CANDIDAT #2 : TAKAGI HIRO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 1 Mai - 13:04
Première épreuve
Takagi Hiro
Un sourire aux lèvres, Kato Mika faisait face aux caméras, micro en main. Laissant passer les applaudissements chaleureux du public une fois les présentations passées, elle s'inclina délicatement, avant de finalement reprendre la parole. « Mesdames et messieurs, voici l'heure du premier round ! » Levant sa main libre en l'air, elle poussa un petit cri de joie. Yeah ! C'était parti ! Se tournant vers les candidats, elle les encouragea d'un hochement de tête. « C'est une épreuve libre, durant laquelle ils vous présenteront chacun leur talent ! » Chant, danse, comédie, il leur fallait charmer le jury et le public ! « Chacun votre tour, vous avancerez lorsque vous serez appelé, d'après l'ordre du tirage au sort ! Nous commencerons par les filles, puis nous alternerons avec les garçons. » Forcément, girl power ! Levant sa fiche à hauteur de visage, elle appela le deuxième candidat. « Takagi Hiro-san ! Allez-y ! » Lui adressant un sourire complice, Kato Mika recula pour entrer dans l'ombre, balayant la scène d'un ample geste du bras. A lui de jouer !

______________________________________

L'ordre de passage chronologique est Keiko, Mirai, Minah, Hiro, Asuka, et Yuya. Cependant, il n'est là que pour vous repérer lors du déroulement de l'émission ! Vous postez évidemment à votre rythme, sans être obligé d'attendre les autres candidats !

Décrivez au mieux votre prestation ! Donnez-vous à fond ! C'est le premier Grand Casting d'E. Entertainment ! Votre avenir se joue ce soir. ♥


— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 15 Mai - 18:43
eita ent. super casting


Maintenant qu’il y pensait, Hiro ne s’était jamais produit devant une caméra, sans parler de ce public qu’il peinait à voir, aveuglé par les projecteurs. Il n’y avait pas vraiment prêté attention au moment des présentations, ni lorsqu’il observait, depuis les coulisses, ses premiers rivaux présentant ce qu’ils savaient faire. Pourtant c’était bien la réalité, pour lui en tout cas, tout ça était nouveau. C’était grisant aussi, intimidant, terrifiant, fou. Complètement fou. Cette sensation lui nouait l’estomac, la gorge et si une peur restait perceptible derrière toute cette adrénaline, c’était celle que sa voix ne puisse plus chanter comme il le voudrait.
Mais on ne lui laissa pas vraiment le temps, ni le choix, parce qu’il était déjà sur le devant de la scène, deux pieds fermement ancrés dans le sol, micro fixé au trépied en face de lui. La présentatrice -peu importe son nom, Hiro ne se souvenait même pas du sien- lui faisait même signe de bien vouloir commencer.
Le silence régna quelques imperceptibles secondes aux yeux du monde. Pour Hiro, cela sembla durer une éternité avant que les premières harmoniques ne résonnent dans le complexe. La lumière des projecteurs se fit plus intense, le public muet ; l’ambiance s’assimilait davantage à celle des répétitions ; le costume impeccable et le maquillage en moins.

Au départ, il voulait danser. Il avait revu sa chorégraphie des centaines et des centaines de fois, chaque pas, chaque mouvement dans le studio ; ses chaussures grinçant seules sur le parquet de la salle de danse. Mais tout ce qu’il faisait, toutes les idées qu’il trouvait lui paraissaient manquer de sentiments, d’intention. En fin de compte, il avait l’impression qu’il manquait quelque chose pour que le tout soit satisfaisant.
Hiro aurait préféré que Shuya soit là, comme il l’était avant, silencieuse figure assise au fond de la salle, noircissant de paroles et de mélodies ses feuilles de papier. Les circonstances en avaient décidé autrement. Il l’avait soutenu, lui avait ouvert les yeux sur certaines choses ; c’était déjà beaucoup, bien plus qu’il ne l’aurait espéré lorsque leurs chemins se sont croisés la première fois.  Maintenant il était parti rejoindre sa propre voie, une voie dont il s’était probablement bien trop éloigné par la faute du plus jeune. Hiro ne pouvait pas lui en vouloir pour ça.
Alors, au lieu de se morfondre continuellement sur l’échec qu’il avait l’impression d’essuyer, il décida de fouiller dans les carnets qu’il lui avait laissé, ceux remplis de paroles que Shuya avait écrit « pour sa voix », avec en tête le vague souvenir de leur signification. Beaucoup, presque tout d’ailleurs, était en coréen ; Hiro n’eut pas le cœur d’y traduire, malgré son accent entravant quelques intonations, avalant quelques syllabes. Il se moquait bien de savoir si la truie apprécierait –elle n’appréciera pas, il le savait-, c’était sa façon de dire merci à la personne, la seule peut-être, qui avait le plus œuvré pour qu’il se trouve un jour sur une scène, devant tous ses gens.
Il avait donc décidé de chanter. Quelque chose de sobre, de simple, des remerciements ; à cet instant-là il était déjà convaincu qu’il ne gagnerait pas son ticket pour débuter sa carrière de toute façon.

— Tto witaerowo tto wiheomhae… So bad urin yeah

La réaction du public sous ses yeux fut morcelée, entre surprise, interrogation ou même curiosité.  Dans tous les cas il pouvait voir les visages s’illuminaient d’un intérêt nouveau pour ce jeune japonais qui avait fait le choix –ou le suicide- de ne pas choisir sa langue maternelle pour chanter. A moins que ce soit de le voir rester statique, alors qu’il avait annoncé plus tôt qu’il était major en danse. Il parait que la témérité fait réagir. Hiro était trop concentré pour se demander si la directrice était en train de brûler dans sa loge ou si Shuya, quelque part, l’observait entrain de chanter sa chanson.

Sa voix, mesurée, douce, suivait le rythme langoureux de la mélodie. On n’était pas si loin d’une danse finalement, un slow où chaque syllabe s’échappant de ses lèvres allait rejoindre son harmonique, s’éloignant en quelque adages vers le fond de la salle. Le sens des mots qu’il prononçait lui échapper, mais le sentiment, lui, était resté un souvenir limpide. Shuya lui avait donné cette image du château de cartes qui menace de s’écrouler à tout instant, si fragile et vulnérable, si difficile à reconstruire. C’était un peu de désespoir, de fatalité et la tentation, à l’origine de tout cela.
C’était grisant, génial, fabuleux, fou. Complètement fou. Cette sensation d’avoir le public pendu à vos lèvres, l’audience hypnotisée par les simples vibrations de votre voix. Tout ça, cette symbiose lui donnait un tel regain de confiance, une piqure d’adrénaline qui le rendait plus passionné, le micro fermement maintenu entre ses deux mains, le sourire qui lui fendait le visage et sa voix partant explorer de nouvelles octaves.
Il aurait aimé que cet instant dure plus longtemps, toujours même mais vint le moment où les dernières paroles résonnèrent, où la chanson trouva sa conclusion.
Il salua le public sobrement, s’inclina pour les remercier de ce moment avant de rejoindre les coulisses, des rêves plein la tête.


+ bonus content:
 
 
CANDIDAT #2 : TAKAGI HIRO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Hiro
» Hiro....entorse?
» hiro husky d un an et un mois (m) ok chiens BELGIQUE BEAUSSART ADOPTE
» Mordillement
» Hiro ,mon nouveau lapin viens demain ! :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Eita Entertainment :: Emissions :: EITA ENT. SUPER CASTING :: It's over bitch-