Bienvenue sur TTK ! Le groupe Tokyoïte est fermé jusqu'à nouvel ordre, favorisez les autres groupes heart heart

 

 Just before the Perfect night | SEOKUNO ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Ven 2 Juin - 5:03

I'm not the prettiest you ever seen, but I have my momentsSeokunoTENUE DE LA SOIREE ✻ « Non, non, je te dirai par SMS. Promis. A ce soir. » lui avait-il dit en lui adressant un sourire charmant avant de la quitter, à l’agence d’Eita ent. Tout en ayant aucune idée du déroulement de ce soir.  C’était malin.

Heureusement pour lui, il avait tout l’après-midi pour improviser leur soirée imprévue. Chercher sur google les restaurants les plus fleur bleue de Tokyo, savoir s’il doit réserver ou pas, choisir une tenue, prévenir le frère pour le chat Mô…tout une organisation dont il n’avait pas l’habitude de gérer. D’habitude, il passait son après-midi à geeker, flaner, ou à vadrouiller dans son quartier –sauf en ce moment, car Liang n’est plus à l’appart’ depuis qu’il tourne dans Ordinary Love. Déjà, il fallait trouver un bon restaurant. Parce que dans son esprit, il n’y avait pas meilleur endroit pour inviter une fille qu’on veut séduire ; romantique, intime, et bien cher. Mais après réflexion, il s’était dit que ça se verrait trop…elle comprendrait trop vite ses sentiments –et que la note serait un peu salée. Non, il fallait la jouer plus fine. Il fallait l’emmener dans un endroit moins cliché amoureux, comme un bar à thème…par exemple. Oui, ça c’était mieux. Branché, dynamique, ambiance jeune, tout ce qui fallait pour la faire rêver le temps d’une soirée. Elle ne devait pas beaucoup s’amuser en plus entre son tournage dans OL et son projet avec Mikio Oppa, c’était donc parfait pour la faire décompresser. Encore fallait-il connaître les bons quartiers qui proposent ce genre de prestation. Ses vadrouilles lui ont déjà montrées les quartiers jeunes, populaires, mais rien de précis à cause de son taux d’alcoolémie. Google fut donc son ami. Quelle fatigue quand même, de chercher comme ça. Sa patience écoulée, il préféra donner une chance à son karma avec une pièce de monnaie comme réceptable. Voilà comment le problème du « où on va ce soir » fut traité.

Passons maintenant à la coiffure-tenue. Ses cheveux naturellement noirs commençaient à lui arriver dans les yeux, mais ce n’était pas très choquant ; un peu de cire et des recoiffages express avec sa main droite dans la soirée feraient l’affaire. Quelques bijoux discrets aux oreilles, et il se trouvait parfait. Par contre, l’habillement lui posa problème...il avait de belles fringues, à ses yeux, mais pour sortir entre mecs. Pas pour courtiser une jolie demoiselle. Il n’avait aucune chemise, aucun blaser, rien de luxueux ou qui en a l’air, que des T-shirt et des sweats à foisons. Damn, Ji Hoon tomberait en syncope ; bien qu’il aurait été bien placé pour le conseiller. Mais il était hors de question de faire appel à lui : il ne le ferait que le rabaisser, comme il sait si bien le faire. C’était son rendez-vous à lui, pas le sien. Après une bonne demi-heure de recherche, il se trouva quelques pièces sympathiques qu’on pourrait juger de « classiques », certainement les moins thug de toute son armoire. Restaient les chaussures et la veste…il n’allait quand même ressortir ses vieilles air jordans, non. Il ne restait que la dernière option. Il n’aimait pas faire ça, pas à eux, par respect de ses aînés, mais il n’avait pas le choix.  Haruno était une valeur hautement plus importante que le respect des hyungs. Il est donc allé fouiner dans les placards de son frère Liang, à la quête de chaussures. Il savait qu’il n’en manquait pas. Côté vestes, son frère n’avait pas non plus à se plaindre…oh tiens, celle-là, à la coupe perfecto on dirait, il n’avait pas le souvenir de l’avoir déjà vue la porter. Quel bon service il lui rendrait ! A faire honneur à cette jolie veste ! Veste qui lui a certainement été offerte par Ji Hoon, vu la qualité de la matière. Il l’essaya dans la salle de bain, et la trouva pile poil à sa taille, en plus d’être très saillante sur lui. Il se sourit, ravi. Quelle chance que Liang ne soit pas aussi grand que Ji Hoon ! En revanche, ce n’était pas tout à fait ça pour les chaussures…elles étaient un poil trop petites. Oh, il s’y habituerait, s’était-il dit naïvement. Lui se trouvait très bien habillé comme ça, alors Haruno le penserait aussi ; ça coule de source que les Lee ont bon goût. Toutes les fringues du monde lui vont parce qu’il est un Lee. En tout cas, lui il en était persuadé.

Comme l’avait prévenu son frère, des concurrents avaient montrés le bout de leur nez. Il ne voulait pas se l’avouer, mais il savait au fond que ça arriverait. Mais ça ne rend pas la chose plus acceptable. Alors ce soir, il reprendrait sa première place dans le cœur d’Haruno, et même plus. Il en était déterminé. Propre sur lui et bien sapé, il lui avait envoyé un SMS mystérieux pour instaurer du suspens dans l’esprit de la jeune fille. Il fut satisfait de son petit effet sur le moment, mais la belle prenait bien son temps pour lui répondre…trop à son goût. L’heure tournait, le soir approchait, et elle ne lui avait toujours pas envoyé un SMS de confirmation. Il eut peur qu’elle lui annonce qu’elle décline, il s’en était rongé le sang tout le reste de l’après-midi…ce n’est que quand il fut dehors qu’il reçut son message. Bonheur. Dans un soupir de soulagement, il profita du temps qu’il lui restait pour tweeter son instant de bonheur.

Le jeune coréen était arrivé en avance à l’endroit du rendez-vous ; de cinq minutes, un exploit pour cet éternel retardataire. Pour Haruno, il arrivait à prendre sur lui. A arriver à l’heure et même en avance. Un défaut qu’il lui surtout causé du tort auprès de ses patrons, car avant il se calait sur ses frères et sœurs tout en ayant aucune notion du spontanisme ; mais n’est pas venu le jour où il montrera cette facette à la jolie Kamiya. Non. Ce soir, il lui montrera le meilleur de lui-même. Meilleur qu’il n’a jamais été, pas seulement avec les filles, mais avec personne d’autre. Aussi longtemps qu’elle vivra –longtemps- il secomportera toujours ainsi avec elle. C’était ce qu’il pensait, tandis qu’il attendait, là, adossé à des bancs assis-debout près la statue du célèbre canin Hachiko, les mains dans les poches, une jambe croisée, le regard perdu dans le sol, tenant son portable dans une poche de la veste au cas où. C’était le point de RDV le plus banal pour un tokyoîte, mais bien pratique ; près de la gare, ils pouvaient bouger rapidement et n’importe où dans la ville. C’était en soit le plus pratique, et le plus mystérieux pensait-il. Comme le point de RDV ouvrait sur tous les horizons, cela rendait la destination indiscernable. C’était ça, la raison secrète de ce point de rendez-vous. Une après-midi de réflexion pour ça ; il avait trouvé l’idée géniale. Puis depuis le temps qu’ils se connaissent, il était grand temps…

Il songea aussi que cette soirée marquerait un nouveau tournant dans leur relation. De simples connaissances, ils allaient être plus. Plus que ce que tout le monde imagine. Plus que ce que penseraient ses fans ; fans dont il avait cure d’outrer. Bien qu’il aime Haruno et Hanabi, il avait du mal à la considérer comme une idole, encore moins une idole similaire à celles qu’il connaît dans son pays natal. Pour lui, ça n’avait juste rien à voir. Et Haruno représentait plus qu’un personnage médiatique. Comparé à tous ses fans et ses managers d’Eita, il la connaissait d’avant. Lui, c’était sincère, du vrai, pas du fanboyisme. Il l’aimait pour sa personne, et il était convaincu qu’Haruno verrait cela. Des sentiments sincères. Mais déguisés sous l’amitié, pour l’instant. Ne nous précipitons pas, cela faisait quelques temps qu’ils ne se sont pas vus. Il va l’introduire, progressivement, tout doucement…

A se perdre dans ses rêveries, il remarqua sa silhouette qu’à seulement cinq mètres de lui. Sentant un regard se poser sur lui, le coréen avait légèrement tourné la tête sur le côté, et il la vit. Elle, Kamiya Haruno. La sœur du meilleur ami de son frère. Celle qu’il aime, l’incarnation de la femme parfaite. Il lui offrit un beau sourire comme accueil. Il la détailla rapidement du regard, jugeant sa tenue ; bien qu’elle soit parfaite en toutes circonstances, son esprit de mâle s’était tourmenté à savoir quelle tenue de bombasse elle aurait ce soir. Quelque chose de smexy qui lui ressemblerait, oui. Il ne s’en inquiétait pas. Quand elle fut à sa hauteur : « Annyeong, oneu-ça va.. ? » ponctué d’un petit rire gêné. La bourde, il allait lui faire toute la conversation en coréen. Ça commençait bien. Pas que c’était la première fois, mais ça arrivait quand il était particulièrement nerveux ; comme les premières rencontres avec la jeune Kamiya, par exemple. Avec le temps, il avait retenu la leçon, mais ça arrivait encore qu’il s’emmêle les pinceaux avec Haruno. Seulement avec Haruno. Il ne tarda pas pour lui partager ce qu’il ressentait sur le moment avec l’assurance de la spontanéité. « Je suis content que tu sois venue. Très content. » Malgré la joie qui transparaissait dans sa voix, malheureusement son japonais restait inchangé : c’est-à-dire un ton légèrement robotique, par souci de prononciation, luttant vainement contre son accent bien audible. Mais la phrase était correcte, l’indicatif et le subjonctif sont bien respectés (pas de « que tu viens » ou de « que tu es venue » horribles) ; il s’en félicitait.
© 2981 12289 0
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Sam 3 Juin - 5:22

I'm not the prettiest you ever seen, but I have my momentsSeokunoTENUE ✻ De belles robes, en tant qu'idole, Haruno avait eu plein d'opportunité d'en porter, de se sentir jolie dans chacune d'entre elles qui avaient été choisi par des professionnels, qui savaient visiblement comment faire des miracles. Mais de retour au dortoir, après avoir lu le SMS de Jin Seok, elle séchait littéralement.

Elle n'avait aucune idée de ce qu'il pouvait bien avoir en tête quant au lieu du rendez-vous, alors il lui était d'autant plus difficile de jeter son dévolu sur telle ou telle robe. A vrai dire, elle était quasi sûre que même si elle en saurait davantage, elle n'aurait su vers quelle tenue se tourner. C'était le bazar dans sa tête. Ce qu'elle avait vu comme une simple visite anodine un peu plus tôt, prenait des proportions inimaginable. Elle ne pouvait s'arrêter de penser comme Jin Seok s'était montré attentionné en se déplaçant jusqu'ici, en allant lui acheter un petit café au distributeur (bien qu'elle les trouvait légèrement... infecte, ce qu'elle avait gentillement garder pour elle) pendant sa petite absence, ou même le fait qu'il ait insisté pour planifier la prochaine fois où ils allaient se voir. Or, il s'agissait de ce soir,  elle ne pouvait donc se permettre de perdre plus de temps. Cela dit, elle ne pouvait rester plus longtemps dans le flou, et se permit de taper un SMS destiné à Ryu, en espérant obtenir des réponses [...]. Elle avait donc fini par s'activer, prenant une rapide douche, se lavant les cheveux au passage aussi. Elle s'habilla puis s'occupa de ses cheveux, qu'elle lissa joliment, assise à sa coiffeuse. Elle prit également le temps de se maquiller, oubliant l'espace d'un instant qu'elle n'avait pas tout le temps devant elle. Malgré tout, pour une raison qu'elle ne s'expliquait pas, elle voulait faire les choses bien et pour cela, comme n'importe quelle autre fille, il lui fallait du temps.

Une fois prête, elle quitta les dortoirs et entreprit de se rendre seule à la statue Hachiko. Rien ne lui interdisait de sortir à une telle heure, mais elle n'avait pas pour autant l'habitude de s'éclipser pendant la soirée. D'ordinaire, elle passait la majorité de son temps à s'entraîner dans les locaux mis à leur disposition, ou dans sa chambre pour être tranquille. Ce soir faisait donc exception à la règle, et l'excitation qui allait avec était elle aussi toute nouvelle. Surtout en ce moment, où elle n'avait plus la tête à quoi que ce soit. Cela dit, elle refusait d'y penser pour le moment ; toutes ses pensées se focalisant sur ce qui l'attendait ce soir.

Alors que ses pas l'a menaient devant l'imposante statue canine, elle ne tarda à l'apercevoir à quelques mètres d'elle. La chaleur humide de ce printemps faisait souhaiter les ardeurs de l'été, et elle regrettait presque déjà d'avoir opté pour des manches longues. Était-ce la température qui avait soudainement augmenté entre l'instant où elle avait quitté le dortoir et celui où elle était arrivé à Shibuya, ou était-ce autre chose ? Elle ne saurait le dire, mais pour le vérifier, elle prit son visage en coupe tout en s'approchant d'un pas volontairement lent. Elle s'arrêta même à proximité et se permit de simplement le regarder, de le contempler. Il s'était changé lui aussi, arborant un style déjà différent de celui qu'il avait adopté quelques heures plus tôt. Ayant troqué sa veste en jean contre une autre en velours (ou en daim? il lui était difficile de juger à cette distance), elle devait avoué lui trouver une élégance toute particulière. Il paraissait différent ainsi, brillant à sa façon.

Lorsqu'il se tourna vers elle sans prévenir, pour toute réaction, elle roula des yeux l'air de rien et reprit le pas comme si elle venait tout juste d'arriver et de l'apercevoir. Avec la sensation de ne pas être la seule des deux surprises, elle sourit tout naturellement une fois à sa hauteur, ne s'offusquant plus de l'entendre converser en coréen comme s'il s'agissait de la langue locale et qu'elle devait y comprendre quelque chose. Heureusement pour elle, ça, c'était dans ses cordes. « Annyeong » le salua-t-elle de nouveau, dans sa langue d'origine, avec plus d'assurance que cette après midi, pour lui faire comprendre que ça ne l'a dérangeait pas, tant qu'ils se tenaient au salutation. Pour le reste, elle devait encore apprendre. Hochant simplement la tête en guise de réponse à sa question, la jeune fille passa ensuite nerveusement sa main dans ses cheveux, sans trop savoir comment se comporter à son égard. « J'espère ne pas t'avoir fait trop attendre... ». Cela faisait longtemps qu'ils ne s'étaient pas retrouvé tous les deux, face à l'autre (si l'on ne comptait pas sa visite surprise de ce matin), et l'ambiance semblait désormais quelque peu étrange. Néanmoins, Haruno ne put s'empêcher de constater qu'elle était tout aussi contente de le retrouver. « Oh, moi aussi ». C'était sincère, malgré qu'elle ait été la seule à chercher à prendre ces distances. « Enfin, je veux dire, je suis contente que tu m'aies invité ». Elle s'était déjà excusé plus tôt, pour avoir mis fin à tous leurs cours ces dernières semaines, lui accordant bien souvent des explications qui ne tenaient pas debout. A présent, elle aurait presque voulu le remercier de ne pas lui en vouloir, et d'avoir insisté pour qu'ils se voient ce soir. Même si elle n'aurait jamais pensé à la statue Hachiko comme point de rendez-vous... « Comment tu connais cet endroit ? » demanda-t-elle bêtement, après avoir jeté un coup d’œil à la ronde, et avoir reposer son regard sur lui. « J'imagine que tes frères te font découvrir un peu ». De ce qu'elle savait, Ji Hoon était très gentil, et elle ne doutait pas une seule seconde qu'il s'occupait bien de son petit frère, et de son intégration. « Si on avait plus de temps, je t'aurais fait visiter » finit-elle par ajouter, la tête légèrement incliné sur le côté, avec un sourire sincère au coin des lèvres. Elle n'était pas sûre qu'ils soient du genre à visiter le même genre d'endroit, mais d'une certaine façon, elle était sûre que ça lui aurait plu. De passer du temps ensemble.

© 2981 12289 0
— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Mar 13 Juin - 9:41

I'm not the prettiest you ever seen, but I have my momentsSeokunoTENUE DE LA SOIREE ✻ Haruno venait d’arriver…la demoiselle Kamiya était encore plus belle que toutes les bombasses coréennes qu’il a vues dans son pays qui faisaient rêver la jeunesse japonaise. Vraiment. Lorsqu’il l’a remarqué, sa tenue a fait bondir son cœur dans sa poitrine, à la fois charmé et un peu impressionné. C’était impressionnant de voir à quel point Haruno correspondait quasi-exactement à l’image de la femme idéal qu’il rêvait ; on dirait qu’elle lisait dans ses pensées pour qu’il reste à ses pieds, lui, et pas un autre. Une petite robe moulante avec des baskets, sans le savoir, Haruno ne pouvait pas mieux choisir : ce mélange délicieux du cute et du sexy, il n’y avait pas de tenue plus affriolante chez une femme pour le jeune coréen. Comme tout homme, les tenues moulantes l’émoustillaient ; une femme avec des baskets, c’est très mignon de base ;  alors la combinaison des deux, il en frissonnait. Encore plus quand c’est elle qui les porte. Oh, et ses mignonnes petites socquettes, et son petit pull léger, y-a-t-il besoin de rajouter quelque chose ? Cela la rendait encore plus adorable.

Transporté pendant un instant, l’impératif du moment le ramena sur terre. Mais il ne put s’empêcher de lui faire un superbe sourire béat, devant sa beauté, mais très chaleureux, de plus en plus émerveillé de la voir marcher vers lui, d’un air si timide, si kawaii, so kyopta –à en mourir sur place. Comment ne pas y résister ? Comment pouvait-on être si méchant avec une jeune femme aussi douce qu’Haruno ? Jin Seok ne comprenait pas ; et pourtant, à cause de ses trucs d’idoling, de méchants trolls et des anti-fans postaient des horreurs sur elle. C’était peut-être trop vrai pour y croire, surtout pour les âmes endurcies, mais en cet instant, Jin Seok pouvait l’attester (encore une fois) : sa gentillesse était réelle et transparaissait à l’écran.

Ouf, elle n’a rien vu. Non, elle n’a pas fait attention à sa petite maladresse plutôt. Après tout, elle le connaissait depuis le temps. A le regarder de près, elle était très jolie. Pas trop maquillée, comme ce matin, c’était parfait. Les pots de peinture, c’est joli mais que de loin. Elle passa les cheveux dans ses cheveux, ce qui lui fit remarqua qu’elle les avait lissés ce soir par rapport à ce matin ; magnifique. Lisses ou bouclés, il n’avait pas vraiment de préférence. Mais savoir qu’elle change de coiffure comme de chemise faisait son petit effet ; une femme caméléon, c’est attirant. A regarder sa belle chevelure, il en oublierait presque son commentaire. Quand il comprit qu’elle s’inquiétait, il revint illico à elle, arguant sur un ton un peu trop sérieux pour la situation : « Non, pas du tout ! Non, attendre, c’est…c’est pas grave. » Alala, il aurait tellement voulut être moins nerveux, et avoir plus de vocabulaire, à cet instant précis, pour lui sortir une belle phrase,  plutôt dans ce style : « attendre ? Mais tu ne me fais jamais trop attendre, jamais lorsque c’est toi ». Il aurait y arriver, en se concentrant, plus sur la structure que sur les mots, mais ce pic de nervosité lui avait grillé une chance.

Oh, elle aussi était ravie de le revoir. Ça lui réchauffa le cœur. C’était rassurant de savoir que c’était partagé. Pour son premier rencard avec elle, Haruno. Elle se reprit pour préciser ; trop mignon. Ah, la question de la statue Hachiko. Sans réfléchir, il hocha de la tête, comme si elle lui avait demandé « tu connais l’endroit ? ». Reprends-toi, ce n’est pas une question piège. Aussi ingénue que lui, elle inspecta les environs et lui offrit un bout de réponse qui pourrait se suffire à lui-même. Cependant, ce serait un mensonge : ses frères ont une vie, et ont des occupations plus importantes que sortir en ville avec leur cadet. Sa semi-proposition le fit sourire, un peu plus nerveusement, et regarda sur le côté ; que d’attention de sa part, en plus des cours elle lui aurait fait visité, il n’en pensait pas autant. Il leva à nouveau les yeux sur elle pour lui répondre, aussi sincère : « On peut…on peut le faire, ce soir. Je connais un peu, mais-mais pas tout. » Il fit un pas vers elle, gardant son sourire. « On y va ? Je connais la gare. Je sais où on peut aller. » Spontané et phrases correctes, la soirée était bien partie. Comment il a connu l’endroit ? Oublié. Il l’avait complètement zappé.

Restant à ses côtés, il l’emmena à la gare qui était juste en face de la statue. Le jeune avait déjà pris le métro de multiples fois, pas besoin d’Haruno pour lui expliquer le fonctionnement des tickets, pass, les stations, etc. Connaissant sa gentillesse, il s’enquit de lui en faire part. Il s’arrêta donc en plein milieu du hall pour lui faire face -au diable les passants, s’ils sont pressés ils n’ont qu’à courir- les mains dans les poches, il en sortit une, contenant les deux tickets magiques de ce soir. « Tiens, je nous ai pris pour aujourd’hui. Je ne sais pas si tu as un pass. » Certainement qu’elle avait dû avoir un pass dans sa vie précédente, quand elle était une anonyme, une simple étudiante qui voulait s’amuser avec ses copines. Mais avec sa nouvelle célébrité, et son travail prenant, il était préférable de demander. Courtois et gentleman, il écouta sa réponse, puis il regarda brièvement ce qui était affiché. Histoire de (re)prendre ses repères. Il avait plusieurs trajets en tête. Il la regarda et lui sourit ; elle devait certainement se demander où ils iraient, où il comptait l’emmener. « Viens, c’est par là » lui fit-il gentiment, en la prenant par le poignet sans violence, sans être brusque. Il la tenait juste ; il y avait beaucoup de monde, il ne fallait pas qu’ils se perdent. Il n’avait pas réfléchi, il l’avait fait aussi naturellement qu’il le faisait avec ses sœurs, ou les quelques amies qu’il avait eues. Comme on est au Japon, se prendre par la main serait vite perçu comme très osé, même par la demoiselle, alors il avait jugé que le poignet était un moindre risque. Non pas qu’en Corée la pudeur est inexistante, mais par moments toutes ces conventions que les japonais s’imposaient étaient frustrant pour notre jeune coréen, habitué à des rapports moins austères avec la gente féminine.

Le numéro de la rame qu’il emprunta pouvait lui donner une petite idée. On n'allait pas en périphérie, on s'en doutait. A l’approche du train, il l’a laissa monté devant lui, le poignet libre. Depuis quand ? A quel moment ? Dès qu’il y eut moins de monde. Il voulait qu’elle se sente bien, alors il avait aussitôt interrompu le contact physique pour ne pas la mettre mal à l’aise.  Le wagon était bondé. Tout le monde voulait sortir ce soir et emballer une jolie fille, comment ça se passe ? Qu’ils aillent brûler en Enfer. Presque collé-serré à la belle par la force des choses, il se pencha sur elle, lui chuchotant à l’oreille, presque contre son dos. « Laisse tomber. Suis-moi. » La borne était à des kilomètres, pourquoi se casser la tête à aller valider un ticket idiot ou un stupide pass ? Aucun contrôleur dans les passages, on pouvait frauder en toute tranquillité.

Lui tendant la main, il la laissa l’attraper par où elle veut pour pouvoir le suivre ; poignet, manche de veste, gourmettes, main…pitié, la main. Un doux vœu qu’il se fit intérieurement. Lançant des regards mortels à qui ne voudrait pas pousser son gros popotin, le jeune évolua vers l’avant du wagon. Il faisait bien, car au premier wagon il n’y avait pas un chat. Aux anges, il se tourna vers elle, tout sourire, et il l’invita tout à l’avant du train, là où les sièges et les vitres forment un arc de cercle, une sorte de pâle copie de salon à vue panoramique, donnant à voir l’obscurité du tunnel ; des lumières néons traversèrent les glaces et son visage.  Il s’assit à reculons, pour pouvoir toujours la contempler, avoir assez de bonheur pour sourire, et se laissa tomber au milieu du coussin. Posant le bras sur le dossier du siège, il l’attendit, qu’elle s’assit, à côté de lui, près de son bras. Son attitude était toujours la même, il était toujours le même quand il était avec elle, sauf que ce soir ne serait pas comme tous les autres.  Ne quittant pas son sourire, sa voix se fit plus espiègle. « Prête pour ce soir ? » Autrement dit : "prête à t'amuser ?".
© 2981 12289 0[/i]
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

     Lun 3 Juil - 7:00

I'm not the prettiest you ever seen, but I have my momentsSeokunoTENUE ✻ A la façon dont il lui avait répondu, elle ignorait s'il lui tenait rigueur de son retard ou non. Il était parfois bien difficile de décrypter son comportement envers elle -et elle mettait sa main à coupée que ce n'était pas à cause de la barrière de la langue. Le problème semblait davantage venir... d'elle ? Elle n'avait pas vraiment l'habitude d'être face à un garçon aussi prévenant ; il le lui prouvait plusieurs fois, par un lot de petites attentions auxquelles elle ne s'accoutumait pas pour autant, comme tout à l'heure lorsqu'il était parti lui chercher à boire pendant qu'elle s'était éclipser le temps de demander une pause. Ou tout simplement le fait qu'il soit venu jusqu'à l'agence pour la voir (sur ce point, elle ne pouvait nier qu'elle l'aurait certainement  repoussé si cela s'était passé par SMS). Quoi qu'il en soit, elle se promit intérieurement d'être à l'heure la prochaine fois -en partant sur l'optique qu'il y aurait d'autres rendez-vous. Elle ne saurait dire pourquoi, mais elle en avait envie. Si l'idée de le voir ce soir, en dehors des cours l'avait tout d'abord un peu effrayé, ce sentiment avait vite laissé sa place à l'excitation. L'excitation de s'offrir une soirée loin de l'agence, loin de ses obligations donc, mais surtout l'excitation de se retrouver avec lui et face au petit programme qui lui réservait.

Petit coup d’œil par petit coup d’œil, la japonaise avait finit par regarder sa tenue en détail, tout en cernant à quel point elle lui allait bien. Il était... séduisant ? Voilà ce à quoi elle pensait véritablement en dirigeant le sujet sur la statut Hachiko. Non pas qu'elle ne souhaitait pas savoir où il avait bien pu connaître cet endroit, mais ce soir, contre sa volonté, elle le regardait différemment. Ou alors, peut-être l'avait-elle toujours un peu souhaité ? Après tout, l'idée de le voir en dehors des cours de japonais ne lui avait pas déplut, elle avait déjà plusieurs fois pensé à lui comme un garçon, un ami avec qui elle semblait partager cette passion pour la musique et pourquoi pas, beaucoup plus ? Ils s'entendaient bien. Une partie d'elle savait que la raison pour laquelle c'était le cas était bien évidemment le fait qu'elle ait gentillement accepté de l'aider avec son japonais, mais une autre partie d'elle espérait qu'il y ait une autre raison. Sans mettre de mot sur cette dernière pour le moment, elle lui fit remarquer qu'elle n'aurait pas été non plus contre le fait de lui servir de guide, sur les terres nippones.

Tout en avançant le dos de sa main à sa bouche, elle hocha la tête en signe de confirmation. Sa réponse l'avait un peu surprise, même si elle devait avoué qu'elle était plutôt enchantée d'apprendre que la perspective de découvrir le Japon avec elle lui plaisait. Elle ignorait si c'était le cas, ou s'il l'avait simplement suggérer par gentillesse (et cette seconde possibilité semblait plus plausible aux yeux de la jeune fille), mais dans tous les cas elle appréciait sa considération. « Oui, je te suis » dit-elle tout en se demandant de nouveau quelle idée il pouvait bien avoir en tête pour ce soir. A coup sûr, cela changerait de ces soirées habituelles au dortoir et elle ne doutait pas une seule seconde qu'elle apprécierait. Elle se dirigea donc vers la gare qu'elle connaissait déjà bien assez bien, même si elle ne s'y rendait plus autant qu'avant. Sa vie d'idole réduisait ses trajets en transport en commun. Pour autant, elle n'en avait pas oublié le fonctionnement, et tout naturellement elle s'apprêtait à en faire part à Jin Seok, pour qu'ils puissent acheter leur ticket mais il l'a devança, la surprenant au passage puisqu'elle  progressait depuis un moment déjà en étant légèrement derrière lui, et une fois de plus, elle sentit qu'il avait les choses en main. « Oh, j'en ai un, mais j'ai pas pensé à le prendre... Merci » dit-elle en acceptant le ticket qu'il lui tendait et en repensant à son pass qui devait prendre la poussière dans un coin du dortoir. Peut-être même était-il resté chez elle, chez ses parents, dans son ancienne chambre. Elle n'en savait rien, et cela lui semblait désormais bien trop lointain.

Levé les yeux sur les panneaux d'affichage, Haruno en avait gardé l'habitude. Malgré tout, elle se souvenait encore de ses sorties entres copines, notamment de la première, où elle avait dû s'orienter sans l'aide de personne. Elle avait fini par se perdre, mais elle était tout de même parvenu à passer une bonne après midi. Ce soir, ils n'allaient pas compter sur son orientation douteuse, mais sur celle de Jin Seok. Contrairement à elle, il semblait savoir où il l'emmenait, ou tout du moins le sourire qu'il lui lança suffisait pour que la petit Kamiya se sente en confiance et ne laisse guider. Elle n'eut d'ailleurs aucun geste de recul en sentant la main du garçon autour de son poignet ; seule une expression de surprise se peigna un instant sur les traits de son visage avant qu'elle ne se focalise de nouveau sur ce qui l'entourait, et notamment sur la masse de monde à la gare malgré l'heure. « Comment ça se fait qu'il y ait autant de monde ...? » lâcha-t-elle plus pour elle-même qu'autre chose. Peut-être était-ce le moment parfait pour sortir entres amis, mais pour Haruno, c'était surtout l'heure parfaite pour s'entraîner ; c'était ce à quoi elle avait été conditionné ces derniers mois.

Lorsque la foule se dissipa, et qu'elle se retrouva avec le poignet libre, la jeune fille l'entoura à l'aide de sa propre main. La sensation était plutôt étrange, sans plus rien autour, même si elle aurait dû se douter qu'ils n'allaient pas se balader comme ça toute la soirée. Cela lui aurait-elle vraiment déranger ? Qu'importe, elle monta la première dans leur wagon, aussitôt assailli par la foule de monde qui s'y trouvait. Pendant un instant, elle pensait presque avoir perdu Jin Seok de vu, mais l'entente de sa voix la rassura quant à sa présence encore auprès d'elle. Sans se l'expliquer, c'était un soulagement de le savoir derrière elle après avoir repérer quelques regards inquisiteurs autour d'elle. L'avait-on reconnu ? Ou était-ce autre chose ? Sans avoir de réponses à ces questions, elle prit la direction opposée en compagnie de Jin Seok, après avoir timidement agripper ses doigts à la manche de sa veste. « Excusez-nous... pardon... » déclara-t-elle en essayant tant bien que mal de se frayer un chemin en sens inverse, sans réaliser de suite que cette attitude signifiait qu'ils allaient frauder. Les gens ne se montraient pour autant pas très coopératif et peu à peu la main qui tenait timidement la veste du jeune Lee au niveau de sa manche (et notamment de son coude) descendit peu à peu jusqu'à son poignet, puis sa main... mais au lieu de tenir celle ci, elle n'entoura que délicatement l'un de ses doigts, jusqu'à ce qu'ils parviennent dans une zone plus calme. Elle en avait presque oublier qu'elle le tenait ainsi, et ne le réalisa qu'au moment où il se tourna vers elle. Aussitôt, elle retira sa main et l'air de rien, regarda ailleurs un instant. Elle se sentait un peu idiote de s'être "cramponner" à lui ainsi, même s'il ne semblait pas directement lui en tenir rigueur. Quoi qu'il en soit, elle s'avança à l'avant du train, en jetant des coups d’œil autour d'elle, non pas qu'elle découvrait aujourd'hui ce à quoi un train ressemblait, mais plutôt car le regard du coréen se faisait plus insistant que d'ordinaire et que toute cette soirée dérogeait à leurs habitudes.

Finalement, elle s'assit à côté de lui, sans immédiatement s'attarder sur leur soudaine proximité. Quelque chose semblait titiller davantage son intérêt, sur le moment. Elle était prête, mais elle ressentait le besoin de savoir. « Tu ne veux toujours pas me dire où est-ce que tu m'emmènes ? ». L'ignorance quant au lieu du rendez-vous ne l'empêchait pas d'être prête, impatiente même, mais sa curiosité naturelle prenait le dessus sur la patience. Elle avait donc posé la question en la ponctuant d'une petite moue boudeuse. Cela dit, elle ne le resta pas bien longtemps, croisa les jambes et se plaça de biais pour être un tant soit peu face à lui et poursuivre, sans se soucier de l'effleurement de leurs genoux dans cette position : « Juste un indice ». Même si elle avait parut embêté quelques secondes plus tôt de ne pas le savoir, elle était maintenant tout sourire, ou plutôt essayait-elle tant bien que mal de contenir son excitation. « S'il te plaît ? ». Mettant toutes les chances de son côté, elle s'était légèrement penché sur lui, l'index levé et ce, non intentionnellement près des lèvres, pour qu'il accepte ne serait-ce que de l'éclairer un peu. Elle usait de ce comportement capricieux seulement avec son frère, et en réalisant qu'elle allait peut-être un peu trop loin, elle prit du recul et baissa les yeux sur ses pieds qu'elle balançait à présent dans le vide, comme le faisait les enfants impatients. « T'es pas obligé de me dire, je suis sûre que ce sera chouette » ajouta-t-elle doucement, mais sincèrement malgré tout.

© 2981 12289 0
 
Just before the Perfect night | SEOKUNO ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Wolf-Eyes night hunter
» Le Perfect Hoof Wear
» Blackmore's Night, Wish you were here
» R2 VS R5 sur une WOLF EYES NIGHT HUNTER
» [Lampe] Table night lamp by JOZE Lamp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Shibuya :: Statue du chien Hachiko-