Bienvenue sur TTK ! Le groupe Tokyoïte est fermé jusqu'à nouvel ordre, favorisez les autres groupes heart heart

 

 Somebody save me I don't care how you do it • | Ft. Kanna ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Mar 27 Juin - 7:12

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



Si ses yeux s’étaient ouverts en grand subitement, il n’était pas complètement réveillé pour autant. Il était dans cet état second, perdu et chamboulé par ce cauchemar qui était venu hanter son sommeil. Il avait du mal à émerger, à réaliser ce qu’il se passait autour de lui mais surtout... Penser rationnellement. S’il ne se sentait pas aussi étrange, probablement que Jae Hwa aurait mis plus de distance, qu’il aurait trouvé une excuse quant à sa présence dans le salon et que d’un sourire, il se serait contenté de mentir à propos du mauvais rêver qu’il venait de faire. Il aurait pu rêver de n’importe quoi qui en dormant lui avait paru effrayant alors qu’en vérité, une telle chose était improbable. Hors non, il n’avait pas été en mesure de réfléchir, ni même de retrouver ses esprits rapidement. Sa vision était troublée, son souffle court et s’il parvenait à distinguer plus ou moins la jeune femme face à lui, sa voix lui paraissait lointaine.

Non, ça n’allait pas. Des souvenirs douloureux se propageaient dans son être, des images, des hallucinations qu’il aurait souhaité oublier, ne plus jamais penser. Il ne comprenait pas la signification de ce cauchemar, ni pourquoi ça le perdait autant mais ça ne l’aidait pas à se sentir mieux. Voilà pourquoi il préférait être seul lorsque ça arrivait parce qu’il ne supportait pas que quiconque découvre qu’il était en réalité plus vulnérable, qu’on pouvait l’atteindre et l’empêcher d’accomplir son but. Il aurait sincèrement du être plus froid, plus distant, la repousser puis s’enfuir sans chercher à se justifier. Mais là encore, le photographe ne se comprenait pas. Il ne saisissait pas pourquoi cette fille plus qu’une autre... Pourquoi plus que la réprimander ou lui demander d’être seul, il avait éprouvé ce besoin fou de la rapprocher près de lui et de l’enlacer comme si sa vie entière en dépendait. Ce n’était pas normal... Il en avait conscience. Cela aurait du le mettre en garde, le terrifier plus que de raison néanmoins il s’était dit qu’il aurait tout le temps de songer à ce problème plus tard.

Jusque là tous deux ne s’étaient jamais vraiment parlés... Bien sûr, ils avaient échangé quelques mots, quelques banalités comme tous voisins qui se respectaient néanmoins concernant leur vie, ils ne connaissaient pas grand chose. Et pourtant... Ceci ne paraissait pas avoir d’importance. Cette attirance, dans le fond, probablement qu’elle avait toujours été là parce que dés le début, il avait pu remarquer ô combien Kanna était différente. Elle se démarquait des autres et ce, dans tous les sens du terme. En se réveillant aujourd’hui, l’avoir à ses côtés avaient plus été un soulagement qu’une crainte. Un sentiment qu’il n’était pas en mesure d’expliquer puis de toute façon, il était bien trop troublé pour y parvenir.

Refusant de se décaler, ses phalanges s’étaient faufilées dans ses cheveux afin de la garder plus proche de lui, afin de la convaincre de ne pas se reculer et de le laisser dans cette position quelques minutes.
Ses paupières se fermèrent doucement, tandis qu’il essayait de se concentrer sur les mouvements que sa voisine lui offrait, l’aidant peu à peu à apaiser son coeur, et retrouver un souffle normal. Un faible son de bien être vibra dans son gorge à cause de cette sensation qui lui avait embrassé sa peau. Kanna était si douce, si attentionnée que le garçon peinait à être insensible à chaque geste qu’elle lui accordait. Bien au contraire. Machinalement, ses bras renforcèrent l’étreinte, la serrant un peu plus contre lui jusqu’à ce qu’il niche son visage dans le creux de son cou, se délectant de ce parfum qu’elle dégageait.

Ses mains se détachèrent ensuite de ses cheveux puis tandis qu’il se motivait enfin à se reculer, lentement, il posa doucereusement son pouce contre sa joue qu’il câlina avec tendresse. Ses prunelles n’avaient guère pu fuir celle de sa vis-à-vis, s’y noyant quelques instants avant qu’un fin sourire ne vienne dessiner sa bouche.
Peu à peu, Jae Hwa paraissait récupérer ses esprits même si, ça ne l’empêchait pas de ne pas vraiment savoir comment il était censé réagir. La raison pour laquelle, certainement, il s’était rapproché puis sans défaire ses doigts de son visage, il lui déposa un tendre et long baiser sur le front.

- Désolé, Lui souffla-t-il en la contemplant de plus bel, Je ne sais pas ce qu’il m’a pris...

Pas sûr que cette explication à elle seule ne suffise puisque concernant son attitude, sa voisine devait avoir plus d’une question à vouloir lui poser. Il la remercia ensuite d’une voix calme avant que ses iris n’explorent la pièce autour de lui puis ne s’égarent de nouveau sur la jeune femme.

- Tu devrais retourner te coucher, tu dois être fatiguée...

Puisque c’était encore le milieu de la nuit et que ce n’était pas parce que lui n’était pas capable de dormir qu’il devait lui imposer son rythme de vie.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 27 Juin - 13:25

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



Sans doute s’était-elle un peu égarée en chemin. Entre le moment où elle était venue dans ce salon, armée de sa baguette magique, pour chasser une mystérieuse créature magique… et surtout retrouver son voisin disparu… et celui où elle avait été kidnappé dans ses bras là. Elle qui tenait tellement à sa baguette, elle ne s’était même pas rendue compte qu’elle l’avait abandonné sur le sol pour permettre à sa main libre de caresser doucement un dos. En fait, est-ce qu’elle pensait à grand chose maintenant ? Pas vraiment non. Elle ne savait pas trop. C’était là, quelque part en elle, cette nécessité de lui rendre son étreinte, de se perdre en tendresse. Le rassurer, c’est vrai, au stade particulier où c’était un besoin pour elle. Mais peut-être que ce n’était pas que ça. Et tout compte fait, elle ne pouvait pas se prétendre être la seule source de réconfort. N’avait-elle pas entièrement oublié à présent qu’elle venait pour jeter des sorts ? Non… mais ça, c’était comme tout à l’heure…. Elle qui était si mal, elle qui craignait de passer une nuit chez elle… elle s’était endormie blottie dans ses bras qu’elle avait retrouvé à présent.

Elle ne savait pas exactement combien de temps cette étreinte avait duré. Est-ce que ça n’avait vraiment été que cinq minutes ? Quand elle aurait pu rester des heures comme ça, le temps lui avait sans doute semblé plus court pour elle dont les doigts ne pouvaient retenir de l’affection contre un corps ou dans des cheveux. On lui donnerait la justification de répondre à l’affection de son voisin mais, en réalité, ne s’était-elle pas perdue la première au bout de quelques secondes d’étreinte ?
Sans doute. Mais si dans sa perte, elle avait été capable de le réconforter un peu, alors ça valait définitivement le coup d’avoir à croiser ce regard en sentant le sien légèrement troublé.
Elle ne s’en rendait même pas compte à présent, mais sa main qui était redescendue contre une hanche persistait à laisser glisser ses doigts sur une peau. Comme un automatisme incontrôlable, l’autre avait glissé un instant contre une nuque malgré la fin de cette étreinte. Et curieusement, malgré son coeur qui s’était mis à battre d’une étrange manière, elle n’avait pas quitté ce regard du sien.

Quelque chose de plus… ou quelque chose de différent, elle ne savait pas vraiment ce qui l’avait trouvé davantage sur le moment dans ses yeux. Ou c’était peut-être juste ce pouce contre sa joue qui l’empêchait de réfléchir clairement. Elle n’était pas certaine… et pourtant… c’était un échange particulier, différent, un quelque chose de plus qui avait aidé son coeur à battre plus certainement au même titre que ses lèvres qui s’étaient déposées ensuite sur son front. Sans doute n’était-elle même pas consciente qu’un léger sourire avait répondu à celui qu’elle avait vu quelques secondes en arrière.
Bêtement, ses pensées l’avaient perdu davantage tandis qu’elle se retenait de poser les doigts un instant sur les traces d’un baiser que son coeur avait semblé trouver particulièrement chaud. Agréable… oui, ça c’était certain.

Mais pour le reste, sa tête s’était simplement secouée.
Sérieusement, elle n’allait pas lui demander ce qu’il fichait par terre ? Elle était au courant qu’il n’était pas fakir « Non… c’est rien…. » elle ne dirait rien non plus pour cette étreinte soudaine ?
Il ne valait mieux pas… se connaissant, ses lèvres allaient balancer des choses pour faire rougir à nouveau ses joues.
Sa bouche s’était cependant ouverte pour dire quelque chose mais au lieu de parler, son regard s’était détourné dans la direction d’où elle venait aux mots de Jae Hwa.
Dormir. Oui. C’est vrai.
Dans son lit et lui sur le sol du salon ?
… lâcher cette hanche. Lui souhaiter bonne nuit à nouveau, lui proposer d’essayer de l’installer d’une manière plus confortable aussi, ce ne serait pas mal.
« .... » mais ce n’était pas de la déception qui était passée un instant sur son visage avant une hésitation plus claire ?
Et maintenant, qu’est-ce qu’elle faisait au juste ? Elle n’avait pas vraiment réfléchi lorsque ses yeux s’étaient baissés vers cette main que la sienne était venue chercher. Sa tête s’était secouée doucement avant que son regard ne retrouve celui de son voisin. Et puis, sans s’expliquer, elle s’était allongée sur le sol, sa main tirant celle du jeune homme « ça t’embête pas trop ? » c’est ça, demande lui après avoir volé son sol « Je préfère rester avec toi... » et continue de lui demander en laissant ton pouce se promener sur le dos de sa main tandis que les doigts de ton autre main ne se rendent manifestement toujours par compte qu’ils traînent depuis trop longtemps à câliner cette hanche. Mais dans le fond, ils auraient mieux fait à continuer de se perdre de cette manière au lieu de se “raisonner” pour au final s’attaquer à plus haut. Le cerveau toujours déconnecté sans doute, sa main s’était relevée jusqu’au visage de son aîné où le bout de ses doigts s’étaient promenés avec douceur à divers endroits. Sur son front, une tempe, une joue, l’arête de sa mâchoire.


Il semblait aller bien maintenant. Alors qu’est-ce qu’elle faisait ?
5 minutes… ça ne pouvait pas être plutôt quelques heures ?


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Mar 27 Juin - 14:16

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



L’atmosphère qui régnait dans cette pièce n’était-elle pas trop étrange ? Jae Hwa n’aurait pas pu l’expliquer, c’était à peine s’il le remarquait de toute façon, mais la douceur se propageait dans tout le salon, les enveloppant dans un fin cocon que le jeune homme n’avait pas envie de briser. Certainement que le jour suivant il serait plus rationnel, qu’il serait plus apte à trouver une excuse à chacun de ses gestes puis à la convaincre de rester à l’écart. Il pourrait lui dire qu’à cet instant il n’était pas totalement lui-même, pas complètement réveillé et qu’en plus, somnambule, il s’était bizarrement retrouvé à dormir dans le salon. Oui, plus tard, il aurait tout le temps qu’il désirait afin d’inventer une excuse convenable. Mais pas maintenant... Maintenant, il avait envie de profiter, de se perdre dans ce monde qui n’était pas le sien et d’accepter cette étreinte qui lui réchauffait le coeur. Cela faisait combien de temps déjà qu’il n’avait pas éprouvé un tel sentiment de bien être ? Ca remontait à si loin que le jeune homme n’était pas en mesure de s’en rappeler... Il ne se souvenait plus de quand était la dernière fois où son esprit n’avait pas été envahi par des idées noires et que son âme semblait si paisible qu’il n’était pas capable de retenir cette esquisse qui décorait ses lèvres. Est-ce que Kanna était une sorcière ? Après tout, ne se baladait-elle pas avec une baguette magique quelques instants plus tôt ? Peut-être lui avait-elle réellement lancé un sort et naïf, il n’avait rien pu faire pour lutter contre une telle manigance. Ce n’était pas croyable... Lui qui se maîtrisait si bien habituellement n’était pas capable de contrôler son corps, ni même sa raison en ce moment précis. Parce que ses bras étaient emplis de douceur, qu’il lui procurait une profonde sensation de confort et un fort sentiment de sécurité. Aucune femme n’avait su lui faire ressentir ça auparavant. Hors ça c’était parce qu’en réalité, il n’avait jamais été attiré par aucune d’entre elles. A part leurs formes généreuses et leur physique avantageux, elle n’avait rien à envier, aucun charme qui parvenait à toucher sérieusement son coeur. Elles se ressemblaient toutes, ne souhaitant que strass et paillettes, ne souhaitant que de notoriété et ne pensait qu’à la prochaine paire de chaussures qu’elles allaient acheter. Elles n’avaient rien de naturelles, bourrées de superficialité et de désirs tout autant insignifiants les uns des autres. Etait-ce pour cela que Kanna avait réussi, un tant soit peu, à effleurer son coeur, à ouvrir une porte à l’intérieur pour tenter d’y rentrer, doucement, sûrement ? Lorsqu’il la regardait, qu’il noyait ses yeux sombres au creux des siennes, il n’y voyait que de la tendresse, une fragilité sans nom qu’il souhaitait protéger. Elle était unique et pour sûr, elle n’avait rien de ses filles qu’il avait rencontré. Elle était au contraire cent pourcents naturelles et elle ne s’en cachait pas. Elle aimait ce monde un peu trop parfait dans lequel elle résidait, elle rêvait de créatures fantastiques et de sorciers... Elle était différente. Et oui, lui préférait ça. Bien qu’il n’était pas capable de s’inventer une vie, qu’il avait longtemps abandonné cette idée pour se réfugier dans une haine infinie, il l’admirait.

Durant un court instant, ses yeux s’étaient égarés sur cette main qui lui choyait la hanche néanmoins il n’en avait rien dit, se contentant de redresser ses prunelles en sa direction puis de s’y perdre de plus bel. Qu’aurait-il pu dire de toute manière ? Il n’avait absolument rien contre ça. Pas moins lorsque, d’un geste instinctif, ses phalanges s’étaient resserrées autour des siennes et que, un brin surpris, il l’avait observé s’allonger à sa place.

« Hum, pas du tout » Avait répliqué le photographe en secouant doucement son visage avant de se laisser entraîner puis de s’installer à ses côtés.

Pas une seule seconde, il ne la quitta du regard, appréciant chaque geste qu’elle lui offrait et sans lâcher cette main qui tenait la sienne, il glissa son autre libre en dessous de sa voisine afin de la motiver à se mouvoir légèrement. Ainsi, il récupéra sa place puis la ramena instantanément contre lui, ses bras s’entourant soigneusement autour de son corps jusqu’à ce que ses phalanges ne s’amusent à caresser sa longue chevelure.

- C'est mieux comme ça ? Lui chuchota-t-il alors qu’il renforçait l’étreinte, souhaitant réduire au maximum l’espace qui les séparait.

Au lieu d’agir aussi stupidement, n’aurait-il pas du être plus persuasif et la convaincre de retourner dans sa chambre ? Non parce que dormir dans le salon, il était probablement le seul à faire quelque chose d’aussi étrange... Et ce n’était pas bien d’entraîner les autres dans sa bizarrerie. Hors, les battements de son coeur étaient si calmes, si paisibles qu’il n’avait pas eu le courage de la repousser. Ni l’envie d’ailleurs. Disons tout simplement qu’il la préférait ici avec lui et que si, en plus, Kanna ne voulait pas partir, il n’avait aucune raison de la retenir.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 27 Juin - 16:07

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



C’était étrange cette sensation de vivre un moment à part. Comme l’un de ses rêves qu’elle s’inventait. Est-ce qu’elle s’était déjà imaginée dormir sur le sol de son salon ? Non, pas même pour l’un de ses personnages. Enfin, le meilleur ami de son héros l’avait bien fait dans un chapitre parce que… c’est vrai, on s’en moquait à présent de ce joli monde imaginaire. Parce que ça n’avait rien à voir ce qui se passait ici. C’était bien réel, c’est vrai. Et pourtant, elle avait l’impression que tout était déconnecté de l’extérieur. Oui, c’était vraiment curieux… même pour elle qui rêvassait tout le temps. Et pour être tout à fait honnête avec les battements de son coeur, elle se sentait comme hypnotisée. La main qu’elle retenait toujours dans la sienne, c’était un lien qu’elle ne se sentait pas prête de lâcher. Pas plus que ce regard.
Elle ne l’avait pas quitté une seule seconde des yeux quand il avait accepté cette configuration bizarre qu’il s’était choisi pour passer la nuit. Un léger sourire lui avait répondu et elle s’était sentie soulagée.
Ce n’était pas qu’elle avait toujours rêvé de dormir par terre. Elle voulait simplement rester avec lui. Ou plutôt, proche de lui. C’était le terme exact que ses lèvres n’avaient pas su avouer. Elles l’avaient pourtant fait à demi-mot quand, après s’être laissée attirer dans ses bras, après s’y être plus certainement calée, elles avaient laissé passer cet aveu « Oui… plus que mieux... » tellement plus que mieux… au point qu’elle en avait soupiré lorsque l’étreinte s’était renforcée. Il aurait pu l’étouffer, elle n’aurait pas protesté. Ils avaient quelque chose de particulier ses bras. Elle s’y sentait bien. Plus tôt. Maintenant.


Et tandis que sa jambe ne s’était pas retenue de se bloquer entre les siennes comme pour réclamer à se faire kidnapper plus certainement, sa main avait repris son manège sur son visage de longues secondes « Tu es fatigué ? » et elle ?
Pour être franche, elle n’avait plus tellement envie de dormir à présent. Même si la fatigue finirait par la gagner, elle avait envie de résister un peu. Il pourrait se blâmer de l’avoir tourné en gosse qui réclamait une heure de plus avant le couvre feu. Il ne fallait pas la serrer comme ça contre lui ou jouer avec ses cheveux d’une manière qu’il lui faisait espérer qu’il ne s’en lasse pas trop vite.
Elle, elle avait l’impression qu’elle ne se lasserait pas de la nuit de dessiner les traits de son visage.
… ce n’était pas qu’une impression non ? Il avait un peu plus que du plombier ce soir….
un garde du corps ?
Un Teddy ?
Il était juste… vraiment… « Tu sais… tes yeux… j’ai l’impression que je le remarque seulement maintenant… mais je les aime beaucoup…  » … elle ne savait pas trop. Peut-être parce qu’il n’y avait aucune définition exacte pour ce regard qui l’hypnotisait. Oui, au point que sa tête s’était calée contre lui, bien trop proche de la sienne, sans que ses yeux ne se dérobent aux siens.
Fixer une personne comme ça, c’était supposé vous mettre mal à l’aise, et pourtant… elle n’y arriverait pas à le rompre cet échange. Elle qui adorait son monde confortable, elle préférait à présent rester dans ces yeux-là. C’était un échange étrange mais dont elle savait déjà qu’elle regretterait l’absence.

© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Jeu 29 Juin - 6:05

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



Kanna n’avait pas tort de songer que tout semblait déconnecté de l’extérieur. En cet instant, tous deux étaient dans cette bulle qu’ils avaient construites et dont ils peinaient à éclater. Aucun d’eux n’avait l’air de vouloir s’en détacher et si Jae Hwa devait s’inventer une excuse, c’était celle d’avoir été trop chamboulé par son cauchemar, qu’il était encore à moitié réveillé et que de ce fait, il n’était pas en mesure de réfléchir rationnellement. Puisque s’il avait été en meilleure forme, il ne se serait pas comporté de cette façon n’est-ce pas ? C’était tellement plus facile pour lui de se convaincre que tout ceci était anodin, que le lendemain tout serait à nouveau comme avant, qu’il ne penserait plus à ce qui s’était passé cette nuit-là et que sa voisine redeviendrait une femme quelconque pour qui il ne se soucierait pas. Hors... Comment pouvait-il penser ainsi alors que rien que la première fois qu’il l’avait rencontré, sans se l’expliquer, le photographe l’avait déjà trouvé différente. Il n’avait suffit que d’une seule fois pour attiser sa curiosité, plus qu’il ne se l’avouait. L’une des raisons pour laquelle, sûrement qu’il le nierait jusqu’en enfer, il n’avait pas rechigné lorsqu’il avait du se rendre chez elle l’autre jour... Pour lui, c’était si simple de s’inventer des excuses, de se dire qu’elle lui avait rendu service, qu’il lui devait bien ça et que de toute manière, elle n’était pas des plus désagréables à regarder. Ce serait mentir que déclarer le contraire cependant dés le début il aurait pu le dire... Kanna n’avait pas qu’une belle apparence, elle dégageait un charme qu’il n’avait jamais rencontré auparavant. Il s’en rendait un peu plus compte aujourd’hui alors qu’il la tenait dans ses bras et qu’il pouvait la contempler de plus près. Jusqu’à présent, Jae Hwa n’avait jamais réellement profité de ces moments de repos et c’était bien plus plaisant que ce qu’il n’aurait pu concevoir... La dernière fois, tout avait été si rapide, qu’il n’avait pas pris le temps de l’observer, de détailler chaque parcelle de son visage : ses yeux, son nez, sa bouche et même ses joues. Parce que, normalement, il allait directement à l’essentiel, au bout de ses désirs sans se poser de question et parce que naïvement, encore maintenant, il avait préféré penser que l’effet qu’avait sa voisine sur lui était exactement le même que celui des autres femmes. Il se trompait. Entièrement. Et cette flamme qui réchauffait son coeur, cette douceur qu’il avait en restant auprès d’elle, en était la preuve évidente. Une preuve que le jeune homme refusait d’admettre, souhaitant resté enfermé dans son déni jusqu’à la fin. Quel idiot faisait-il là seulement pouvait-on vraiment le lui reprocher ? Lui qui ne s’était jamais attaché à qui que ce soit auparavant, comment aurait-il pu mettre des mots correctes sur chaque émotion étrange qu’il éprouvait ?

En silence, Jae Hwa n’avait pas pris la peine de lui répondre, se contentant de sourire discrètement en l’entendant lui rétorquer que c’était « plus que mieux ». Ses doigts s’étaient machinalement perdus sur son dos, effectuant de légers ronds au-dessus du tee-shirt qui la recouvrait.

« Un peu. » Lui avait-il déclaré doucement « Mais ça va. »

La vérité était qu’il était constamment fatigué. Il n’avait aucune solution pour régler les troubles de son sommeil et lui permettre de passer une nuit plus convenable. Donc, il n’avait pas d’autre choix que de faire avec. Pour maintenant, il n’était pas certain de pouvoir dormir de nouveau puisque même s’il était éreinté, la simple idée de fermer l’oeil ne l’enchantait pas vraiment. Puis, il était trop bien dans cette position pour vouloir ne perdre qu’un seul instant de l’image qui se présentait devant lui. Tout comme il appréciait certainement un peu trop ses doigts qui effleuraient son visage dans une douceur sans pareille.

Une esquisse qu’il ne contrôla pas se dessina sur ses lèvres alors que, lui-même, se noyait dans ses prunelles qui le fixaient. C’était la première fois qu’il les voyait de si près, probablement qu’il pourrait vraiment y perdre pied. Ca l’ensorcelait, ils l’attiraient plus qu’il ne le croyait. Kanna devait avoir des superpouvoirs, une enchanteresse, ce n’était pas possible autrement... Pourquoi avait-elle cet effet si apaisant sur lui ? Il ne comprenait pas. Et en toute honnêteté, il n’était pas sûr d’avoir envie de comprendre.

- Ah oui ? Se plut à répondre le photographe avec un fin sourire amusé, Et les tiens alors, est-ce que je dois en parler ?

Puisqu’il les aimait beaucoup aussi. La brillance qui s’y reflétait à l’intérieur faisait chavirer son coeur un peu plus à chaque seconde qui s’évanouissait. Ses phalanges qui étaient dans ses cheveux quelques temps plus tôt se retirèrent afin de se poser à leur tour sur la joue de sa vis-à-vis et de la lui choyer avec tendresse. Lui pardonnerait-on s’il choisissait de flancher encore un peu plus ? Au point où ils en étaient, il n’était plus vraiment à ça près... La raison pour laquelle, après lui avoir adressé un autre sourire, il avait rapproché son visage où dans un fin et doux baiser, ses lèvres s’étaient liées aux siennes.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Dim 2 Juil - 14:31

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



Est-ce qu’elle se souvenait seulement de pourquoi Jae Hwa était là à la base ? Il n’était certainement pas venu pour faire une soirée pyjamas sur le thème des câlins. Premièrement, parce qu’il ne portait pas exactement ce qu’on pouvait appeler “pyjama”. Deuxièmement, parce que ce n’était pas comme ça entre eux, non ? Même cette fois où l’intervention du plombier s’était terminée dans un lit, ils ne s’étaient pas retrouvés à se câliner de cette manière. Elle s’en serait souvenue, ça elle en était certaine. Parce que ces caresses-là avaient quelque chose d’agréable… très agréable. Et parce que, si proche de lui, elle aurait remarqué ce regard qui ne faisait que la pousser à se perdre davantage.
Alors oui, peut-être qu’elle ne se souvenait pas tout à fait des raisons qui faisaient que son voisin passait la nuit chez elle. Dans sa tête, c’était un vide étrange mais loin de l’incommoder pour autant. Il y avait lui… Jae Hwa… et puis un peu elle pour recevoir des caresses qui lui faisaient espérer que ce moment dure encore et encore jusqu’à oublier de se terminer. Et si elle ne pouvait pas se lasser de son côté de dessiner des traits auxquels elle n’avait sans doute pas fait assez attention, ou en tout cas pas comme aujourd’hui, elle espérait égoïstement que la réponse à la question qu’elle venait de lui poser soit un non.
Un peu trop pour qu’un air déçu accompagné d’un « Oh…  » … ne franchisse pas ses lèvres. Quoi ? Son voisin n’avait pas le droit au sommeil ?
Alors que celui qu’il avait pu prendre ne semblait pas avoir été terrible…
« … désolée... » il y avait au moins une excuse pour une première réaction à condamner.
Et elle pourrait s’excuser aussi pour se raccrocher à ce “ça va” afin de justifier le fait que ses doigts ne s’étaient pas arrêtés pour autant “

« … c’est juste que... » elle l’avait embauché comme Luminou et il était par conséquent priver du droit de sommeil ? Non… mais une réponse plus honnête pour expliquer la déception avait fini par franchir ses lèvres « … j’ai envie de profiter un peu… » comment est-ce qu’ils en étaient arrivés là quand à la base elle était celle qui était supposée donner du réconfort ? Oui, elle s’était perdue sans vraiment se demander “pourquoi” ou “comment”. Maintenant, elle était juste bien et cet instant avait quelque chose qui la poussait à en demander égoïstement plus « … c’est mal hein ? » de l’avis de beaucoup, sûrement. Pourtant, ça ne donnait pas l’impression d’être quelque chose de mal. Comment un moment qui semblait si magique pouvait être qualifié de mal parce qu’on souhaitait le prolonger ?
Son voisin finirait par déménager. Mais maintenant, elle n’avait aucune idée grotesque en tête. Elle en avait pourtant le secret. Mais elle n’était pas seule ici dans ce joli petit monde, Jae Hwa aussi voulait rester non ?

Elle pouvait toujours essayer de le capturer avec son regard qui ne se détachait plus du sien. Si elle en était bien capable, ses lèvres s’étaient laissés aller à dire tout haut ce qu’elle pensait tout bas. Elle pourrait sans doute remercier plus tard de lui avoir fait la version courte parce qu’en bonne romancière, il y en avait à présent des adjectifs qui lui venaient au sujet de ses yeux. Et c’était sans doute la raison pour laquelle sa tête s’était secouée à la remarque de son voisin « … non… je suis beaucoup plus inspirée par les tiens…. » ne te perds pas plus Kanna. Le plombier est peut-être un magicien qui est en train à présent de te lancer un sort.
… hum… dans ce cas, elle se portait volontaire pour jouer les cobayes. Dessinant sa pommette de l’index, elle aurait pu argumenter sur le seul thème de conversation qu’ils pouvaient choisir entre deux regards, mais une main sur sa joue avait arrêté sa réflexion.

Elle avait pensé que c’était agréable… bien trop agréable… elle avait souhaité qu’il recommence cette caresse… et puis, son coeur avait adopté un nouveau rythme, un rythme qui s’était accéléré davantage quand sur ses lèvres, un goût unique s’était posé. Un goût qu’elle n’avait pas cherché à repousser, non. Sa main, poussée par l’envie que ce baiser dure, avait glissé jusqu’à une nuque pour s’y presser doucement, laissant ses doigts y glisser tandis que ses lèvres formulaient la demande silencieuse contre d’autres de prolonger cet échange.
Il y avait bien eu un moment où son souffle avait caressé ce qu’elle regrettait déjà… mais est-ce qu’elle avait seulement envisager d’en profiter pour se reprendre ? Non. L’embrasser, elle le voulait encore… au moins un peu, quelques secondes… ou un peu plus… elle n’avait de toute manière pas vraiment réfléchi quand elle avait trouvé ses lèvres, laissant sa main remonter doucement sur une peau pas assez explorée pour se presser doucement dans son dos.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Sam 8 Juil - 7:32

SOMEBODY SAVE ME I DON'T CARE HOW YOU DO IT
Jae Hwa & Kanna



Kanna n’avait pas à se sentir désolé. C’était vrai qu’il était fatigué toutefois malgré cela, même s’il le désirait, il n’était pas certain de parvenir à trouver le sommeil. Qu’il soit ici ou chez lui, il ne dormait que très peu d’heure par nuit à cause de ses cauchemars qui s’amusaient bien trop souvent à le perturber. Un jour, qui savait, peut-être qu’il parviendrait à les effacer de son esprit, à ne plus penser à cette époque où enfermé entre quatre murs, il était en train de devenir dingue, réfléchissant à tous les moyens possibles pour mettre un terme au règne de son père. Il n’avait jamais cessé d’y songer, c’était ce qui l’avait maintenu en vie, cette rage profonde et cette amertume immense qu’il éprouvait à son égard. Il repensait toujours à sa mère qui avait disparu, à ce que son père avait fait d’elle en osant salir son image et déclarer qu’elle avait mis fin à ses jours. Menteur. Il l’avait tué. Si Jae Hwa aurait du décrire ses mauvais rêves qui le hantaient chaque nuit, probablement qu’il n’en aurait pas été capable. Ce n’était pas un fait réel, c’était une chose que son imagination s’amusait à concevoir, une peur qui se propageait dans tout son être et contre laquelle, il n’arrivait pas aller à l’encontre. Son géniteur était un homme machiavélique, manipulateur et bien que lui ait l’intention de l’affronter, il ignorait s’il parviendrait à l’atteindre avant que l’autre ne l’atteigne en premier. Sa vie n’avait été construite que sur ce but, que sur cette vengeance cependant il y avait une chose qui le différenciait de son géniteur. Une chose dont il n’avait même pas conscience... Lui était capable d’être affecté, de ressentir des émotions, d’être touché par les sentiments des autres. Jusqu’ici, il ne s’était jamais réellement attaché à quelqu’un néanmoins c’était parce qu’il n’avait pas su rencontrer quelqu’un qui se démarquerait, parce qu’il n’avait pas su rencontrer quelqu’un en qui il pouvait avoir totalement confiance et sur qui, il pourrait se reposer. Il n’avait côtoyer que des personnes inutiles, que des personnes qui étaient utiles pour parvenir à son objectif, il n’avait aucune raison de s’attacher à cela. Hors, s’inquiéter, être triste ou en colère, c’était la preuve même qu’un être-humain vivait et que son coeur éprouvait des tas d’émotions... Pour lui, c’était simplement inhabituel puisque jusqu’à maintenant, il n’avait jamais rencontré une personne aussi unique que cette jeune femme qui se tenait à ses côtés. Elle était en train de lui faire perdre la tête. Il était dans un autre monde avec elle... Un monde qu’il devrait quitter tôt ou tard, retourner vaquer à ses occupations et la sortir de son esprit pour toujours, cependant pour le moment, le photographe ne désirait que profiter. Rien de plus.

S’il avait secoué la tête pour lui faire comprendre que non, ce n’était pas mal, il n’avait pu retenir ce sourire tendre qui avait étiré ses lèvres ensuite, lorsque Kanna avoua être plus inspirée par ses yeux. Il aurait tellement pu lui répondre la même chose cependant Jae Hwa avait jugé plus judicieux de se taire et d’apprécier ce moment tel qu’il était. D’aussi loin que remontait ses souvenirs, il ne se rappelait pas d’avoir déjà partagé un instant aussi tendre avec une autre femme... Il n’avait jamais fait dans le sentimentalisme, même avec elle l’autrefois qu’ils s’étaient retrouvés dans cette maison. C’était si différent... Parce que plus le temps s’écoulait, plus sa curiosité à son égard se faisait plus grande et plus son intérêt s’accentuait. Certainement que jusqu’à maintenant, il avait toujours tenté de renflouer chacun de ses sentiments, de lutter au mieux qu’il le pouvait pour ne pas s’y intéresser puis se réfugier dans le déni afin de ne pas se laisser dévorer. Malheureusement, quoi qu’il fasse, il ne pouvait pas changer le fait que sa voisine l’avait toujours intrigué, qu’elle l’avait rapidement charmé mais pas uniquement avec son physique avantageux. Sa personnalité était spéciale, exceptionnelle, comme un bijou extrêmement rare... Un bijou ensorceleur probablement, au vue de comment elle parvenait à le transformer et le perdre dans des abysses qu’il ne connaissait guère.

Ses lèvres n’avaient pas hésité une seconde de plus pour se lier à leur jumelle, partageant un doux baiser qui devenait de plus en plus passionné au fil du temps qui s’écoulait. Les paupières closes, le souffle court, le jeune homme n’avait éprouvé aucune envie de se décaler, la forçant à se rapprocher un peu plus de lui alors que sa main libre était parti se réfugier derrière sa nuque. Lui non plus ne souhaitait pas mettre un terme ce moment, goûter ses lèvres encore un peu plus... Juste un peu plus. La raison pour laquelle, à peine eut-il repris quelques bouffée d’air frais, leurs lèvres se rencontrèrent de plus bel, ses phalanges glissant le long de son dos avant de soulever doucement son haut puis de caresser suavement sa peau bouillante. Il était difficile de croire que lancer comme ils étaient, ils parviendraient à s’arrêter... Il était tard, ou plutôt très tôt dans la matinée. C’était une heure où toutes les personnes raisonnables qui se respectent devraient normalement dormir et non pas se câliner sur le tapis du salon. Hors, ces deux là paraissaient n’en avoir strictement rien à faire, perdu dans ce doux cocon qui les enveloppait.


© BLACK PUMPKIN
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 13 Juil - 16:17

Somebody save me I don't care how you do it
Jae Hwa & Kanna



Oui, Jae Hwa avait de très jolis yeux, mais est-ce qu’elle les voyait bien à cette distance là ? Les siens fermés et ses lèvres sur une place interdite ? ça nous semblait difficile. Mais elle trouverait peut-être le moyen de se justifier pour ce comportement en prétextant qu’il l’avait envoûté. Plus probable qu’une justification, elle se demanderait ce qui lui avait pris. Ou peut-être qu’elle ne le ferait même pas. Mais si demain, dans sa tête de rêveuse, il se mettait à passer un questionnement, elle ne se sentirait pas si stupide que ça de parler d’envoûtement. Parce que c’était bien l’effet que Jae Hwa était en train de lui faire maintenant. Elle n’était plus vraiment maîtresse de ses mouvements et elle se laissait simplement emportée par cette envie de l’embrasser, d’être proche de lui et de ne laisser qu’une pauvre distance entre leurs deux corps.
Et parce que dans son coeur, ses battements lui soufflaient que cet échange était agréable, magique, à part comme faisant partie d’une autre monde dans lequel la rêveuse qu’elle était se plaisait bien trop… peut-être qu’elle ne prendrait même pas la peine de se poser une question. Si elle le faisait, si elle en venait à commencer des phrases où elle se traiterait d’allumée, il était impossible qu’un sourire ne se dessine pas sur ses lèvres à un moment ou à un autre.

Parce que ça ne pouvait pas être un moment qu’elle regretterait. Qu’importe la suite et qu’importe les questions qu’il y aurait ou qu’il n’y aurait pas… le regret aurait été de ne pas voyager avec ce voisin qu’elle ne connaissait pas tant que ça et qu’elle avait pourtant l’impression de redécouvrir.
Est-ce qu’elle avait une mémoire si terrible ?
Non… et même avec ça, elle serait convaincue en y pensant de se souvenir des détails de cette soirée plomberie. Et pourtant, pourtant maintenant… les baisers qu’ils partageaient avaient une toute autre saveur. Les caresses qu’elles sentaient sur sa peau, celles qui lui avaient à présent électrisées le dos de frissons qui avaient poussé son corps à se coller plus au sien dans une pression contre sa hanche à la limite de la supplication. Toute ces sensations étaient différentes…. Et si elle n’avait pas du tout à se plaindre de la première fois, elle se sentait à présent sombrer dans un monde qu’elle était bien loin de vouloir quitter. En fait, si elle trouvait la porte, elle la fermait à clé et elle en jetait la clé le plus loin possible.
Tout était si fort maintenant…

« … Jae Hwa... » tellement qu’elle n’avait été que capable de prouver qu’elle se souvenait encore de son prénom au cours d’une pause pendant laquelle son regard s’était perdu un peu plus dans le sien. Quelques secondes où ses doigts en avaient profité pour glisser sur des lèvres qui lui manquaient déjà.
C’était une intervention inutile. A moins qu’elle ne se soit exprimée que pour le prévenir de l’évidence. Ils s’emportaient. Mais qu’elle en soit consciente ou non n’y aurait rien changé. Ses lèvres auraient tout de même retrouvé les siennes, sa main se serait pressée dans sa nuque pour les emprisonner plus certainement et sa main serait partie en exploration sur cette hanche, puis ce dos… sur une peau nue que ses doigts mouraient d’envie de dessiner davantage.
Oui, dans le fond, ce prénom prononcé dans un souffle, c’était plus probablement l’aveu qu’elle mourait d’envie qu’il ne s’arrête pas, qu’il continue à l’embrasser, à la toucher comme il le faisait, qu’il reste avec elle dans ce monde où ils s’enfermaient à deux. Pendant des heures, le reste de la nuit et une partie de la matinée. Les choses pouvaient aller plus loin, ses doigts semblaient déjà trop tracer leur envie pour plaider l’innocence plus tard.



© BLACK PUMPKIN
 
Somebody save me I don't care how you do it • | Ft. Kanna ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Skin-care-online.de
» Carnivore Care
» [Idées] Pre-departure project (Au Pair Care)
» Brit Venaison Care - cerf & pommes de terre
» Care sheet for the Kenyan Sand Boa by Thorr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Chiyoda-