un peu plus par cette rétorque. Il n’avait rien demandé. Mais c’était gentil de sa part de préciser.

Pas une seule seconde, il ne l’avait interrompu, se plaisant à l’écouter se lancer dans ses propres délires, à lui raconter sa vie et s’il avait su rester tranquille jusque là, il s’était redressé tout à coup sur sa chaise, la dévisageant, éberlué. Ses paupières s’étaient mis à papillonner sous la surprise et incapable de le contrôler, son rire résonna tout à coup dans la pièce. C’était fantastique. Mythique. Et Kanna pouvait être fière. C’était la première fois depuis des années que le jeune homme riait avec autant de sincérité et qu’il peinait à s’arrêter. Quelle genre de femmes s’emballait de cette manière ? Et qui se faisait de telles réflexions à elle seule ? Il aurait pu ne pas réagir cependant l’expression qu’elle affichait, la manière qu’elle avait eu de lui déclarer cela, jugeant bon de préciser qu’elles ne faisaient rien de sexuelles, il n’avait pas su maîtriser le flux de ses émotions.

- Pardon, s’excusa-t-il entre deux éclats, posant ses doigts doucement devant sa bouche de manière à l’atténuer légèrement, Je suis heureux de le savoir... Vraiment.

Après en soit, elles faisaient ce qu’elles voulaient. Ce n’était pas à lui que ça allait déplaire, bien que ce genre de remarques, il lui était impossible de les répliquer à haute voix. Se calmant enfin, le photographe s’excusa une nouvelle fois avant de souffler et de se reprendre. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas rigolé ainsi et si ça avait un côté effrayant, ce n’était pas si déplaisant... Il avait tant oublié comment ressentir les choses que ça lui faisait bizarre, seulement, ça faisait du bien. A croire que sa voisine était réellement spéciale, et même si ça le rendait curieux, de ce côté là, il devait impérativement resté méfiant et ne pas baisser si facilement sa garde. Ce serait prendre le risque de perdre tout ce qu’il avait construit jusqu’ici.

- Mais tu sais, tu n’as pas à te justifier. C’est toujours important de garder son âme d’enfant !

Est-ce que lui l’avait gardé ? Pas vraiment. C’était à peine s’il se rappelait ce que c’était que de s’amuser réellement néanmoins ceci, il n’était pas nécessaire de le lui préciser. Lui sourire faussement en accompagnement à ses mots, comme il le faisait toujours, était beaucoup mieux. Même si, une partie de lui, acquiescerait ses paroles. Ce n’était pas tant que ça un mensonge... Simplement que pour lui, ça lui était impossible. Il ne savait plus ce que c’était que de rester, pour toujours, un enfant.

© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 4 Mai - 14:24

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



« ... » ce n'était pas vraiment la réaction à laquelle elle s'attendait. En fait, elle n'en n'était même pas proche.
Au premier éclat, le regard de Kanna s'était relevé de cette table pour se poser sur le visage de son voisin et ses traces d'hilarité évidente. Est-ce qu'elle aurait pu être plus rouge que ça maintenant ? Probablement que non. Même ses oreilles la chauffaient. Oh, elle était convaincue d'être assortie au plus rouge des rouges. Il ne servait à rien de chercher à dissimuler son embarras quand sa tête devait tout à fait évoquer la recherche d'un terrier pour s'y terrer.
Est-ce qu'elle pouvait se cacher derrière ses cheveux ? Genre cousin machin ou quelque chose dans ce goût-là ?
Non Kanna. Parce que tu vas avoir 26 ans, tu te souviens ?
Oui... une enfant à sa place aurait eu du mal à partir dans ce genre de discours clairement pas de son âge.
Pourquoi est-ce qu'elle faisait toujours des trucs comme ça ?
Peut-être qu'elle n'avait pas été monté correctement... probablement à l'envers. Ou alors peut être que, selon l'expression courante, elle avait été bercé trop près du mur.
Plus probablement, un alien avait planté une graine dans le ventre de sa mère et elle n'était pas née sur la bonne planète....

Elle ne se changerait pas alors, tout ce qu'elle avait à faire, c'était attendre l'invention du terrier portable.
« Pardon... » mais puisqu'il te dit qu'il est heureux de le savoir ! Qu'importe ! « J'ai tendance à faire ça aussi.... » Oui, embarrassante, c'était son deuxième prénom. Juste derrière Bizarroïde ou E.T., au choix.
Ceci dit, son voisin n'avait pas quitté la tanière de l'alien non ? Il était toujours là.... Et quand ses parents auraient râlé qu'il était grand temps pour réel de grandir, il approuvait ??? Pinçant les lèvres, sourcil levé, elle l'avait dévisagé plusieurs secondes, perdant par la même occasion de sa rougeur avant que ses pensées ne sortent en quelques mots « T'es bizarre... » hum... c'était elle ça non ? Oui... enfin... d'accord, elle l'était plus que lui, elle en avait bien conscience « En général, les gens réagissent pas comme ça... » oui, quand ils la rencontraient. Ses amis avaient l'habitude alors ce n'était pas pareil... même si, encore aujourd'hui, elle parvenait à leur faire adopter des expressions proches des débuts. Elle ne se vexait pas. Rarement, voir jamais. Son seul problème était d'être parfois gênée mais en général, elle ne faisait rien de plus que de s'imaginer planquée dans un petit trou. Parce qu'elle avait l'habitude oui. Et qu'en toute honnêteté, elle le voyait bien qu'elle était bizarre.
Alors, si son voisin avait pris la fuite maintenant. Oui, elle aurait compris. Mais il était toujours là... et juste pour ça, l'esquisse d'un sourire s'était finalement dessiné sur ses lèvres tandis qu'elle faisait rouler doucement sa baguette sur la table.
Pitié Kanna, ne lui parle pas de ta collection sous prétexte qu'il est encore là.... Il est bizarre mais ce n'est pas Hana pour autant.

Non. Bien sûr que non. Elle n’allait pas faire ça. Tout de même, elle savait se tenir.

Si on pouvait croire en cette affirmation ou non, on ne le saurait jamais. Parce que quelques coups contre la porte avaient arrêté la conversation avant qu’elle ne commence.  Ah nous les plaignons ces pauvres policiers auxquels elle avait ouvert, baguette en main. Et si leurs regards s’étaient d’abord baissés sur l’objet que la propriétaire conservait précieusement, leur attention avait fini par être tenue par son discours jusqu’à ce qu’ils commencent leur travail d’investigation. Moment à partir duquel elle était retournée dans la cuisine pour s’installer à nouveau face à son voisin.
Si elle semblait étrangement inquiète malgré la présence de la police, c’était probablement plus pour ses précieuses reliques qui seraient poudrées. Oui, au moins sa baguette était sauvée… non, elle ne pouvait pas aller protéger d’autres choses. Oui, elle avait l’air bien assez ridicule comme ça pour en plus de ça revenir et déposer sur la table de la cuisine : relique de l’anneau unique, retourneur de temps et autres. Assise. Rester assise. Sourire à son voisin. Etre aimable. Trouver un sujet de conversation d’adultes et oublier sa collection « Tu sais qu’il n’en n’existe que peu d’exemplaires dans le monde ? » De ? Sa baguette !
Est-ce qu’elle pouvait arrêter de la tripoter ?
Non… ça la détendait…
Pouvait-elle seulement préciser de quoi elle parlait ?
… Tout le monde connaissait Harry Potter !
Non…
Mais bien sûr que si !
Et c’était l’idée qu’elle se faisait d’une conversation normale ?

© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 5 Mai - 6:59

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



Ce n’était réellement pas dans ses habitudes de rire de la sorte ou de se moquer ainsi. En général, s’il le faisait, ce n’était jamais sincère, il s’agissait de cette comédie qu’il jouait constamment et non la réalité. Hors aujourd’hui, lui-même n’avait su se contrôler et il l’avait clairement ressenti cet amusement quant au comportement de sa vis-à-vis. C’était étrange. Vraiment. Comment, après tant d’années, sans éprouver quoi que ce soit, il riait soudainement... Personne jusqu’alors n’était parvenu à lui étirer une véritable esquisse au coin des lèvres, à réchauffer son coeur, l’intriguer et même le surprendre. Jae Hwa n’était pas de ce genre d’homme qui se faisait influencer facilement... Il ne connaissait pas l’attachement ou plutôt, il avait oublié ce que c’était. Il ne savait pas ce que c’était que d’aimer, que de tenir à quelqu’un puis de vouloir à tout prix tout sacrifier pour elle... Il n’avait jamais éprouvé un quelconque intérêt pour une chose qui ne le concernait pas ou qui ne l’aidait pas à atteindre ses objectifs. C’était donc nouveau pour lui... Il n’avait pas d’explication et certainement qu’intérieurement, il préférait ne pas trop s’interroger puisque c’était étrange, que si la curiosité l’accaparait, cela ne durerait probablement longtemps si ça commençait à le tourmenter, le forcer à remettre tout un tas de choses en question. Il avait déjà eu des sentiments, bien sûr, cependant il n’était qu’un enfant et en un rien de temps, son père les avait « bousillé ». Il les avait piétiné puis au fil des années, rien que de la noirceur avait commencé à apparaître au creux de son coeur. Et il avait oublié. Pourtant à l’époque, il avait des amis, des personnes à qui il tenait mais machinalement, ils avaient tous disparu avec le temps. Il se doutait que son géniteur y était pour quelque chose, que si on ne l’avait pas recherché, c’était parce que l’homme était trop puissant, trop intelligent, pour qu’on se doute une seule seconde qu’il avait condamné son fils à rester enfermé pendant longtemps dans sa chambre, sans pouvoir en sortir. Lorsque ce dernier fut enfin libre, il n’avait pas essayé de reprendre contact avec qui que ce soit, l’envie n’y était plus. Seul la haine, la vengeance l’importait et il avait sombré afin de devenir l’individu qu’il était à présent. Il n’avait aucun autre but et il ignorait ce qu’il ferait une fois celui-ci accompli. Parce qu’il n’y avait jamais réfléchi et que son unique raison de vivre était de faire souffrir son père comme ce dernier l’avait blessé, comme ce dernier avait détruit tout ce qu’il avait. Donc non, il ne connaissait pas le bonheur mais s’il l’avait connu à une époque, il n’était plus en mesure de s’en rappeler... Il aurait du s’excuser envers tous ces gens dont il s’était servi et qui ignorait sa véritable identité, qui ignorait qu’en réalité, il ne les aimait pas, qu’il ne les considérait pas comme des amis, pas même comme des collègues. Hors, il s’en fichait. Il était habitué à être seul dans le fond néanmoins... Avec cette fille, c’était bizarre. L’attitude qu’elle adoptait, cette attitude qui, contrairement des autres, réussissaient à le toucher là où il avait toujours cru ne plus rien ressentir depuis longtemps. Probablement qu’il aurait du s’enfuir pendant qu’il en avait encore le temps, qu’il aurait du réaliser que ce n’était pas un bon signe s’il commençait à éprouver de la vrai curiosité pour une personne et que ça ne présageait pas quelque chose de bien... Il l’avait su au plus profond de lui que ce n’était pas normal, tout comme le fait d’essayer de la comprendre et d’être touché par cette fragilité. Mais, il n’avait pas bougé, il était resté assis à cette table et avait laissé l’amusement l’emporter. Il pourrait toujours se reprendre plus tard, quant il aurait quitté cette maison et qu’il retournerait à ses occupations. Il y croyait, il s’en persuadait toutefois... A croire que le photographe était bien plus naïf que ce qu’il imaginait. Il y a malheureusement des émotions, des comportements qu’on ne contrôle pas toujours et ce, peu importait à quel point on essayait.

Un autre sourire s’était dessiné sur son esquisse alors qu’il haussait les épaules à la rétorque de la jeune femme. Sûrement que oui, il était bizarre, mais probablement pour les raisons qu’elle pensait... Il n’y avait rien d’anormal à réagir comme il le faisait, il ne la trouvait pas étrange. Au contraire, elle était tellement différente... Peut-être parce que au contraire des autres, lui ne regardait pas que la carapace mais aussi ce qui pouvait se cacher derrière une telle personnalité. Elle vivait dans son monde et alors ? Parfois, ce n’était pas plus mal que de se perdre et d’oublier la dure réalité. Il aimerait réussir à vivre de la sorte seulement il en était incapable.

« C’est parce que les gens sont, en général, stupides » Avait-il déclaré en souriant avant de détourner son regard ailleurs dans la pièce.

Ceci n’était pas une nouveauté. Ils étaient tous pour la plupart de grands idiots, ne pensaient qu’au pouvoir, qu’à leur notoriété et ils en oubliaient les choses les plus importantes. Il l’avait assez subi pour le comprendre.

La sonnerie de l’entrée le sortit de ses rêveries et sans bouger, décalant juste son visage vers la porte de la cuisine pour tenter d’entrevoir quelque chose, il l’avait laissé ouvrir. Il ne voyait rien d’où il était cependant de ce qu’il avait entendu, il avait rapidement reconnu la police. Ils n’avaient pas traîné, d’un certain point de vue, c’était rassurant bien que le concernant, il n’était jamais très à son aise lorsqu’il y avait des policiers dans les parages. Il essayait de ne pas y songer puis sourit de plus bel quant sa voisine revint s’installer en face de lui et il dut se faire violence pour ne pas échapper un nouveau petit rire à sa réaction. Unique. Vraiment. Sa main s’appuya contre son visage tandis que de son coude appuyé sur la table, il la contemplait avec cette lueur amusée dans les pupilles.

- Ah oui ? Répliqua aussitôt le garçon, vraisemblablement intéressé.

Certes, il n’en avait que faire de combien d’exemplaires il y en avait dans le monde mais la voir s’évader de la sorte avait le don de le fasciner. Et il était certain que non, ça ne le dérangerait pas de l’écouter lui parler d’Harry Potter, Seigneur des anneaux ou dieu ne savait quelle autre histoire fantastique. Lui ne lisait pas beaucoup, il ne regardait pas non plus énormément de films mais ça ne l’ennuyait pas. Pas en cet instant en tout cas.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 7 Mai - 18:47

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



Les gens n'étaient pas stupides ? C'était en tout cas ce qu'elle avait semblé vouloir répondre en secouant la tête à la remarque de son voisin. Mais en réalité, la réponse était beaucoup moins classique que ça « Moi je pense que c'est la vie qui est mal faite... on devrait tous pouvoir s'inventer notre monde pour vivre dedans... » ... au final, il aurait probablement mieux valu répondre que les gens n'étaient que des idiots avec les personnes qui ne leur ressemblaient pas. Mais non, quand on s'appelait Kanna, on refaisait la réalité. Imaginez un peu le rêve si on pouvait se choisir un univers dès notre premier cri.
Est-ce qu'elle aurait préféré les personnages de ses histoires ?
Ou vivre dans le monde de la grande J.K. Rowling ?
Le choix était compliqué... peut-être qu'il faudrait ajouter une option ou on pouvait alterner. Une vie le jour. Et une autre la nuit pendant les rêves.
Et oui, une fois de plus, on l'avait perdu. Si les policiers n'étaient pas venus à ce moment là, l'écrivaine se trouverait probablement déjà loin à l'heure qu'il est. Pire encore, elle aurait pu développer ce remaniement farfelu d'existence. Tant qu'elle n'écrivait pas aux forces dirigeantes de plusieurs pays pour leur soumettre son idée, ce n'était pas si terrible.

Ce qui l'était en revanche c'est qu'un voisin qui ne pensait pas à mal l'encourage sur son chemin. Si une expression surprise était passée sur son visage, la jeune femme n'avait pas tardé à lui sourire. C'était rare.... en général, on ne se forçait pas à manifester de l'intérêt pour une passion peut-être un brin enfantine... ou quand on le faisait, notre visage ne mentait pas si bien. Mais Jae Hwa... plutôt que de l'arrêter, il avait semblé la pousser sur le chemin qu'elle essayait de ne pas trop emprunter... au moins quand elle ne connaissait pas assez bien la personne.
« Oui, tu sais, c'est une des répliques qui ont servi pour le tournage. C'est un peu comme avoir la baguette de Harry Potter ! » que quelqu'un l'arrête !
Personne ne l'avait arrêté. ça non. ça faisait combien de temps qu'elle parlait maintenant ?
... 15 minutes peut-être, elle ne savait pas vraiment. Elle s'était longtemps perdue dans l'univers de son livre préféré. Elle avait un peu dérivé quand elle avait parlé de son voyage en Angleterre sur les traces du sorcier le plus connu de tous les temps et puis évidemment qu'elle avait parlé aussi de la grande J.K. Rowling... avant de partir en anecdotes et théories sur le film. Dans le fond, 15 minutes, c'était au bas mot. Le déclic, elle avait mis du temps à l'avoir... « Mais c'est pas très bon au final la Bièraubeurre. C'est pas le goût que j'imaginais en tout cas. Pour moi c'est plus........ pardon... je parle vraiment trop. » Si elle ne s'en était pas aperçue toute seule, les policiers auraient au moins eu le mérite de la couper dans son monologue, beaucoup trop long, à leur arrivée dans leur cuisine. Baguette en main, elle s'était relevée pour entendre ce qu'ils avaient à lui dire après quoi elle leur avait donné le peu de renseignements qu'elle pouvait encore leur donner. Maintenant qu'ils avaient mis leur poussière partout, ils ne leur restaient plus qu'à partir. Après l'avoir informée qu'ils la tiendraient au courant s'ils avaient quelque chose, ils avaient pris congés pour les laisser seuls dans la cuisine.

« ... » et si à présent elle n'était plus si bavarde, c'était parce qu'elle redoutait d'entendre son voisin lui annoncer qu'il allait rentrer chez lui maintenant.

© BLACK PUMPKIN
 
Somebody save me I don't care how you do it • | Ft. Kanna ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Skin-care-online.de
» Carnivore Care
» [Idées] Pre-departure project (Au Pair Care)
» Brit Venaison Care - cerf & pommes de terre
» Care sheet for the Kenyan Sand Boa by Thorr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Chiyoda-