I'm not a monkey but I love banana -- Ft. Keiki ta mère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 18 Avr - 22:33
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère


-- Février 2017 --

En entrant, il n'avait pas eu besoin de chercher Keira des yeux. Il le savait, il était en avance. Alors, sans prendre la peine de voir si sa meilleure amie l'était tout autant que lui, il s'était installé à une table et avait posé un sac au contenu mystérieux près de lui.
Il n'avait pris qu'un café. Il irait commandé plus tard, quelques minutes avant l'heure à laquelle il avait donné rendez-vous à Keira. Offrir de la nourriture calorique c'était mieux quand c'était chaud.
S'il avait le teint étrangement bronzé pour un hiver où il n'avait pas été au ski, il avait néanmoins triché à la différence de la plupart des japonais. La veille, Mikio et lui étaient rentrés d'Australie. Ce voyage dont l'aîné n'avait pas eu connaissance avant que les indices ne se fassent trop nombreux à l'aéroport. C'était une surprise un peu étrange à faire à son colocataire... mais une surprise qu'il avait tenu à lui faire néanmoins. Parce qu'il se souvenait encore de plusieurs conversations téléphoniques qui dataient de la fois où il était parti sur les Terres Australes avec Ren... il n'avait pas hésité autant de temps que ça avant de choisir la destination pour cette surprise.

Dans le fond, ce séjour avec Ren, il aurait aimé le faire avec Mikio lui aussi.... Ce n'était sans doute pas la pensée la plus sympathique à avoir pour le Kotani et c'était la raison pour laquelle il l'avait gardé pour lui. Il n'y pouvait peut-être pas grand chose. Depuis qu'il avait fait la rencontre de Mikio, et de plus en plus souvent pour ne pas dire tout le temps désormais... il avait envie de tout partager avec son coréen. Les souvenirs qu'ils se feraient ensemble ne seraient jamais assez suffisant à son goût. Si rentrer à Tokyo était une connerie... il ne pouvait pas non plus s'empêcher de penser qu'il avait perdu plusieurs mois avec son aîné. Peut-être moins... il ne pouvait pas savoir s'il serait assis à cette table de McDonald s'il était resté à la fin de l'été. Mais il ne pouvait pas non plus dire que son expérience à Dublin avait été une grande réussite.
C'était comme ça... il avait au moins fini par apprendre qu'il avait encore moins de choix que ce qu'il pensait à la base.... Il n'irait pas jusqu'à dire qu'il se sentait mieux maintenant qu'il s'était finalement décidé sur la marche à suivre mais au moins, tout était plus clair.

Il ne serait pas moins triste le jour où il ferait ses valises mais il aurait au moins le sentiment de faire les choses correctement pour une fois.
Tout ce qu'il souhaitait c'était que la promesse faite par Mikio à Dublin... cette promesse saurait être tenue quand il rentrerait chez lui. Lui, il tiendrait son rôle, celui pour lequel il était né, au moins un temps. Peut-être plus qu'il ne le pensait. Maintenant, il avait des souvenirs dans la tête, dans son coeur qui battait... il avait changé. Quelque part, il avait l'impression d'avoir grandi un peu. C'était étrange à penser quand il avait encore tellement à apprendre... mais il avait eu la chance d'avancer un peu sur un chemin que ses pieds n'auraient jamais dû fouler.
Dans le fond, sa vie avait été beaucoup plus belle que prévue. Est-ce qu'il avait assez remercié Mikio ? Il savait bien que non.

C'était plus fort que lui. Son café vidé devant l'écran de son appareil photo, et après avoir commandé à la borne, il était retourné aux photographies prises lors de ce séjour. Oui, les paysages étaient vraiment magnifiques. Mais, pas si curieusement que ça, c'était les photos où Mikio apparaissait qu'il le faisait sourire de cette manière particulière. Il ne pouvait pas se retenir non plus de laisser parfois son doigt glisser sur l'écran. Mikio était toujours beau mais il avait quand même ses photos de lui préférées....
ça aussi c'était curieux pour lui... être amoureux.
Son coeur n'était pas non plus supposé savoir et pourtant, il n'avait jamais autant su. Il n'était pas certain de pouvoir apprivoiser un jour ces sentiments lui qui était un peu trop faible, trop peu formé à eux et pour eux.... Encore moins quand tout semblait si fort mais il voulait bien faire avec. Même si ça finirait par devenir trop douloureux, est-ce qu'il pouvait faire quelque chose contre ça ?
Non, et essayer aurait été une perte de temps.
Tout ce qu'il pouvait faire maintenant c'était de ne pas perdre de vue l'essentiel. Ce n'était pas difficile, garder en mémoire son passé et les conséquences dans son joli petit rêve....

Encore quelques photos et sa tête avait fini par se relever vers une jolie blonde à laquelle il n'avait jamais fait son numéro d'italien. D'un sourire, il l'avait salué avant de joindre la parole au geste « Ciao ♥ » ce qui ne l'empêchait pas d'employer sa prétendue langue natale « Je savais que tu viendrais dans le coin, alors je t'ai gardé une place et j'ai commandé pour toi. T'arrêteras jamais de me suivre, c'est terrible... » ... ou d'être idiot mais ça... c'était assez courant « Tu vas bien ? » le sourire qui l'accompagnait était sincère. Il avait toujours beaucoup aimé Keira. Elle avait même une place importante dans sa vie. Elle commettait même l'exception de l'avoir dans ses vies, même si pour une, il valait mieux pour elle que son importance ne soit pas ébruitée.



electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 19 Avr - 15:53
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

«T’oublieras pas de dire bonjour à Naoki de ma part, d’accord ? » Un sourire passa sur le visage de la journaliste tandis qu’elle se retournait une dernière fois vers son frère, s’apprêtant à quitter la chambre d’hôpital. « Promis. » Evidemment qu’elle n’oublierait pas. Ca ferait leur ferait plaisir à tous les deux… « Allez, file vite, tu vas être en retard ! » Chassée par Tôta, elle lui adressa un ultime sourire et signe de la main avant de s’exécuter.
Keira sortait peu en dehors de son travail. Elle le faisait souvent par obligation ou pour accompagner. Parfois, c’était même seulement pour faire plaisir à son frère qui trouvait toujours un prétexte pour la pousser hors de cette chambre où il en avait assez de la voir. Il était le premier à l’encourager à rejoindre des amis qu’elle n’avait pas toujours. Des connaissances, des collègues de boulot… mais des vrais amis… Elle les comptait sur les doigts d’une main. Minah, sa meilleure amie depuis de longues années avec qui elle vivait et qu’elle voyait donc quotidiennement ; et puis il y avait son rendez-vous d’aujourd’hui. Celui pour lequel Tôta n’avait pas besoin de la convaincre longuement pour qu’elle y aille et qu’elle se presserait même de rejoindre. Naoki n’avait pas seulement mérité sa place de meilleur ami parce qu’il était le seul prétendant au poste… Leur amitié qui était née de façon insolite durait maintenant depuis plusieurs années également et Keira avait trouvé en Naoki un garçon - diablerie ! - avec qui partager beaucoup de choses. Au fil du temps, il était devenu essentiel à l’équilibre de la jeune femme. Un point de repère, une personne de confiance. Et pour couronner le tout : Tôta adorait Naoki. La réciproque semblait vraie… Le jeune homme était on ne peut plus validé.

L’entretien de leur relation était basé sur un principe simple, mais qui consolidait cette amitié précieuse d’année en année…. Un rendez-vous à MacDo !
Ca n’avait l’air de rien comme ça et si aux premières abords, leurs rapports amicaux semblaient plutôt normaux, il y avait, au delà de ce Big Mac croqué à pleine dent, une réelle affection entre les deux amis. Et aujourd’hui, Keira était encore plus contente de retrouver Naoki qui rentrait d’un séjour en Australie. De vraies vacances… Si l’étudiant lui avait certainement plus manqué qu’elle n’oserait le dire, elle chérissait encore davantage leur rencontre depuis que le garçon s’était enfuit du Japon quelques mois plus tôt… S’il était finalement rentré, elle avait craint de ne plus jamais le revoir. Mais surtout, elle n’oublierait jamais cette terrible impression qu’elle avait quand il daignait décrocher le téléphone… Aujourd’hui, Naoki semblait aller mieux. Et ses vacances avec son colocataire avait dû lui faire du bien. Sûrement que ce dernier n’y était d’ailleurs pas pour rien….
Qu’est-ce qu’elle en entendait parler de ce Mikio ! Oh, elle n’en était pas jalouse, pas du tout. Ce n’était pas le genre de Keira et ce n’était pas non plus ce genre de relation qu’elle entretenait pas Naoki. En fait, elle était même plutôt contente pour son ami. Il avait quelque chose dans les yeux qui lui plaisait quand il parlait du Coréen… Elle ne savait pas très bien quoi mais son instinct lui disait que ce n’était pas une mauvaise chose….

Arrivée au MacDo de Shibuya, la jeune femme ne mit pas longtemps à apercevoir son ami. D’un sourire elle le repéra, s’engagea vers lui avant de marquer une pause. Il avait commandé…. évidemment.
ft. Naoki ♥
« Hello ! » Son sourire s’élargit, traduisant à la fois son amusement et son désarroi… Il lui faisait trop souvent le coup…. mais ça lui faisait en vérité beaucoup trop plaisir. « Pourquoi est-ce que j’arrêterais quand je gagne un Macdo à chaque fois que je le fais ? » Elle rit avant de s’installer près de lui. Elle le remercia et renifla cette bonne odeur de mal bouffe. Que Dieu lui pardonne, elle irait courir pour éliminer ça. « Très bien. Tu as le bonjour de Tôta ! Et toi ? » Relevant les yeux vers Naoki, elle n’avait pas su se défaire de son sourire tandis qu’elle inspectait minutieusement le teint doré de son ami. « Alors ? Qu’est-ce qu’il me raconte ton petit nez bronzé ? » C’est que ça lui allait bien. Enfin, Naoki était beau, c’était un fait. Tôta le disait. Tout le temps ! Elle avait fini par se demander si son frère n’était pas amoureux de lui… La vérité c’est qu’il aurait préférait que ce soit sa soeur qui le soit. Mais non. Jamais. Elle reconnaissait que l’Italien était vraiment beau. Oui, même elle ! Mais jamais, JAMAIS, elle n’avait envisageait quoique ce soit avec lui, tout comme le garçon ne l’avait jamais fait avec elle. Et c’était une des premières raisons qui faisait que leur amitié était possible. Un comble finalement quand elle apprendrait en fait qu’il était le plus redoutable rital bridé de cette planète…. Il faut dire que lorsqu’ils s’étaient rencontrés la première fois, la jeune femme était loin d’être un modèle de féminité… mais si Naoki avait pu assister à sa transformation, leur relation n’avait pas changé. Et malheureusement pour Tôta, elle ne changerait jamais.

« T’as fais bon voyage ? Ca fait combien de fois que tu vas là bas ?…. Enfin, ça doit être superbe pour que t’y retourne ! » Oui, elle n’avait pas laissé le temps à Nao d’ouvrir son sandwich qu’elle le bombardait de questions. Elle était journaliste, elle avait une excuse ! Bon, elle voulait surtout savoir que tout s’était bien passé pour son meilleur ami. Elle l’espérait. Et quelque part, elle l’enviait aussi. Si Keira avait beaucoup voyagé, origine de sa rencontre avec Naoki, elle n’avait curieusement jamais mis les pieds en Australie. Un marché que ses parents n’avait pas encore conquis ? Ca ne saurait tarder. Est-ce qu’elle voulait y aller ? Au fond, sûrement… Mais elle n’avait pas le droit d’y songer. Depuis plus d’un an, Keira avait cessé les voyages pour se tenir à la disposition de son frère. Cette aventure là, elle ne la vivrait qu’à travers les paroles de son ami…
© nck
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 19 Avr - 17:41
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



Dans une moue faussement déçue, le blond avait regardé sa compatriote de couleur de cheveux pour répondre... « Alors tu m'aimes que pour Ronald ? T'aurais pu mentir au moins un peu et dire que je t'avais manqué... » ... avant que le sourire sur ses lèvres ne le trahisse et qu'il ne cherche pas plus à jouer le rôle du mal-aimé. De toute manière, il avait l'air bien trop heureux de lui offrir ces calories à le voir se saisir d'une paille pour la planter dans un gobelet qu'il avait ensuite fait glisser en direction de la demoiselle. Il avait eu le temps de prendre une autre paille avant que son regard ne se pose à nouveau sur sa meilleure amie. Le sourire était toujours là et cette fois c'était probablement pour la mention d'un prénom. S'il adorait Keira, et même plus encore, il appréciait également beaucoup Tôta comme pouvaient en témoigner les souvenirs qu'il avait également pour lui dans ce sac au contenu encore mystérieux.
Il ne savait pas vraiment. Le courant était tout de suite passé avec Tôta. S'il y avait beaucoup de choses qu'il trouvait injuste, il trouvait ça encore plus terrible que certaines choses ne puissent pas être réparées, inversées.... Des gens qui méritaient de vivre et de se bourrer le crâne de tout un tas de souvenirs n'en n'avaient pas le droit. D'autres qui n'auraient jamais dû être là... n'avaient même pas le droit d'échanger avec des gens qui sauraient respirer beaucoup mieux qu'eux.... La vie était parfois mal faite. Oui, même dans ce monde auquel il aurait bien aimé appartenir au lieu de faire semblant d'y avoir sa place, il y avait des choses qu'il ne trouvait pas si belles que ça

« ça va. Je m'étais dit qu'on pouvait peut-être aller le voir ensemble après. Infiltrer du Macdo en douce dans un hôpital comme deux criminels. » c'était toujours mieux que de lui rendre un bonjour quand ça lui faisait toujours plaisir de voir le frère de sa meilleure amie « Et puis, j'ai des trucs pour lui. » pas seulement pour lui mais la plus parfaite des meilleures amies attendrait d'avoir le ventre plein. Avoir des cadeaux et manger froid, ça aurait été idiot de gérer le timing pour qu'elle arrive avec un repas chaud face à elle.
Plantant enfin sa paille dans son gobelet, son sourire s'était fait différent quelques secondes avant que sa voix ne se fasse entendre « Mon petit nez bronzé aurait beaucoup de choses à dire... » ... non, ce n'était pas vraiment qu'il comptait faire son mystérieux. Il y avait juste des questions pour vous rendre rêveur quand elle concernait un voyage avec celui qu'on aimait. Et puis, rien que d'y penser, ces questions là avaient parfois même le don de faire battre votre coeur un peu plus vite.

Encore un peu, et il aurait l'air d'un idiot. Parce qu'il avait l'air encore un peu dans ses souvenirs quand son doigt avait appuyé sur le bouton pour éteindre son appareil photo, faisant enfin disparaître le visage de Mikio. Rangeant son bien dans son étui, il avait ceci dit donné signe de vie en accomplissant l'action « Oui, c'est juste passé un peu trop vite. M'en veux pas trop, t'es la première personne que je viens voir et ça me fait toujours plaisir de retrouver ma Keira. » au moins, ce sourire là, il était bien adressé uniquement à sa meilleure amie « C'est juste que.... » il ne savait pas vraiment s'il y avait une manière de le définir après tout. Une manière accessible en tout cas... « ... moi j'ai été sur la Lune. » hein ? Ok, cette fois Keira allait vraiment finir par lui appeler un psy. Mais ce n'était pas vraiment l'Australie quand on la visitait avec Mikio non ? C'était un rêve, un pays imaginaire... forcément une destination plus merveilleuse...
Tordant le bout de sa paille, il avait secoué la tête sans pour autant s'expliquer avec des mots. A la place, il avait répondu à la question de sa meilleure amie en comptant rapidement sur ses doigts « Quatre. » ... oui quatre... ou trois... il ne pouvait pas vraiment compter cette dernière fois quand elle était à part. Unique.  « J'ai fait un album pour Tôta... et toi. Vous pourrez le regarder ensemble. J'ai pas eu beaucoup de temps alors quand j'aurai fait plus de tri dans les photos, je vous en ferai un mieux mais je me suis dit que... » ... c'était le genre de choses que Keira faisait pour Tôta, avant, quand elle voyageait encore... lui ramener des photos. Et puis... à Keira, ça devait lui manquer... ça lui manquerait aussi « Tu devrais manger pendant que c'est chaud. » une phrase à la fin étrange dont le point final ressemblait à la frite qu'il venait de lui mettre dans la bouche. Il n'avait pas besoin de la terminer cette phrase.




electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mer 19 Avr - 21:59
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

«C'est d'un sourire qu'elle répondit d'abord à la fausse déception de son ami. Keira avait beau pécher pour Ronald, comment pourrait-elle le préférer à Naoki ? Impossible ! Mais taquine, elle avait rit et feint un air pensif en se mordant la lèvre. « Mmh... Il est possible que tu m’aies un peu manqué... » Est-ce qu'elle ne se montrait pas un peu injuste ? C'était Keira. Une sauvageonne qui se méfiait de tout et tout le monde. Un peu pour elle signifiait énormément quand il s'agissait de son exception masculine. Elle n'était peut-être pas très démonstrative et plus réservée qu'elle en avait l'air... mais elle n'en pensait pas moins. Son affection pour Naoki était réelle et elle espérait que le garçon n'en doute jamais malgré l'absence d'effusion affective. Elle n'avait pas besoin de se jeter à son cou et crier d'une voix aiguë pour témoigner son affection... Ses sourires étaient suffisamment sincères et sa plus grande preuve d'amitié résidait en la toute confiance qu'elle avait en lui.
Keira avait conscience de la chance d'avoir un ami comme Naoki... et pas seulement parce qu'il lui offrait Macdo et avait l'élégance de la service ! Elle apprécia néanmoins le geste et le remercia encore d'un sourire. Vraiment... Si elle devait choisir un jour la personne la plus gentille sur cette Terre.... Elle prendrait Tôta. Oui, bon. Mais Naoki le talonnait de si près... Un ex aequo  aurait probablement été plus juste.

Preuve en était, l'attention dont Naoki faisait preuve à l'égard du premier. Un nouveau sourire, plus tendre, éclaira immédiatement le visage de la journaliste à la proposition de son ami. Elle eut même un rire amusé... Il n'y avait que l'Italien pour commettre ce genre de délit dans un hôpital. En revanche, Tôta risquait de moins cautionner l'idée... Elle l'entendait déjà râler en voyant sa soeur passer de nouveau la porte de sa chambre alors qu'il l'en avait chassé plus tôt. Qu'est-ce que tu fais là ? Profite, va dehors. Ne perd pas ton temps dans un hôpital ! C'était à peu près les mots qu'elle s'attendait à entendre tant elle les connaissait par coeur. Mais si Naoki l'accompagnait, Tôta se montrerait sûrement plus tolérant. Il n'en penserait probablement pas moins, parce que s'il appréciait le meilleur ami de sa soeur, il préférait également les savoir ailleurs que dans sa chambre... Au fond, ça lui ferait autant plaisir que ça le chagrinerait.
« Ah ? » Keira scruta un court instant Naoki avant que la reconnaissance et la joie n'illumine son sourire et son regard. A vrai dire, ça ne la surprenait pas tant que ça que le jeune homme ait pensé à son frère... Mais ça lui faisait réellement plaisir. Vraiment... Elle avait tellement de chance de l'avoir. « T'es un amour, merci pour lui. » C'était sorti du cœur et elle n'avait même pas honte. Chaque mot était bien pesé. « Ca lui fera vraiment  plaisir, j'en suis sûre. Va pour l'infiltration alors ! » Elle n'avait même plus peur de se faire disputer maintenant.

ft. Naoki ♥
Mais si elle avait hâte de savoir ce que Naoki avait rapporté à son frère, elle fut assez discipliné pour suivre les priorités du jour : le voyage ! Et au sourire de l'étudiant, Keira eut un bon pressentiment. C'était ce même sourire qu'elle aimait voir sur lui ces derniers temps... En tout cas, Naoki avait l'air satisfait de son voyage et elle était heureuse pour lui. Mais pas moins curieuse : « J'ai tout mon temps ! » déclara-t-elle en calant son menton dans la paume de sa main tandis qu'elle attrapa sa paille du bout des lèvres pour prendre une gorgée de soda. Toutes ces choses que Nao avait à dire, elle voulait les entendre. Elle était en partie là pour ça et c'était aussi pour ça qu'elle avait bloqué une bonne partie de son après-midi. Elle n'avait pas envie de revoir Naoki en simple coup de vent....

Et vu le nombre de question qu'elle posa, oui, il valait mieux avoir le temps. Elle en laissa d'ailleurs à Nao, sirotant sagement sa boisson avant d'obtenir une première réponse qui fit palpiter son coeur d'une affection propre à Naoki. D'accord, elle dû contenir un "moowh" qui résonnait sûrement trop fort à l’intérieure d'elle et qui devait clairement se lire sur son visage. Elle secoua la tête sans se défaire de son sourire qui s'était agrandi aux mots du garçon. Comment était-elle supposé lui en vouloir ? Non seulement elle était ravie pour lui mais en plus Naoki savait un peu trop faire fondre la sauvageonne blonde. « Ca me fait plaisir... Moi aussi, je suis contente de te revoir, tu sais. » Il était bien le seul qu'il tardait toujours de revoir à la jeune femme.
Se recentrant sur lui, elle lui adressa un regard attentif tandis qu'il semblait hésiter. Mh ?
....
hein ?
« La... Lune ? »
Qu'on soit d'accord... Naoki, c'était bien en Australie qu'il était parti, non ? Elle le dévisagea, incrédule. Il semblait si rêveur....Oh, elle le voyait bien à son sourire que ce voyage extra-terrestre était probablement l'une des plus jolies choses qu'il avait vécu... Mais Nao faisait bien des mystères et ne parut pas vouloir en dévoiler plus tout de suite. Pour autant, Keira resta songeuse. Qu'est-ce que ça signifiait ? Soit Naoki aimait vraiment beaucoup beaucoup beaucoup l'Australie - elle le savait pourtant amoureux de l'Italie - soit il s'était passé quelque chose de particulier durant ce voyage...
Et pourtant en quatre voyages, Naoki avait dû en voir des jolis choses. Elle l'enviait c'est vrai, mais elle taisait ce sentiment. Elle préférait chercher la signification de ce voyage lunaire...

Même si son meilleur ami la ramena paradoxalement sur Terre dès qu'il reprit la parole. « Mh ? » Son regard se fixa un instant sur lui, comme si elle avait eu une seconde réflexion. Un album... ? Alors son ventre se tordit d'une drôle de façon aux mots de Naoki. Il avait.... Pour Tôta... Non, pour eux... Oui, son cœur avait rejoint son ventre pour palpiter tristement quand pourtant elle se sentait reconnaissante. Et tandis qu'elle ne parvenait pas à décrire ce sentiment – elle ne le cherchait même pas – elle avait continué de regarder son ami encore quelques instants. Elle nierait le fait que ses yeux s'étaient embrumé, trahissant l'émotion qui la parcourait. « Tu... » Elle fut incapable de terminer sa phrase, interrompue par une frite sauvage qui venait d’atterrir dans sa bouche. Surprise elle se tût et mangea étonnement docilement en dévisageant celui qui venait de la nourrir avec ses yeux ronds. C'était mieux comme ça. Parce qu'elle s'était rendu compte que sa voix s'était troublée et c'était ridicule... Alors elle cligna fort des yeux pour chasser cette eau qui n'existait pas et avala sa frite. Oui c'était bête, se laisser aller pour ça... Elle était où la guerrière ?
C'était juste que... Le geste avait particulièrement touché la jeune femme. Parce que Naoki savait... Et qu'il ait eu cette attention pour son frère... Et pour elle, qui n'était plus en capacité de lui offrir ces jolis paysages elle-même...
Oui... Il n'y avait pas de meilleur ami rêvé que Naoki.

« Oui, tu as raison... » dit-elle se penchant sur son menu. Manger, oui... Tu n'oublies rien ? « Merci, Naoki... Je suis sûre qu'il est parfait. » Si elle avait eu l'air de sourire au sandwich, c'était bien ce cadeau si particulier qui la rendait heureuse. Oui, malgré la peine dans son cœur. Naoki n'était rentré que la veille et il avait pris le temps de faire ça pour eux.... Vraiment, ça ne pouvait être que parfait. Comment pouvait-elle le remercier à sa juste valeur ? C'était impossible... La gentillesse ne serait jamais assez récompensée. « Ca va vraiment faire plaisir à Tôta, » souffla-t-elle, en se saisissant d'une frite qu'elle ne mangea pas tout de suite. Son ton avait repris de l'enthousiaste et son sourire s'était fait moins peiné tandis qu'elle avait relevé un visage plus acceptable vers Naoki. « On le regardera très attentivement. Et puis ça va lui changer de mes photos... haha, si ça se trouve il va préférer les tiennes maintenant ! Après tout, elles sont tellement belles... » C'était sûrement parce que Naoki y mettait plus de passion qu'elle. Elle avait toujours apprécié les clichés de son meilleur ami. Tôta aussi pour ce qu'il en avait vu même s'il ne dirait jamais qu'il les préférait à ceux de sa sœur, et ce même si c'était le cas. Elle le savait.

Déballant finalement son sandwich, elle eut un sourire on ne peut plus satisfait : « Toujours un sans faute. » Naoki connaissait bien sa meilleure amie... Peut-être mieux que personne. Elle lui sourit pour le remercier avant de se saisir du burger. Néanmoins, elle avant de mordre dedans, son regard se fit plus inquisiteur et sa moue plus malicieuse. « Bon... et si tu m'expliquais un peu mieux ? C'était comment la Lune ? » Parce que tout de même, ça l'intriguait...
Mais oui, elle croqua un bout pour ne pas contrarier son meilleur ami... ! Elle pouvait manger et écouter.
© nck
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 20 Avr - 14:16
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



Air méfiant, sac dont on vérifie une fermeture assez correcte pour qu'on ne puisse pas voir à l'intérieur et l'italien regardait à nouveau son amie avec l'air de dire « triche interdite ». Mots qu'il aurait peut-être eu la maturité d'employer si la demoiselle n'avait pas répondu à la suite si rapidement. Alors, sa tête s'était simplement secouée dans un sourire et un « C'est normal de penser à lui. » en fait, il était même hors de question de ne rien lui ramener. Tôta, il était dans la liste des souvenirs obligatoires. Avec Keira et... Kô oui...
... mais il y avait aussi Ren, Umberto... Umberto auquel il avait un peu trop pensé... et puis il avait aussi ses cadeaux imaginaires dans sa tête, pour ses oncles. Les "ce serait bien de leur ramener ça" ... à la différence près que cette fois, il s'était donné le droit de ramener quelque chose à Xialei. Il regrettait de ne pas pouvoir en faire de même pour Daisuke... et oui, il se sentait un peu con d'avoir faibli... d'avoir dans sa valise des cadeaux qu'il n'offrirait jamais.
Mais pour ceux dans son sac, le problème ne se posait pas et c'est avec plaisir qu'il les offrirait accompagnés d'une odeur de MacDonald en des lieux où elle était pourtant bannie à jamais « Je suis content que t'aies répondu oui. Je m'étais déjà fait tout un film super cool dans ma tête. » ... tant qu'il n'y avait aucun armement étrange dans l'histoire, qu'il s'amuse... « Et puis, je suis passé pro dans le domaine. Je m'entraîne régulièrement dans mon immeuble. » ... mais quand on n'était pas loin de mentionner Sharky pour exemple le concernant, ce n'était pas une bonne chose. Espérons simplement que ses techniques d'infiltration n'étaient pas censurables pour aujourd'hui.

Mais si on pouvait déjà l’imaginer sourire avec innocence malgré l’odeur de fast food dans le couloirs de cet hôpital, ce n’était à présent pas le même sourire qui flottait sur ses lèvres « Il faudrait que je te kidnappe longtemps… » il ne savait pas vraiment par quoi commencer. La plupart dirait par le début. Le jour du départ. Celui de cette surprise qu’il avait attendu avec impatience pour Mikio. Mais aussi avec crainte après l’Italie. Très fort, il avait souhaité que ce séjour soit parfait. Tout aussi fort, il avait souhaité que ce kidnapping surprise à l’aéroport déclenche le plus beau des sourires sur le visage de son coréen.
Ou il pouvait directement commencer par leur arrivée, leur première visite, un jour en particulier. Commencer par la fin serait étrange, même si dans cette fin il y avait un vœu de commencement qu’il n’émettait jamais à haute voix quand il avait conscience que son cœur n’avait pas le droit de le formuler non plus tout bas  « Pour de vrai ? Parce que moi je n’ai pas hésité. » non, pas imbécile, c’était vrai. Et il aurait peut-être mieux valu qu’il en rajoute en déclarant que son doigt avait directement cherché son prénom sur l’écran de son téléphone plutôt qu’il ne parle de ce voyage sur la Lune « ... oui…. » … la Lune… au moins mais ça ne semblait même pas assez éloigné pour un rêve aussi irréel… alors, tordant un peu plus sa paille, des mots rêveurs de plus n’avaient rien éclairé « ... dans les étoiles…. » … avec sa lumière….

Keira allait finir par penser qu’il avait commencé la drogue en Australie.
Alors revenir sur Terre pour parler de ce qu’il avait commencé en revenant, c’était mieux. Et il était au moins assez revenu pour sentir le trouble de sa meilleure amie et la sauver d’une frite dans la bouche.
S’il avait pensé que ce serait une bonne idée. S’il avait tenté au mieux de s’appliquer en un minimum de temps, il savait. Parce que Tôta ne faisait pas ce qu’ils faisaient eux. Ou plutôt, ce qu’il faisait désormais seul. La passion pour les voyages, ils ne la partageaient plus de la même manière désormais. Et il le comprenait aussi, il s’en doutait du moins, ça devait manquer à Keira…. Parce que lui aussi, ça lui manquerait plus tard… bientôt. Bien sûr, l’avion, il le prendrait encore pour quitter le sol japonais. Mais ce ne serait plus pareil. C’était tellement différent... la première fois pour lui, ça n’avait rien eu à voir avec ces autres voyages…. Quand il avait pris l’avion pour l’Italie, quand il avait foulé pour la première fois le sol d’un pays étranger parce qu’il avait décidé d’y venir pour tenter de soulager un peu ce souffle qui lui manquait… ce n’était même pas comparable.
Cet album photos… ça n’avait rien à voir avec un vrai voyage, il pouvait le sentir ce cœur qui se serrait par besoin de voir un autre Monde…. Mais, pendant des années, il n’avait fait que vivre à travers les yeux des autres, dans les mots d’un livre, dans des images… combien de fois avait-il fermé les yeux devant une photo pour s’imaginer ce qu’elle ne montrait pas, pour vivre à l’intérieur et tenter de saisir cet air qu’elle ne donnait pas tout à fait ?
La douleur face aux limites d’un cadre, il la comprenait. Mais il savait également qu’un cœur qui avait des envies impossibles pouvait se diriger vers l’imagination, vers ces besoins étranges même s’ils nous faisaient mal… un peu….

« J’espère…. » … que ça lui ferait plaisir. Vraiment.
Tirant le gobelet vers lui, il n’avait pas bu tout de suite. Non, il avait suffi de quelques mots pour que sa tête se secoue « Dis pas ça…. » oui, même si ça lui faisait plaisir que Keira aime ses photos, sa tête ne s’en était pas moins secouée une nouvelle fois « Il préférera toujours les tiennes et puis… moi aussi je les aime beaucoup tes photos. » et pour appuyer ce compliment sincère, un sourire était venu se poser sur ses lèvres avant que sa paille ne vienne finalement s’y glisser.
Elle aussi… plus tard… elle aurait le droit d’en prendre pour lui….

Buvant quelques gorgées de son coca, il avait repoussé à nouveau le gobelet en baissant les yeux vers le sandwich de la demoiselle dans un sourire. Connaître sa meilleure amie c’était une règle de base, lui faire plaisir tout autant.
Mais si Mikio le voyait maintenant, il se ferait gronder par maman. Il avait repris du poids depuis Dublin, il faisait plus attention, mais jouer avec une frite dans son étui du genre « sortira/sortira pas » et n’avoir bu qu’un peu de coca, c’était un faux pas. Alors que maman Mikio soit fier, malgré la rêverie ramenée par sa meilleure amie, il avait finalement fini par sortir cette frite pour la mener à sa bouche.
D’un autre côté, Keira allait finir par l’accuser de faire trop de mystères, et l’aliment mâché, il n’avait pas aidé « Parfait. » c’était tout ? Non… « Irréel…. » Keira ne voulait pas exactement des adjectifs, il en était conscient ? « … Magnifique…. » là, il parlait de Mikio… et pas vraiment de l’Australie ou de la Lune… non ? Oui, mais parfait et irréel pouvaient également s’appliquer à son coréen « … Fascinant…. » le mot était faible… « … Hypnotisant…. » cette seconde frite n’irait jamais à sa bouche à ce rythme « … Doux… » … il s’égarait un peu trop … « … Enivrant…. » … définitivement trop…. Ce n’était pas exactement le genre de résumé qu’on faisait d’un voyage « … Passionnant…  » …vraiment pas. Keira s’attendait à autre chose mais pour sa défense, il ne faisait pas exprès.
Et puis, comment on définissait ce voyage dans un autre univers qu’on ne trouvait pas ailleurs que dans les rêves ?



electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 20 Avr - 21:06
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

«Si Tôta était là, il ne serait probablement pas d'accord avec Naoki. Non, ce n'était pas normal qu'on pense à lui. C'était tout le contraire. C'était les autres qui devaient penser un peu plus à eux. A commencer par sa soeur... Mais il aurait beau essayer, Keira se sentirait toujours bien trop heureuse que son meilleur soit aussi attentionné avec son petit frère. Naoki ne s'en rendait sûrement pas compte, au fond, la jeune journaliste non plus.. mais le garçon était d'un réel soutien pour elle. Elle se sentait moins seule dans cette quête permanente qu'était sa vie. Vivre pour Tôta. Lui donner le sourire chaque jour et même le faire rire... Oui, sûrement qu'ils y arriveraient en suivant le plan farfelu de l'Italien. Elle le voulait.... Elle, elle riait déjà.

Mais ce qu'elle voulait d'abord, c'était en entendre plus sur ce fameux voyage. Parce qu'il faisait vraiment beaucoup sourire Naoki... Et c'était sûrement contagieux parce qu'elle lui sourit en retour. Ca ne la dérangeait pas. Passer du temps avec son meilleur ami était loin d'être pénible... encore moins quand il se montrait aussi adorable. Parce que ça lui faisait vraiment plaisir. Elle se sentait privilégié dans le coeur d'une personne aussi formidable que Naoki. « Pour de vrai. J'avais trop hâte que tu m'appelles. » C'était fourbe... Parce que face à lui, elle se laissait trop facilement attendrir. Elle était bien heureuse qu'il soit son meilleur ami parce que son numéro de charme était sans nul doute redoutable. Toutes ces filles qui devaient tomber comme des mouches pour un sourire... C'était effrayant. Mais parce qu'elle savait que son rital les traitaient toujours avec respect, elle s'était engagé à ne jamais lui en coller une. Oui, Naoki était bel et bien sa seule et unique exception masculine...

ft. Naoki ♥
... Et il allait aussi bientôt devenir son plus grand mystère s'il continuait. La jeune femme dévisageait son ami avec des yeux ronds, bien incapable de comprendre où il voulait en venir avec son voyage spatiale. Après la Lune, dans laquelle il semblait être retourné à son évocation, voilà maintenant qu'il parlait des étoiles... Est-ce qu'elle avait déjà vu ce petit air rêveur sur sa figure ? Pas autant... Pour le coup, il n'y avait pas meilleure façon d'illustrer ce petit côté alien de son ami... Et loin d'elle l'envie de le faire tomber de sa planète, mais elle aurait bien aimé qu'il refasse une escale sur Terre pour lui expliquer... parce qu'elle était plutôt perdue.
Si elle ne le connaissait pas autant, elle aurait presque songé qu'il était amoureux. Du peu qu'elle en savait... mais c'était absurde, non ? Elle ne croyait pas au coup de foudre et si sa relation datait depuis plus longtemps, Naoki lui en aurait parlé, non.... ? Qu'est-ce qu'elle en savait ? Qui voudrait se confier à une fille aussi hermétique à toute relation amoureuse ? Elle avait vu trop peu de drama parce que ... erk... et la vraie vie lui avait appris que c'était toujours plus compliqué. Elle n'y connaissait rien. Tellement rien que cette hypothèse lui effleura à peine l'esprit et Naoki fit de toute façon prendre à ses pensées un virage plutôt radicale.

« J'en suis certaine. » Oui, elle était sûre que cet album que son meilleur ami avait pensé pour Tôta lui ferait plaisir. Aussi sûr que cette émotion avait attrapé son coeur pour le serrer un peu trop fort... Aussi sûr que cette douleur mêlait paradoxalement la tristesse et la joie. Elle avait hâte d'ouvrir l'album avec son frère et découvrir les paysages que Naoki leur avait rapporté. Et pendant qu'ils tourneraient ensemble les pages, Keira se sentirait un peu plus reconnaissante à chaque cliché... Parce que son meilleur ami l'aiderait à entretenir cette lueur que Tôta avait dans le regard et qu'elle ne voulait jamais voir disparaître... Elle l'espérait. Elle en était sûre.
Un sourire plus timide étira néanmoins ses lèvres tandis qu'elle mâchouillait le bout de sa paille. « C'est gentil. » Naoki pensait-il vraiment ce qu'il disait ? Que lui qui aimait vraiment la photographie puisse aimer ses photos, c'était.... C'est vrai, les photos de Keira étaient jolies. Parfaitement cadrées dans les règles de l'art. Du point de vue technique, on avait rien à lui reprocher et on qualifiait souvent son travail de très professionnel. Est-ce qu'elle en était flattée ? Non. Elle avait travaillé dur pour fournir un résultat impeccable, c'était le moins qu'elle devait faire.  Elle poussa un soupire exagérément las, feignant un ton fataliste lorsqu'elle s'exclama : « Evidemment qu'il préférera toujours les miennes, je suis sa soeur ! Tôta n'est pas objectif. »  Donnant une pichenette sur le bout de sa paille, elle termina sa phrase sur une moue faussement boudeuse. Mais la vérité, c'était que ce compliment venant de Naoki... Oui, ça la touchait bien plus que ceux de ses employeurs. Parce qu'il y avait dans les clichés du garçon quelque chose qu'elle avait toujours admiré... Une chose dont ses photos étaient, selon elle, dépourvues. Une perception particulière, une empreinte bien à lui... Si le travail de Keira était impeccable, il n'avait rien de personnelle... Elle, tout ce qu'elle faisait lorsqu'elle prenait un cliché, c'était toujours chercher quel côté, quel angle, quel point de vue plairait le plus à Tôta... Oui, il n'y avait qu'à son frère qu'elle pensait lorsqu'elle appuyait sur le bouton.

Mordant dans son sandwich, elle attendait désormais désespérément des explications à propos du voyage de Naoki. Et tandis qu'elle observait le manège de son meilleur ami du coin de l'oeil, elle se surprit à retenir son souffle pendant qu'elle mâchait. Le suspens était insoutenable et pas seulement parce que l'étudiant tenait à rajouter de la tension en hésitant avec ses frites... Il semblait réfléchir. Peut-être qu'il ne savait pas par où commencer... Elle ne devait pas s'impatienter. Même si son pied sous la table s'était mis à bouger nerveusement, trahissant son impatience. Est-ce qu'il réfléchissait ou est-ce qu'il rêvait ?
Une réponse vint enfin. Parfait. Oui, très bien. Elle était contente pour lui, c'était l'essentiel. Elle lui sourit pour l'encourager « Mais encore ? » Oui, parce qu'elle ne pouvait pas seulement se contenter d'un mot... Ni d'une suite d'adjectifs.... « ... » Plissant les yeux, elle eut bien du mal à avaler. Si elle comprenait certains qualificatifs, elle eut bien dû à saisir la présence d'autres... Hypnotisant ? Enivrant ? C'était si fantastique que ça l'Australie ? Elle se sentait bien bête de ne jamais y être aller alors ! « Naoki.... Tu te rends compte que t'es en train de faire des infidélités à l'Italie là ? » Loin d'elle l'envie d'alarmer son meilleur ami, mais quand même.... Elle agita même une main devant lui pour être sûre qu'il était toujours avec elle... « Ben alors ? T'es amoureux ou quoi ? » Hahaha... douce innocence...  
© nck
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Jeu 20 Avr - 23:23
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



Il y pensait parfois. Peut-être plus souvent que parfois....
A ce qu'il garderait quand il rentrerait. Quelles photos il essaierait de dissimuler aux yeux de son père. En un peu plus d'un an, il en avait pris tellement de Mikio. Parce que ce serait dans celles où apparaissaient le coréen qu'il ferait bien évidemment son choix en priorité. L'ennui avec Mikio, c'est qu'il rendait le vote compliqué. Il était toujours parfait.
Il y avait un sourire. Un regard. Un profil. Un truc en plus sur ses traits. Il y avait toujours quelque chose pour faire qu'une photo était spéciale quand Mikio était dessus. Alors pourquoi celle-ci plutôt qu'une autre. Le choix serait compliqué. Il ne savait pas exactement combien il s'en autoriserait. Trop, c'était dangereux. Aucune... il ne pouvait pas.
Il laisserait sa guitare quand il prendrait bien évidemment son violon, choix validé, ou plutôt fait par son père.
Il était hors de question de retirer sa gourmette. Mais il ne savait pas s'il tenterait d'emmener son appareil photo pour le cacher quelque part. Probablement que non, c'était un risque inutile et entre le bijou à son poignet et l'appareil photo vers lequel il était revenu une fois aux Etats-Unis... le choix était finalement assez simple. Il vaudrait mieux se contenter de faire ce qu'on attendait de lui. Oui, il emmènerait sans doute cette peluche que Mikio lui avait offerte mais... pour le reste....
Après cette fuite trop longue du goût de son père, trop courte pour lui, il avait plutôt intérêt à ne pas lui donner plus d'excuses d'être en colère contre lui.
Quelques photos. Sa gourmette. Sa peluche.
C'était déjà beaucoup.

Alors si une photo avait autant d'importance pour lui que pour Tôta... il souhaitait vraiment que cet album soit au goût du frère de Keira. Il en referait un autre où il aurait le temps d'y mettre plus d'application mais il espérait néanmoins que le premier aiderait un peu son deuxième Sakuta préféré à respirer.
D'un sourire, il avait répondu à son amie avant que la suite de la conversation n'amène sa tête à se secouer « Non, c'est vrai. Tu peux en être fière de tes photos. » même s'il était du genre à être difficile envers lui-même, il ne souhaitait pas que Keira partage ça avec lui. Parce qu'elle méritait vraiment de les aimer ses photos. Il n'y avait pas de raison que Tôta et lui soient les seuls à le faire « Et ton petit frère a surtout de très bons goûts. » ... ce n'était pas qu'un manque d'objectivité. D'accord, il aimait sa soeur au point d'adorer tout ce qu'elle ferait. Même si un jour elle se mettait à faire n'importe quoi. Mais il avait beaucoup de raisons d'être fier d'avoir une soeur comme Keira « On devrait aller se ballader un jour. Se faire une journée photos tous les deux. Ce serait sympa. On peut rester à Tokyo... » pas trop loin de Tôta... oui... « Y'a plein de beaux endroits dans le coin. La semaine prochaine ? » oui... pendant qu'il le pouvait encore... bientôt, ils ne pourraient plus partager ça tous les deux... ça le rendait triste. C'était après tout l'une des choses qui avait marqué leur relation.

Et on espérait pour Keira que son ami ne soit pas parti trop souvent sur sa petite planète. Parce que si on avait commencé à le perdre plus tôt, on l'avait désormais définitivement perdu. Non, vraiment, il ne cherchait pas à faire monter le suspens, à la rendre de plus en plus curieuse. Dans sa tête, il y était un peu retourné sur la Lune. Et tandis que les adjectifs tombaient au hasard de ses pensées, il avait quelques images qui lui revenaient, elles ne faisaient qu'en précéder d'autres... il voulait se souvenir de toutes... à la perfection. Même s'il savait que c'était impossible.
Comme beaucoup de moment qu'il avait partagé avec Mikio, il aurait souhaité qu'il lui soit possible plus tard de simplement fermer les yeux pour, non pas se souvenir du moment, mais pour le revivre. Comme s'il était à nouveau avec lui....
Tant pis pour les risques d'agacer davantage son père en devenant trop rêveur. Si la vie n'était qu'un rêve, si respirer n'était que rêver... alors il voulait bien rester pour dormir toujours un peu plus.

Sa deuxième frite au final, elle n'était pas encore sortie de son étui. Elle se battait toujours avec ses congénères. C'était lui qui allait manger froid mais sans doute ne faisait-il plus attention à rien, son repas compris. Parce qu'il avait fallu qu'une main passe devant sa vision pour que les mots viennent enfin jusqu'à son cerveau peu après que ses lèvres en aient lâché un dernier « ...Excitant... » D'un léger sursaut, ses yeux avaient quitté ses frites pour se poser sur sa meilleure amie et il avait terminé de prouver qu'il était définitivement ailleurs « Mh ? Des infidélités ? A qui ? » ..... ceci dit, vu l'affront à la Mama, c'était peut-être mieux qu'il n'ait pas tout entendu « Amoureux. Qui ? Moi ? » Qui d'autre que lui ? Est-ce qu'il y avait seulement une personne plus ailleurs que lui dans ce MacDo ? Ou dans tout Tokyo ?
Vraiment, ce n'était pas une réussite ce séjour. Parce qu'il n'était peut-être pas bon que ça se voit trop non ?
... Ce n'était pas grave... il n'avait pas changé avec Mikio... non ? Enfin, il ne pensait pas que son coréen en était conscient.... Leur relation était encore plus indéfinissable qu'avant mais lui... il n'était qu'un kitty avec lui... un peu trop sans doute. Est-ce qu'il était devenu plus collant ?
C'est que, depuis qu'ils étaient revenus de Dublin, il avait de bonnes excuses de l'être encore plus s'il devait chercher à se justifier. A commencer par le temps à rattraper qu'ils ne rattraperaient jamais assez.... « T'ouvres pas ta sauce ? J'en ai pris plusieurs.... »
... et lui ? Il mangeait ses frites ou il se décidait à devenir un peu moins énigmatique ?


electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 21 Avr - 14:23
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

« Keira remercia son meilleur ami d’un sourire. Cette fois-ci seulement, elle ajouta la parole au geste : « Merci. » Avant de piquer une nouvelle frite qu’elle grignota sans se préoccuper de ses pommettes rosies. Elle ne savait pas si elle devait être fière de ses photos comme le disait Naoki. Elle était consciente de leur valeur mais sa perception de la photographie variait de celle de son ami. Comme beaucoup de choses dans sa vie… Tout ce qu’elle faisait, tout ce qu’elle entreprenait, c’était toujours pour un autre. Pour son frère. Jamais pour elle. Tout ce qu’elle « aimait » faire, ce n’était jamais pour satisfaire un besoin ou un désire purement personnelle. Elle n’avait pas d’identité propre… C’était peut-être un peu triste. Elle, elle ne l’était pas. C’était comme ça. Il n’y avait pas à être triste, elle n’était pas malheureuse. Non, tant que Tôta souriait, elle n’avait pas à être malheureuse. Alors si ses photos pouvaient faire un peu le bonheur de son frère et plaire également à Naoki, un photographe qu’elle estimait, alors elle en était très contente.
Cependant, dans sa singulière complaisance, il y avait tout de même des choses qui pouvaient faire palpiter son coeur un peu plus fort. Une étincelle, une envie… Elle n’existait encore une fois que grâce à Tôta mais ça n’empêchait pas que le sourire que Keira avait affiché était réel. Une chasse aux jolies photos avec Naoki… Oui, l’idée lui plaisait beaucoup. « Oh oui, pourquoi pas. Je me libèrerais pour toi alors ! » N’ayant pas vraiment d’horaires fixes dû à la diversité et la multiplicités de ses missions, elle se débrouillait toujours pour partager son temps entre le travail et Tôta. Mais également pour Naoki… Alors elle trouverait certainement un créneau, une journée de libre… Elle trouverait. Parce qu’en plus de lui faire plaisir, cette proposition la touchait tout autant que cet album photo… Elle aurait aimé pouvoir prendre Tôta avec elle. Une journée à crapahuter dans la capitale, elle était certaine que son frère aurait été heureux. Mais le faire sortir de l’hôpital était de plus en plus compliqué… Alors elle se promettait de lui dégoter les plus belles photos avec Naoki. C’est vrai qu’elle ne se perdait pas assez dans la ville… Keira avait pris l’habitude de lui ramener des photos des quatre coins du monde, oubliant presque que le Japon avait de merveilleux paysages à offrir. Bien sûr, la jeune journaliste se séparant rarement de son appareil photo, elle ne ratait pas une occasion de prendre un cliché qui pourrait plaire à son frère. Mais elle avait finalement hâte de vivre cette journée avec Naoki… Oui, ça serait forcément bien.

Mais à présent, ce qui aurait été bien, c’était de retrouver Naoki. Elle l’avait perdu… Il était définitivement reparti sur la Lune et toujours sans laisser la moindre explication à son amie. Enfin si… quelques mots qui ne rendait pas la situation plus claire.
ft. Naoki ♥
… Est-ce qu’il venait de dire « excitant » ?
En rentrant, Keira allait sérieusement se renseigner sur l’Australie. Quel genre de drogue on pouvait y trouver… Est-ce qu’il était seulement parti là bas ? Un instant, elle fut tenter de lui voler son passeport pour vérifier. A moins que les Australiennes soient toutes de divines créatures envoutantes qui avaient réussi à rendre dingue le rital ! Combien en avait-il séduit ? Laquelle l’avait mis dans cette état ? Est-ce que c’était vraiment une histoire de fille ? De la part de Naoki, ça aurait été étonnant, lui qui mettait un point d’honneur à ne s’engager dans aucune relation… Mais si elle avait visée juste ? Et si son ami s’était laissé prendre au jeu par une amourette de vacance ? … Keira, Naoki n’avait plus 13 ans…. Oui bon. Ce n’était sûrement pas ça.
Et puis, comme il repassa sur Terre, la jeune femme le dévisagea consternée. Qu’est-ce qu’il lui prenait ? Il ne l’avait jamais vu autant ailleurs… Peut-être qu’il avait attrapé une insolation là-bas et que ça ne lui était toujours pas passé. Dans ce cas, Keira, ça ne servait à rien de vérifier la température de son front en arquant ton sourcil… Il était un peu rouge non ? « T’es tout bizarre… » Regagnant sa place, elle tordit la bouche dans une moue dubitative. « Enfin, je veux dire plus que d’habitude ! » Depuis qu’ils se fréquentaient, elle avait eu le temps d’expérimenter le côté alien de Naoki… et justement ! C’était bien la première fois qu’elle observait ce genre de comportement chez son spécimen favori.

Elle fronça les sourcils, un peu contrariée qu’il balaie toutes ses interrogations - qu’il n’avait pas vraiment dû écouter - par une question, certes mignonne parce qu’il se préoccupait de son amie, mais qui n’avait toujours rien avoir avec la choucroute ! Parce qu’ils mangeaient Macdo… Merci le narrateur. Il n’empêche de la jeune femme était toujours perdue - non merci Dora ! - et qu’elle était de plus en plus curieuse sur la source du « mal » qui touchait son meilleur ami.
Sans lâcher le garçon des yeux, elle fit son choix parmi les sauces, piochant au hasard une saveur BBQ. « Toi aussi, tu devrais manger pendant que c’est chaud… » rétorqua-t-elle sans pour autant s’intéresser de nouveau à son burger qu’elle avait à peine entamé. Elle fit néanmoins l’effort de piocher une frite qu’elle trempa à l’aveugle dans la sauce, refusant toujours de détourner le regard de Naoki, comme si le fixer allait lui apporter les réponses qu’elle attendait… «  » Avalant sa frite, elle finit par grommeler : « C’est cruel de faire autant de mystère Naoki… » Il se rendait compte qu’elle ne respirait plus depuis qu’il avait parlé de la Lune ?
© nck
— I'M MADE IN ITALIA —
— I'M MADE IN ITALIA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 21 Avr - 20:56
 
I'm not a monkey but I love banana
Keiiikiii ? Ta mère



Son sourire s’était fait un peu plus grand et sa tête s’était brièvement hochée à la réponse de son amie. Oui, ce serait une bonne journée. Il ne savait pas exactement si ce serait la dernière fois où ils auraient l’occasion d’en passer une semblable, mais il la considérerait en tant que telle dans son cœur. Au moins, il dirait adieu à ce moment. Il avait envie de faire les choses bien et pour ça, ça passait par plusieurs « au revoir ». Ça ne rendrait probablement pas les choses plus simples au final mais… il ne savait pas trop, il avait l’impression de devoir en passer par là, comme si c’était vraiment important d’organiser des journées, des moments partagés qui deviendraient bientôt des souvenirs d’un rêve étrange qu’il avait fait à un moment. Pour les mêmes raisons, avant son départ en Australie, il avait demandé à Ren s’il avait envie de faire quelque chose de spécial, juste tous les deux et d'y penser pour son retour. Kô serait encore là, il en aurait fait de même avec son mexicain. C’était sans doute un peu tôt pour les adieux mais ce n’était pas comme si les occasions seraient fréquentes ensuite.
Il savait qu’il continuerait à voir Keira étant donné que leurs deux familles se connaissaient mais ce ne serait plus vraiment pour aller se perdre toute une journée à Tokyo et prendre des photos des endroits que leurs appareils se plairaient à capturer « Parfait. »  oui, ça ne pourrait que l’être. Préparer un pique-nique serait une bonne idée. Ou Macdo…. C’est vrai qu’ils y mangeaient  bien souvent ensemble… c’était le genre de journées où les traditions étaient importantes.
Macdo ce serait donc. Il n’y avait aucun doute à avoir sur la question.

Par contre, des doutes sur son état, il était tout à fait normal pour Keira d’en avoir. Quel genre de substances avait-il consommé avant de venir ? Un kangourou l’avait-il frappé sur la tête au cours de ce séjour ? C’était des questions pas si étranges que ça à se poser quand il était clair qu’il ne se trouvait actuellement plus sur la même planète.
Alors répondre d’un « Oh ? » et d’un air à demi-surpris à une remarque qu’il n’avait pas qu’un peu mérité, ça n’aurait pas dû lui être permis. Mais la surprise n’avait fait que passer un bref instant sur ses traits. Rapidement, un léger sourire rêveur s’était dessiné sur ses lèvres tandis que, poussés par la curiosités, d’autres mots étaient sortis de sa bouche « J’ai l’air de quoi ? » d’un alien Naoki, simplement d’un alien. Juste… peut-être un peu plus que d’habitude. Alors c’était inutile de demander à sa meilleure amie à quoi il ressemblait.

Peut-être… mais ça l’intéressait vraiment.
Aujourd’hui, son cœur était capable de faire des choses incroyables pour lui. S’il avait d’abord commencé à battre grâce à son coréen… il avait atteint un niveau bien au-dessus. Et aujourd’hui, il faisait des choses tellement étranges. Alors pour lui qui n’était pas supposé vivre tout ça, pour lui qui n’aurait jamais dû gagner le droit de saisir le sens des mots comme « amour », « amoureux » et tous les dérivés de ce sentiment… oui, c’était normal de vouloir entendre de la bouche d’une personne qui le connaissait depuis plusieurs années à quoi il ressemblait.
S’il n’avait pas eu autant à cacher, il se serait probablement permis de lui demander s’il avait l’air mieux… éprouver tout ça pour une personne aussi belle que Mikio…
… c’était certain en tout cas, il avait un goût excellent… un peu trop pour lui… mais on parlait néanmoins de bien plus que des goûts de luxe.
Oui… lui, quand il aimait, il choisissait la personne la plus merveilleuse du monde…

« Ah… oui ! »  Keira n’avait pas tort, il fallait toujours écouter ses aînés. Il parlait de sauce et il n’avait mangé en tout et pour tout qu’une seule frite. Il allait avoir de sérieux problèmes avec la police anti joues creuses coréenne. Alors cette deuxième frite s’était finalement portée à sa bouche et il avait mâché, sagement… mais les traces de rêves étaient toujours présentes sur ses traits.
Et puis, à la remarque de son amie, ses lèvres s’étaient pincées dans une moue avant qu’il ne réponde « Pour ? Je t’ai répondu…. »  pas vraiment non. Il était pourtant clair qu’il avait cherché à se rattraper sans jouer quand il avait repris la parole « Excuse-moi. C’était vraiment de bonnes vacances. On a eu le temps de faire beaucoup de choses. Je suis content d’avoir fait cette surprise à Mikio…. Juste pour sa tête à l’aéroport, ça valait le coup… »  ne redécolle pas trop haut jeune astronaute, ton auditoire est toujours bien là « J’ai vraiment découvert l’Australie autrement cette fois.  » oui… c’était un si beau coréen… enfin pays… mais il ne valait pas son coréen ce pays… « On a eu le temps de faire beaucoup de choses.  » il l’avait déjà dit non ? Il ne s’en était pas vraiment rendu compte… il n'était qu'un alien innocent en voyage mental sur sa planète.



electric bird.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 22 Avr - 0:39
ft. keiki ta mère ♥

I'm not a monkey, but I ♥ banana
You are unlike the others
So strong and unique

« De quoi il avait l’air ? Bonne question. Si Keira était une vraie fille, elle aurait sûrement pu l’affirmer haut et fort dès la première seconde où était apparu ce sourire étrange sur les lèvres de son meilleur ami. Ce qui n’était que des hypothèses improbables dans sa petite tête de sauvageonne auraient été des exclamations débordant de joie et portant même sûrement un prénom. Mais en l’occurence, la jeune journaliste se retrouvait aussi paumé qu’une mamie face au dernier Iphone. Ce qu’elle ne comprenait pas, ce n’était pas Naoki. Elle le connaissait bien. Trop bien même et justement… ! Et la donnée qui lui manquait lui était en revanche parfaitement inconnu ou bien trop flou pour qu’elle ne la reconnaisse. Alors elle l’avait scruté une bonne seconde, réfléchissant sérieusement à la question en aspirant avec pugnacité sa boisson. « D’un alien bronzé qui refuse de redescendre sur Terre pour parler de sa fameuse Lune à son amie, » finit-elle par déclarer presque boudeuse. Elle pencha légèrement la tête et prit un air plus songeur. « J’veux dire… T’es carrément ailleurs depuis tout à l’heure et… » Son doigt se pointa pour venir taquiner sa fossette qui n’avait pas quitté sa joue depuis qu’elle était arrivé. « Dimpleees…. ! Elle a pas bougé depuis tout à l’heure. En fait, j’ai l’impression de jamais t’avoir vu sourire comme ça… et autant ! » Elle n’était pas sûre. Enfin si, elle l’était. Mais c’était tellement bizarre ! Naoki était une garçon souriant. Mais de cette façon … ? Non, non… C’était bien différent ! Elle laissa néanmoins sa joue tranquille et lui sourit doucement à son tour : « Enfin… dans un sens, ça me fait plaisir de te voir comme ça. » Un sourire comme ça, ça ne pouvait vouloir dire que des bonnes choses. Evidemment, elle ne doutait pas qu’il signifiait un très très très bon voyage… Parfait comme il disait. Mais plus que ça, elle ne pouvait s’empêchait de repenser à l’état de Naoki quelques moins auparavant… Le voir sourire de cette façon aujourd’hui… Ca la soulageait tellement.

La problème c’est qu’il avait l’air tellement dans la Lune qu’il allait finir par oublier de manger… ainsi, Keira jugea bon de lui rappeler et hocha la tête d’un air satisfait quand il en prit conscience. On espérait que ça dure… Pour montrer l’exemple néanmoins, Keira reprit une bouchée de son burger après l’avoir relancé une énième fois sur le voyage. Elle commençait à désespérer… si ça se trouve, elle devrait se contenter des photos. C’était déjà bien mais elle avait quand même envie d’entendre des choses de la bouche de son meilleur ami…. autre qu’une suite d’adjectifs qui, s’ils avaient l’air très sincères et tant mieux pour lui, ne faisait en revanche pas vraiment rêver la jeune journaliste. Elle dû d’ailleurs secouer doucement la tête pour démentir sa première réponse. Alors, enfin - ! - elle eut droit à des phrases !

ft. Naoki ♥
Ce ne fut d’abord rien dont elle ne se doutait pas déjà, mais lorsque Naoki évoqua son colocataire, elle sourit. Elle le trouvait mignon à parler de cette surprise pour son ami. Quand il lui en avait parlé avant de partir, elle avait bien vu que lui faire cette surprise lui tenait à coeur. Elle l’avait encouragé et elle avouait qu’elle était curieuse de connaitre la fameuse tête du Coréen quand il eut compris. « Moowh… Il est vraiment chanceux Mikio, de t’avoir pour ami. J’suis vraiment contente pour toi qu’il ait aimé. » En même temps, qui n’aurait pas aimé ? Un superbe cadeau, une destination de rêve, un ami aussi formidable que Naoki… Impossible que son compagnon se montre difficile ! Et si ça avait été le cas, elle lui aurait toucher deux mots à ce bouffeur de kimchi !
Elle le laissa continuer en l’écoutant attentivement avant de…. euh… il ne l’avait pas déjà dit ça ? Le récit était bien court pour quelqu’un qui avait tant de choses à dire…. Keira soupira à la fois désespérée et amusée :

« Bon j’ai bien compris que tu voulais déjà repartir mais… Allo, la Terre appelle Naoki ! » Elle rit doucement et laissa sa joue s’appuyer contre son poing avant de secouer doucement la tête sans lâcher son ami des yeux. « Décidément, ça fait bien buguer l’Australie. » C’était le moins qu’on puisse dire… Elle n’avait jamais eu un Naoki aussi distrait en face d’elle et pourtant, elle le savait particulier !
« Bon et qu’est-ce que vous avez fait ? » Autant l’aider un peu… c’est pour ça qu’elle continua : « Vous avez vu des kangourous ? » Ca lui semblait indispensable pour un voyage en Australie. Puis, venant appuyer sur le bout de son nez bronzé, elle termina gaiment : « En tout cas, vous avez dû bien profiter de la plage… » Ca devait être agréable… Se poser sur le sable, au soleil et juste se détendre. Ne penser à rien d’autre qu’au bruit des vagues et s’enivrait de l’air marin… Oui, ça devait être bon de lâcher prise de temps en temps….
© nck
 
I'm not a monkey but I love banana -- Ft. Keiki ta mère
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» [Fauteuil] Love by Sandro SANTANTONIO
» [Vase] Love is Blind by Jessica LERTVILAI
» [Chaise] Origami Chair by the group Form Us With Love
» LOVE, beagle femelle, 2 ans (Belgique)
» Bonjour tout le monde! (Présentation juju-love-ivresse-43)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Shibuya :: McDonald's-