Hit the road Jack (+) Blackwell Jared

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 9 Mai - 23:00
Hit the road Jack ft. Jared

Il était clairement fatigué, épuisé, de cette semaine qu'il avait l'impression de ne jamais voir se terminer, mais il y avait toujours un moment à s'accorder pour se rendre dans un centre commercial. Tomi était au Palette Town, mais plus exactement au Tokyo Leisure Land afin de profiter des jeux vidéo et, pourquoi pas, profiter aussi du bowling s'il arrivait à joindre l'un de ses amis. Le tatoué s’y rendait donc, les mains plongées dans les poches de son jean noir. Il pianotait à moitié sur son téléphone portable dernière génération évidemment, qu’il avait pu se payer grâce à l’argent de ses premiers concerts. Cela ne faisait pas si longtemps que cela que Tomi avait réussi à atteindre une certaine reconnaissance dans les magazines, certaines pages d’autres journaux ou bien même dans la rue. Des années plus tôt, le jeune homme n’aurait jamais cru cela possible, étant donné qu’il avait même vécu dans cette fameuse rue. Qui prêterait un regard au clochard du coin ? Enfin, quoiqu’il en soit, ce n’était pas tout à fait les pensées qu’il désirait avoir en cet instant.
Il descendit du métro, marcha quelques mètres avant de pénétrer dans le fameux endroit. Ce n’était pas la première fois qu’il y venait et il ne savait pas vraiment dans quel rayon il allait se diriger. Il y avait un nombre incalculables de jeux vidéo et ses yeux ne savaient plus où donner de la tête. Il rangea son téléphone et finit par se diriger un peu au hasard, regardant diverses jaquettes, les replaçant ensuite dans les rayons. Tomi jouait à ces jeux de temps en temps, quand il était chez lui ou qu’il organisait des soirées la plupart des fois. La vie de l’artiste avait beaucoup changé en si peu de semaines qu’il avait à peine eu le temps de se retourner pour s’en apercevoir. Du jour au lendemain, il avait choisi de se relever et de ne plus se laisser abattre de la sorte. Il avait un rêve à poursuivre, non pas seulement pour lui, mais aussi pour sa mère qui le regardait depuis là-haut ; il en était persuadé.
Ainsi, un peu perdu dans ses pensées, Tomi finit par se rendre dans le rayon des jeux de courses. Des voitures, des motos, à peu tout y passait et le jeune homme tendit sa main pour en attraper un, quand il fut tiré devant son visage. « Excusez-moi, mais je l’ai vu en premier », lâcha-t-il simplement, un sourcil relevé. Néanmoins, le ’’voleur’’ n’avait pas la moindre envie de lui donner, ou de l’écouter tout court. Cela ne manqua pas d’agacer Tomi qui ne se gêna pas pour tapoter sur l’épaule de l’inconnu pas si inconnu que cela. « Tiens, tiens, Jared. Ça faisait longtemps. » Sourire ironique tout autant que ses paroles. Bras croisés sur la poitrine, il jaugea son ex petit ami de toute la hauteur qu’il pouvait avoir. « Alors, qu’est-ce que tu deviens ? » Il aurait presque pu grincer des dents en lui adressant ces quelques propos.

Codage par Libella sur Graphiorum
— I'M MADE IN UK —
— I'M MADE IN UK —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 12 Mai - 16:10

HIT THE ROAD, JACK

Bien que peu de gens sains d'esprit recherchent habituellement votre présence, n'importe qui pouvait vous trouver rapidement s'il vous connaissait un tant soit peu, car vous n'étiez pas volontiers vagabond, du moins pas en journée; vous préfériez le confort de votre appartement à l'agitation des rues bondées.
   Mais aujourd'hui, une entrevue aurait nécessité, au préalable, une exploration minutieuse de la capitale nippone.

   Votre séjour à Tokyo se prolongeait depuis un peu plus de cinq mois, et, en grand amoureux des arts nobles, vous aviez déjà visité la majeure partie des plus beaux théâtres, opéras et musées que la mégalopole avait à offrir; et l'atmosphère aussi austère que dignifiée de ces lieux vous avait lassé étonnamment vite.
   Tout, dans cette ville, ne parvenait qu'à vous rappeler que Londres était loin.

   Les mains plongées dans les poches de votre jean droit, vous arpentiez Minato dans l'espoir d'y croiser un objet digne de votre intérêt.
   Cependant, cette quête vous semblait de plus en plus vaine. Chaque passant découvrait un Jared plus agacé et certainement moins enthousiaste que le précédent.
   Dans votre ennui croissant, vous vous étiez abandonné à vos pensées; si bien que lorsque les babillages animés d'une bande d'adolescents envahissants vous tirèrent hors de vos rêveries, vous faisiez face à un rayon... de jeux vidéos, semblait-il.

   "Jusqu'ici, rien qui ne vaille le déplacement." Songiez-vous amèrement, vous saisissant nonchalamment de l'un des boîtiers rectangulaires.

   Mais comme le destin se plaisait à vous contredire, ce fut à cet exact instant que votre balade se rentabilisa:

 — Tiens, tiens, Jared. Ça faisait longtemps.

   Vous aviez reconnu la voix emprunte de sarcasme dès le premier mot prononcé; et il vous fallu retenir un rictus méprisant, alors que vous faisiez volte-face.

  — Deux mois, tout au plus. Spécifiez-vous, tenant toujours le jeu de course auquel vous n'aviez bien sûr pas accordé le moindre regard.

   Et, puisque votre interlocuteur semblait vouloir paraître intimidant, vous décidiez de lui dédier un moment d'insolence: ne quittant pas le jeune homme des yeux, vous époussetiez soigneusement l'épaule de votre veste, adressant à Tomi un regard provocant.

   "Évite de la salir, surtout si tu n'as pas de quoi payer le pressing." Raillaient vos yeux clairs, offrant un contraste tranchant avec votre sourire mielleux.

   — Il se trouve que j'enseigne la tragédie. Les tournées devenaient épuisantes, et on m'a soumit un excellent contrat...

   Vous vous exprimiez de manière volontairement insouciante. Quasiment apathique.

   — Une agence de talents avait besoin qu'on inculque à leurs starlettes quelques notions d'acting...

   Savourant pendant quelques dixièmes de seconde l'estoc verbal que vous prépariez pour votre ex petit-ami, vous reposiez d'un geste négligent le jeu de course sans intérêt.

    — Eita Entertainment. Il me semble que tu connais ? Lâchiez-vous enfin, attendant avec une avidité carnassière et non dissimulée la réaction de Tomi.
crédit (c) Chaussette
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 13 Mai - 0:52
Hit the road Jack ft. Jared

Il la voyait, bon sang, toute cette insolence qui émanait du corps de son interlocuteur. Il la voyait et cela le plongeait plusieurs mois auparavant, quand ils s'étaient connus et épris l'un de l'autre le temps de plusieurs semaines. C'était à cause de cette insolence, en partie, que cela n'avait jamais pu fonctionner entre eux. Car Tomi ne la supportait pas et explosait de colère sans la moindre gêne. Les disputes entraînaient d'autres disputes et cela était sans fin, même quand ils avaient pu coucher ensemble ils avaient réussi à se disputer. Cette relation avait été plus que malsaine et le chanteur la retrouvait bien là, cette putain de relation. Face à Jared, les bras toujours croisés sur sa poitrine, il ne le quittait pas du regard. « Deux mois, c'est très long, tu le sais aussi bien que moi, Jared », sous-entendit-il par rapport à la durée de leur couple. Oui, deux mois pouvaient paraître affreusement longs quand tout allait de travers. Tomi soupira doucement, finissant par enfoncer ses mains dans les poches de son jean, apercevant que son ex petit ami n'avait pas lâché le jeu vidéo qu'il convoitait. Alors la conversation s'orienta vers le travail ; car Jared savait pertinemment où frapper quand il s'adressait au tatoué.
Celui-ci haussa un sourcil, n'ayant pas envie de relever le geste qu'il venait d'avoir un instant plus tôt. Ce n'était pas la peine de se montrer tout de suite hostile, n'est-ce pas ? Sauf si le jeune étranger en face de lui décidait de mettre les deux pieds dans le plat et de le provoquer encore plus ouvertement que quelques minutes auparavant. « Tu n'es vraiment qu'un bel enfoiré, rit-il ironiquement, mais je l'avoue, je t'ai posé la question en premier. » Tomi leva les mains en l'air, comme pour plaider coupable. Jared venait de marquer le premier point, mais il ne comptait pas demeurer derrière lui. Il savait que l'entendre parler de cette agence qu'il détestait le mettrait hors de lui, mais devait-il vraiment jouer dans cette cour ? Clairement, le chanteur sentait déjà monter en lui une vague de colère, mais il donnerait raison à son vis-à-vis s'il craquait tout de suite.
Ou peut-être pas, en fait. Peut-être bien qu'il s'en moquait. Après tout, cette rencontre n'était que purement fortuite et ils ne se devaient plus rien l'un envers l'autre. Aussi Tomi ne se priva pas de saisir le haut de la chemise de Jared pour le plaquer contre le rayon de ces fameux jeux vidéo. « ça te plaît toujours autant d'être mauvais comme cela, n'est-ce pas ? ça te fait trépigner de me lancer des piques comme ça ? » Puis, il le relâcha et tapota délicatement son torse, là où il venait de l'attraper, répondant à son regard précédent ; non, il ne l'avait pas sali, du moins pas en apparence. « Mais pas de soucis, j'ai dépassé ce stade », reprit-il avant de saisir le jeu qu'avait reposé Jared et de tourner les talons. A la vérité, il ne dépasserait jamais vraiment ce stade-là.

Codage par Libella sur Graphiorum
— I'M MADE IN UK —
— I'M MADE IN UK —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 29 Mai - 0:11

HIT THE ROAD, JACK

Ah, comme c'était facile. Fixant vos iris d'acier sur votre interlocuteur, vous contempliez la métamorphose de ses traits fins, lentement rendus grossiers par la colère qu'il tentait de réprimer. Tomi croisa les bras sur son torse, et vous souriiez de plus belle.

  «Craque. Allez, craque!»

   Vous n'attendiez qu'une chose; que votre ex-petit-ami provoque le scandale. Qu'il vous donne une raison de vous attarder dans la boutique de jeux vidéos. Vous aviez enfin trouvé une source de distraction pour la journée et vous ne comptiez certainement pas la laisser vous glisser entre les doigts, peu importe le minable vœu de retenue du japonais; il allait s'énerver, oh que oui. Vous alliez vous en assurer.

   — Le temps passe vite quand on s'amuse, Matsuda-san. Susurriez-vous, évidemment conscient du mauvais quart d'heure qu'avait passé le chanteur en votre compagnie.

   Vous n'étiez pas un amant tendre, et encore moins reposant. Pas un jour de vie commune avec Tomi ne s'était terminé sur autre chose qu'une altercation de nature plus ou moins violente, avec supplément mobilier-détruit-à-mains-nues selon la force de votre animosité respective.
   Bien sûr, vous ne comptiez pas changer les choses, et la rupture avait fini par séparer vos quotidiens. Vous ne pouviez pas dire que vous ne vous y attendiez pas; après tout, vous aviez volontairement culbuté la patience de votre compagnon presque à chaque fois que le malheureux se trouvait en votre présence. Et Dieu, que vous aimiez ça.
  Tout en considérant ces réflexions, vous continuiez de guetter chaque signe d'agacement qui viendrait à transparaître du comportement de votre ancien amant, ravi d'en constater un délicieux cortège.

   — Tu n'es vraiment qu'un bel enfoiré, mais je l'avoue, je t'ai posé la question en premier. Lança Tomi, visiblement amer.

   — Merci, trop aimable. Rétorquiez-vous, entièrement satisfait de cette appellation.  

  La seconde suivant cet échange aussi chaleureux qu'à l'accoutumée, vous vous retrouviez adossé sans ménagement aux rayons du petit commerce de Palette Town, et bien que le contact soudain avec les étagères remplies de jeux ne vous fut pas spécialement agréable, vous exultiez.

   — Tu devrais garder la tête froide, Tomi! Pourquoi perdre ton calme, vraiment? Suis-je donc si offensant?  Ricaniez-vous, vous fichant éperdument du regard intrigué que levaient les autres clients vers vous et votre interlocuteur.

   Vous buviez les paroles de votre -auparavant- compagnon, et vous n'en croyiez pas un seul mot. «Dépassé ce stade?» Était-ce à vous qu'il référait en employant ce terme si terriblement réducteur? Le «stade» Jared..?  
   Non, il n'y avait pas de «stade» que l'on pouvait «dépasser» une fois qu'on s'estimait plus heureux sans vous. Certainement pas; vous étiez une constante. Un Terminus. Et si le chanteur se croyait hors de votre portée simplement parce qu'il ne partageait plus votre lit, vous étiez certain de pouvoir lui prouver le contraire.
   Il ne valait rien de plus que vous.

   — Tourner le dos à son interlocuteur, en plein échange verbal? C'est décidément grossier de ta part. Vous indigniez-vous, mimant un choc des plus sincères.

  Tout en l'apostrophant, vous vous rapprochiez en quelques grandes enjambées de Tomi, qui pensait déjà être sorti d'affaire, le ridicule boîtier de plastique à la main:

   — Dis-moi, dearie, siffliez-vous à son oreille dès que cela fut possible; penses-tu sincèrement que ta mère approuverait ce genre de comportement?  
crédit (c) Chaussette
 
Hit the road Jack (+) Blackwell Jared
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» photos black-jack
» vol d'un jack russell lundi soir
» a) Mâle croisé ratier-jack russel, 6 mois
» vends chiots mini-parson et jack russell terrier
» 59 - KABOUL jack russell à poils durs 3 ans SPA DOUAI 59

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Minato :: Palette Town-