Bienvenue sur TTK ! Le groupe Tokyoïte est fermé jusqu'à nouvel ordre, favorisez les autres groupes heart heart

 

 the two of us, just me and you + ♡ HAROON ♡

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Lun 19 Juin - 0:08


Your sweet voice is a pretty melody, it puts me over the moon. I feel like I’ve got everything, nobody knows I fall for you more and more.


Ce ne devait sûrement être aisé pour personne, que de s'imaginer sortir avec une personne du même sexe. A fortiori lorsque jusqu'alors, ça n'avait jamais été le cas, n'ayant pas traversé l'esprit des principaux concernés. Haruto lui-même s'étonnait parfois de ne pas se considérer comme homosexuel. Les hommes ne l'attiraient pas. Un seul l'homme l'attirait, dans ce cas-là, comment se considérer ? Les étiquettes étaient stupides. Hétérosexuel ou bisexuel, ça n'avait en vérité aucune importance. Le Japonais se considérait avant tout comme amoureux. D'une personne et d'une personnalité, avant d'un sexe. L'amour de sa vie se révélait être un homme, et Haruto l'acceptait. Parce qu'il avait bien pu voir comment le déni le détruisait. Il avait besoin de Ji Hoon et ne pas l'avoir près de lui lui était tout simplement insupportable. Aussi, oui, avait-il commencé naturellement à le nommer son petit ami. Si le langage japonais mettait le terme partenaire dans un registre neutre et que cela l'arrangeait, Haruto n'hésiterait pas une seconde à préciser que son partenaire était un homme. Son cœur admettait désormais sans mal qu'il conjuguait l'amour au masculin.

Néanmoins, Haruto n'ignorait pas le point de vue de ses pairs sur le sujet. L'homosexualité au Japon restait un tabou loin d'être accepté par la majorité. Et le risque que leurs familles les rejettent restait élevé. Si ses sœurs l'avaient plus ou moins bien pris, avec l'assurance qu'elles le laisserait en parler de lui-même à ses parents, Haruto craignait justement la réaction de ces derniers. Liang ne semblait pas ému de la relation de son jumeau et de son meilleur ami. Mais peut-être qu'ils étaient, lui, Erena et Haruno, les trois seules personnes auxquelles le couple pouvait se confier et dévoiler leur amour sans crainte. Jin Seok avait grandi dans un petit village où les mœurs devaient être encore plus étriquées que dans une grande ville. Ji Hoon lui-même avait avoué être homophobe – et certains riraient sûrement du retour de karma. Comment le prendraient alors son petit frère, ses deux sœurs et, plus important sûrement, sa mère ? Haruto savait l'amour indéfectible qui unissait cette famille nombreuse, et peut-être craignait-il son jugement. Le soutien de Liang ne suffirait sans doute pas à les convaincre, si jamais ils refusaient cet amour. « On les convaincra ! » Haruto adressa un sourire amoureux plein d'optimisme à son petit ami. Oui, leurs familles comprendraient à quel point ils s'aimaient et à quel point ils étaient faits l'un pour l'autre. Que Haruto sans Ji Hoon, ça n'existait. Leurs noms associés formaient la plus douce mélodie. Ils le verraient, ne pourraient qu'admettre que c'était ce qui entrait dans l'ordre des choses.

La mère de Ji Hoon l'accepterait comme gendre, même s'ils ne pouvaient légalement se marier entre eux. Rien ne les empêchait de le faire de manière symbolique. Haruto espérait réellement que leurs proches puissent s'entendre. Il rêvait de réunion de famille harmonieuses et agréables. Chez eux ou ailleurs, au fond, ça n'avait pas d'importance. Inviter les Lee pour qu'ils apprennent à mieux se connaître lui tenait à cœur, même si son vœu ne se réaliserait peut-être pas de si tôt. Il voulait croire que s'était possible. Que chacun s'apprivoise. « Shinkihada ! » Le mot le faisait sourire, et il le répéta joyeusement. « Ce serait merveilleux. » C'était sûrement ce que Ji Hoon avait essayé de dire, et Haruto ne pouvait qu'approuver. Riant avec lui, il se laissa un moment aller dans ses bras, rêvant à ces jours heureux qui viendront bien un jour. Il voulait y croire, il fallait qu'il y croit. S'il aimait leur petit bonheur à trois, il ne désirait pas le cacher. Lorsqu'ils se promenaient ensemble, le Japonais n'était pas peu fier de sa petite famille. Dans les endroits les moins fréquentés, et de plus en plus, ils osaient se tenir la main – et plus seulement lorsqu'il fallait retenir Ji Hoon voulant traverser au feu rouge. Les regards anonymes ne comptaient plus autant, finalement. Ce n'était pas grave si l'un d'eux était de travers. Ce n'était que des jaloux. Si les mœurs japonaises étaient encore assez véhémentes face aux couples de même sexe, Haruto ne voulait se laisser polluer l'esprit par des pensées imbéciles. Leur amour dérangeait sûrement, mais uniquement parce qu'eux avaient trouvé l'amour, le vrai, et qu'ils osaient l'exposer au monde. Pourquoi s'excuser alors qu'ils ne faisaient rien de mal ?

Ils s'aimaient peut-être de façon un peu trop effrontée. Haruto se demandait parfois s'il supporterait de vivre constamment près d'un couple qui affichait un amour si puissant ? Tous les deux éclipsaient sans mal les autres. Ils étaient la définition de l'amour véritable. Peut-être que le Japonais comprenaient un peu ces jaloux qui les jugeaient. Ils devaient être agaçants, à s'aimer autant. Et pourtant, c'était encore bien peu, lorsqu'il se disait tomber chaque jour plus pour Ji Hoon. Ce n'était pas quantifiable, son amour grandissait chaque matin sans trouver de limite. Tout le rendait dingue de lui. De leurs moments intimes jusqu'à ceux du quotidien, qu'ils pourraient penser insignifiants. Rien que discuter avec son petit ami lui donnait envie de lui voler un baiser à chaque mouvement de ses lèvres. Si attirantes qu'elles étaient, Haruto avait bien du mal à se retenir. Le toucher, aussi. Comme pour s'assurer qu'il était bien là. Qu'il ne rêvait pas. Parfois, blotti contre Ji Hoon endormi après avoir fait l'amour, Haruto l'observait comme il le pouvait, dans la pénombre de leur chambre. Il sentait les battements de son cœur s'affoler ; et si tout ça n'était jamais arrivé ? Peut-être se trouvait-il encore dans le coma et fantasmait-il sur son meilleur ami ? Parce que oui, c'était si incroyable que de sortir avec un homme... Ji Hoon, qui plus était. Un vrai modèle d'hétérosexualité. Haruto se disait qu'il devait être amoureux de lui depuis bien plus longtemps que quelques années. Son âme sœur retrouvée. Depuis combien d'incarnations s'aimaient-ils ? Et souvent, Ji Hoon se réveillait et le serrait plus fort en l'embrassant, puis lui demandait pourquoi il ne dormait pas et lui répétait qu'il l'aimait. Haruto s'endormait alors paisiblement, certain que ce n'était pas un rêve.

Non, car même l'imagination de Kamiya Haruto n'était pas assez développé pour s'imaginer un amour si puissant, une histoire si belle. Avec des qualités et des défauts qui la rendaient parfaite. Comment, malgré son amnésie, son cerveau pouvait avoir des souvenirs aussi riches ? Même s'il ne se rappelait pas cette veille de Noël, le Japonais savait qu'il avait eu lieu. La façon dont Ji Hoon en parlait faisait naître un doux écho dans son cœur, sa mémoire s'emballait et quelques images flashaient dans son esprit. Ce n'était pas un souvenir né de la persuasion. Non, ça s'était passé, et Haruto voulait retrouver ce moment pour le graver cette fois-ci à jamais. C'était aussi ce qui le poussait à promettre de se surpasser. Si jamais ce souvenir ne lui revenait pas totalement, il en voulait d'autres encore plus beau. Souriant à la remarque de son homme, il lui dédia un clin d'œil. « Je te ranimerai avec amour. » Ji Hoon pensait-il seulement à lui, aussi ? « Tu dois comprendre mon état d'esprit. Chaque matin, je me découvre encore plus follement amoureux de toi ! » Il fronça le nez avant de lui voler un baiser. « Le menu que tu voudras... Service compris. ~ ♥ » Son imagination s'emballait, ça l'émoustillait un peu trop.

Se collant contre le dos de son homme, il ne voulait plus penser à leurs familles, pour le moment. Ça l'angoissait pour rien, que d'essayer d'imaginer leurs réactions. Cette soirée était la leur, dans leur nouveau chez eux. Qu'aurait dit sa mère, si Ji Hoon s'était présenté comme gay ? Aurait-elle deviné qu'il sortait avec son fils ? Sûrement pas. Elle passait à côté de telles évidences que ça en devenait alarmant. Pour elle, cela semblait impossible, inconcevable. Mais y avait-il vraiment lieu d'avoir peur qu'elle lui demande de quitter Ji Hoon ? Elle mettait beaucoup d'espoir en lui, certes. Jusqu'à lui dénicher de potentielles fiancées. « Aucune raison. » Son sourire fut malheureusement moins large et confiant qu'il ne l'aurait voulu. Ses bras serrèrent les hanches de son petit ami pour se coller à lui, alors qu'il répondait amoureusement à son baiser. Pourquoi réfléchir à tout ça maintenant ? Ça ne servait à rien. Et les okonomiyaki les attendaient ! Retrouvant leurs habitudes de couple, ils mangèrent en se nourrissant mutuellement. Ça leur arrivait plus souvent qu'ils ne l'auraient sans doute admis. C'était délicieux, et Haruto ne pouvait s'empêcher de couiner de plaisir. La main devant la bouche, il riait en essayant de ne pas s'étouffer. Avalant lentement, il fit passer le tout avec une gorgée de bière. « Désolé, mais c'est vraiment très bon... » Mais de là à préférer sa cuisine à faire l'amour avec lui, il en était encore très loin. « Il n'y a que toi qui me fait gémir comme ça.~ » Non, il devait se tenir. Haruto le complimenta sincèrement. Parce qu'il aimait le voir heureux, mais aussi parce que c'était vrai. Cette idée de restaurant, ils devaient vraiment la garder sous le coude.

« Une demande en mariage, hm ? » Son regard plongea sérieusement dans celui de Ji Hoon, et pendant un moment, le Japonais resta silencieux, mâchant sa bouchée sans bruit. Se marier. Même si ce n'était que symbolique. Son petit ami lisait-il donc dans ses pensées ? Non, ce n'était sûrement qu'une plaisanterie. Un sourire naquit au coin de ses lèvres, qui capturèrent amoureusement les siennes. Il y penserait ! « C'est toi qui es érotique... Romantique, pardon. » Et un nouveau clin d’œil en sa direction, rapidement suivi de son rire clair. Comme il ne pouvait s'en empêcher, et puisqu'il avait terminé, Haruto retrouva ses bras. Oh oui, ils en avaient fait du chemin ! Mais il n'était pas peu fier d'en être arrivé là, et souhaitait ardemment continuer son histoire avec Ji Hoon. « Je ne suis pas coincé ! Juste japonais. » Fronçant les sourcils, il lui vola un baiser. « Faits l'un pour l'autre ! » Haruto rit de bon cœur, hochant la tête à ses propos. Ji Hoon l'avait complètement ensorcelé, mais ça lui était égal. Le charme opérait chaque jour plus fort. « Forever under your spell. » Et sans accent nippon horrible ! Fier de lui, Haruto l'embrassa. Sourire aux lèvres alors qu'il se décollait lentement, il acquiesça. « On débarrasse. »

Ou peut-être pas. Ses mains ne le lâchaient pas, son corps se rapprocha à nouveau du sien. Sous les baisers de Ji Hoon, Haruto poussa de nouveaux gémissements. Plus sensuels. Un hoquet de surprise lui échappa quand ses fesses furent empoignées. Un sourire peignit ses traits. « Oui, plus tard, c'est mieux. » S'accrochant à Ji Hoon alors qu'il reculait, Haruto l'embrassait de tout son soûl. Sans protester, il se laissa tomber sur le canapé. « Pas mal... » Un rire le gagna, vite étouffé par un nouveau baiser passionné. Ses bras encerclèrent le torse de son amant, alors qu'il tentait de dominer l'échange. Des soupirs d'aise lui échappèrent, puis il pouffa aux propos de son petit ami. Ses mains glissèrent dans son dos, jusqu'à ses hanches, et ses doigts se faufilèrent sous la ceinture, qu'ils délièrent rapidement. Ainsi, ses mains eurent le loisir de se glisser sous le pantalon, empoignant doucement les belles fesses arrondies de son amant. Prenant la remarque de ce dernier comme un compliment, Haruto lui sourit. Ses mains remontèrent jusqu'à sa nuque, avant de se perdre dans ses cheveux, appuyant légèrement sur sa tête pour lui faire comprendre qu'il pouvait appuyer ses baisers. Que Ji Hoon le marque ne le dérangeait pas le moins du monde. Sans honte, Haruto pouvait alors affirmer lui appartenir. Quand ses lèvres remontèrent jusqu'à son oreille, il ressentit un frisson d'excitation. Son petit ami parlait italien ? « Dis-le encore... » Impressionné, le Japonais l'embrassa à pleine bouche, avant que ses mains ne caressent tendrement son visage. Son regard brillant accrocha le sien. « On avait pas parlé d'une douche ? »

Ou d'un bain ? Peu importait. Sa voix s'était faite suave, alors que ses doigts s'occupaient de défaire chaque bouton de la chemise de son homme. Il devait arrêter de les casser. Faisant lentement glisser ses mains sur ses bras pour l'aider à s'en débarrasser, Haruto se redressa lentement, obligeant Ji Hoon à en faire de même. Quand ce dernier fut assis à califourchon sur lui, le Japonais se déshabilla de son haut également. Comme promis quelques jours plus tôt, il avait repris du muscle. Ses mains caressèrent son torse, pleines d'envie pour lui. Défaisant sa propre braguette, il souleva ses hanches pour se débarrasser de son pantalon, obligeant Ji Hoon à se lever légèrement, avant de se laisser retomber sur le canapé, l'emportant dans sa douce chute. L'une de ses mains avaient retrouvé l'arrière du crâne de Ji Hoon, alors qu'il l'embrassait langoureusement. Son autre main s'occupait d'un endroit plus intime de l'anatomie de ce dernier, glissée entre son pantalon et son boxer. « Saranghae Hoonie. Wo ai ni. » Lui n'était pas très doué en langue, mais pour lui déclarer son amour, il pouvait le faire dans ses langues. Ses préférées. Son envie pour lui était palpable, et son cœur débordait d'amour pour Ji Hoon. Ne pouvant s'empêcher de sourire, Haruto lui faisait comprendre à quel point il était l'amour de sa vie. Le seul, l'unique. Accroché à lui, il ne voulait pas le lâcher. Jamais. Il lui appartenait. Pour toujours.    

Code by Fremione.


_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Lun 19 Juin - 15:04


Your sweet voice is a pretty melody, it puts me over the moon. I feel like I’ve got everything, nobody knows I fall for you more and more.


Que son petit-ami aime sa cuisine lui faisait plaisir. Rien ne pourrait lui faire plus plaisir ou presque. Mais ces gémissements-là, Ji Hoon ne voulait les entendre que prodiguer par ses bons soins. Directement, ou indirectement, grâce à cette okonomiyaki. Il acceptait (un peu) la concurrence. Un peu, pas beaucoup. Il voulait rester celui qui engendrait le plus de gémissement de plaisir chez Haruto. C’était sa mission ! Il voulait toujours faire du bien à son petit-ami, lui faire perdre la tête, le faire tomber pour lui, toujours plus. Que son beau Japonais finisse accro. Entièrement accro. Tellement qu’il lui serait impossible de se passer de lui plus d’une journée. Ça finira par arriver, le Coréen était confiant et savait que son meilleur ami ne lui résistait plus depuis longtemps. Il devait également avouer que, s’il voulait rendre Haruto totalement accro, c’était bien parce que son divin compagnon en avait fait de même pour lui. Ji Hoon vivait pour sa dose d’affection et d’attention. Vivre, littéralement. Il ne savait pas comment il avait pu survivre au début de l’amnésie de son Japonais. Il avait besoin qu’il le regarde avec ses yeux là, qu’il le touche, qu’il l’embrasse. Qu’il lui dise des mots d’amour avec cette voix chaude, douce et sensuel dont il avait le secret, qui faisait littéralement fondre le Coréen. Il en avait besoin tous les jours. Et tous les jours un peu plus, par ailleurs. Il voulait que les bras de Haruto se referme autour de lui, qu’il lui murmure qu’il l’aime toujours plus fort.

Il le réanimerait. Ji Hoon avait bien envie de faire semblant de tomber pour se faire réanimer. Que Haruto lui fasse du bouche à bouche ! Bon, il n’avait pas besoin de feinter un malaise pour recevoir ses lèvres contre les siennes, cependant, ça apportait un petit plus terriblement excitant. Chaque matin, le métis se trouvait aussi toujours plus amoureux de l’homme qui dormait à ses côtés. Il prenait le temps de le contempler un peu quand il avait la chance de se réveiller avant et il se rappelait la chance qu’il avait de l’avoir dans sa vie. De partager la vie de cet homme incroyable, formidable. Tout simplement merveilleux. Et à chaque fois, il réalisait qu’il en tombait encore plus amoureux. Ça lui donnait le tournis mais pour rien au monde il ne voudrait arrêter ça. Il voulait connaitre cet amour grandissant pour toujours, que jamais cela ne s’arrête. Que jamais ils ne perdent cela. « Service compris ? C’est vraiment très, très intéressant ça… Je vais y réfléchir, Chef Kamiya. » Au menu. Et surtout, au genre de service qu’il aimerait. Son imagination fusait déjà et du mieux qu’il put, Ji Hoon tenta de réprimer toutes ces pensées coquines qui inondaient son cerveau. Il devait rester calme.

Au moins le temps de manger. Ne plus parler de leurs familles et ne plus s’aguicher. Faire manger Haruto plutôt. C’était une sale habitude, un peu niaise, mais Ji Hoon aimait réellement guider ses baguettes jusqu’aux lèvres de son homme. Il pouvait les contempler et se torturer. Se torturer horriblement en voyant les lèvres tentatrices se mouvoir tandis qu’il mangeait. Ji Hoon avait tellement envie de l’embrasser. Mais il tenait bon, approuvant lui-même son plat. « Tant mieux si tu aimes. J’en referai ! » Il gagnait son amour ainsi aussi. Comme en revenant de l’hôpital ou il cuisinait spécialement tous les plats préférés de son Japonais pour gagner son petit cœur. « Eh ! J’espère bien ! Personne a le droit sauf moi. » Même quelqu’un qui cuisinait pour lui, il n’avait pas le droit de gémir comme ça. Haruto lui appartenait et il devait lui consacrer ces soupirs de plaisirs !

Pourquoi son regard se perdait si sérieusement dans le sien. Une demande en mariage, oui. Un jour, il demandera Haruto en mariage. Une petite voix le lui murmurait alors qu’il perdait ses yeux dans les siens. Ils étaient si beaux, si grands, si brillants. Ji Hoon pourrait les contempler des heures sans jamais se lasser. Un jour, il demandera cet homme en mariage. Un jour, oui. Il allait déjà commencer à réfléchir comment. Il lui faudrait bien quelques années pour monter tout ça. Il ferait de son mieux pour que ce soit inoubliable. La plus belle demande qui soit, peu importe si le Japon ou la Corée accepterait de le reconnaitre, même si ça devait être symbolique. Un jour, ils se marieront, quoiqu’il arrive cela ne pouvait pas en être autrement. « Je suis les deux quand je suis avec toi, Hyung. » Erotique et romantique. Il n’était plus certain de la définition d’érotique mais si c’était ce qu’il pensait, il l’était clairement. Un petit rire moqueur ne put être contenu en lui face à sa rétorque un peu nulle. Pas coincé, juste Japonais. N’importe quoi. « T’étais un Japonais coincé, c’est tout. » Que Haruto s’assume un peu, franchement. Il n’y avait rien de mal à être coincé, quand un splendide Coréen venait s’occuper de l’affaire pour changer ça.

Lui donnait avec amour ce baiser volé, il sourit amoureusement, hochant doucement la tête. Oui, fait l’un pour l’autre. On faisait difficilement un couple aussi bien assorti, il fallait l’avouer. Il ne comprenait pas vraiment la phrase en anglais, en déduisant son sens rapidement avant de se perdre dans un nouveau baiser. Haruto qui parlait anglais avec ce joli accent, qu’on le comprenne, qu’on l’excuse. C’était vraiment très sexy. Tout ce que faisait Haruto l’aguichait. Et quand il lui proposait de débarrasser, il n’en pensait pas un mot. Il voulait rester coller tout contre son homme et profiter de lui un peu plus. Kimyaki pouvait toujours grimper sur la table et finir les assiettes, même s’il doutait qu’il y parvienne. C’était vraiment trop haut pour ses petites pattes. Et tant mieux d’ailleurs, Ji Hoon ne jurait pas que l’okonomiyaki était bon pour les petits bichons. Mais pour le moment, inutile de penser à leur bébé qui devait avoir filer se réfugier dans son panier en sentant qu’un de ces moments où il ne voulait pas été convié allait arriver. Poussant Haruto vers le canapé, pour le tester et savoir s’il était confortable, tout simplement, il ne pouvait retenir ses lèvres de l’embrasser lui et toutes parcelles de peau à sa portée. Ses gémissements le rendaient dingues, il était tellement sensuel. Ji Hoon n’arrivait pas à se contrôler, à contenir ses baisers toujours plus appuyé, surtout quand il sentait que son homme lui intimait de le faire. Un léger grognement quitta ses lèvres en le sentant poser ses mains sur ses fesses et il approcha son bassin plus près du sien en guise de réponse. Mordillant sensuellement la peau de son cou, il le marqua par endroit. C’était stupide, mais au moins, demain, ils ne pourront pas douter. Cet homme était à lui. Rien qu’à lui. Il fallait que le monde entier en prenne conscience ! Qu’ils sachent que Haruto lui appartenait et qu’il appartenait à Haruto. C’était primordial, plus encore que bêtement rencontrer les nouveaux voisins. « Ti amo, amore. » Il lui sourit, mordillant sa lèvre pour contenir sa fierté d’avoir impressionné son homme avec ses talents en espagnol.

Ses lèvres se posèrent rapidement sur les siennes, l’embrassant follement alors que ses mains continuaient à caresser son corps, levant doucement son haut pour pouvoir aisément redessiner ses formes. « Hm… Si, une douche. » Mais il était trop occupé à l’embrasser et il était trop bien comme ça pour l’instant. Il ne voulait pas bouger d’ici, du moins, pas tout de suite. Rapidement, il l’aida à retirer son propre haut avant de faire disparaitre celui que portait Haruto. C’était superflu tout ça ! Ji Hoon aimait le corps nu de son amant. Resserrant légèrement ses cuisses autour de lui comme pour se l’approprier, il accepta de se lever un peu pour que le Japonais puisse retirer son pantalon, sautant à nouveau sur lui dès qu’il en eu l’occasion. Son corps avait retrouvé de jolies formes, ses muscles étaient à nouveau parfaits. Ji Hoon avait été terriblement inquiet pour son homme face à son manque d’appétit et sa perte de poids. Mais tout semblait aller pour le mieux désormais. Il gémit plus longuement en sentant la main de son homme se faire plus coquine, son bassin se raidit un peu. Il sourit, son regard rejoignit le sien en entendant sa déclaration. « Wo ai ni, wo de airen. » Son seul et unique amour.

Ses lèvres embrassèrent férocement les siennes avant de se perdre à nouveau dans son cou, ses épaules qu’il mordilla un peu, ses tétons qu’il suçota sensuellement, son ventre qu’il taquina, puis son bas ventre qu’il embrassa, laissant finalement glisser ses lèvres contre son intimité à travers son boxer, il laissa sa langue s’y perdre un instant avant de se redresser, faisant doucement glisser son pantalon et son boxer le long de ses jambes. « On va prendre une douche, Hyung ? » Sa main se tendit pour le forcer à se relever, en profitant pour retirer le dernier vêtement qu’il portait, l’entrainant rapidement dans leur sublime salle de bain, fermant bien la porte derrière eux. Se frottant doucement contre lui, il recula pour allumer la douche, la laissant se réchauffer en retournant contre Haruto pour ne pas lui laisser le temps de refroidir, il l’attira sous l’eau tiède, son corps revenant se coller au sien. En colocataire soucieux de l’environnement, ils prenaient leur douche ensemble. Il devrait dire ça à sa mère. Il éviterait sans doute de dire que son colocataire glissait ainsi son corps contre le sien, laissait son intimité rencontre la sienne alors qu’il poussait de scandaleux soupirs. Ses mains glissèrent jusqu’á ses fesses, l’obligeant à se coller un peu plus. « T’es vraiment magnifique, mon amour. » Surtout nu, sans artifice, le plus naturel possible. « Tu peux etre encore plus beau… » Sa main glissa lentement jusqu’à son sexe, le caressant tendrement, progressivement plus passionnément. Il aimait voir son visage se déformer de plaisir, il aimait lui faire du bien. Ji Hoon le trouvait sublime, comme une fantastique œuvre d’art. jamais il ne serait capable de se lasser de ça. De ces moments avec son merveilleux petit-ami. De cet amour si parfait.
Code by Fremione.


_________________



You're my Twenty Four
Nymphadora Tonks ☽ Every day I filled myself with you without room for anything else, My heart already belongs to you All in. You’ve become the center of my day. Hold on hold on. A day passes by like a passing moment or each moment is like a long eternity.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Lun 19 Juin - 23:36


Your sweet voice is a pretty melody, it puts me over the moon. I feel like I’ve got everything, nobody knows I fall for you more and more.


Ji Hoon le rendait définitivement coquin. Plus qu'il ne l'avait jamais été, qu'il n'avait jamais voulu l'être. Se coller à lui toute une journée ne le dérangeait, Haruto ne se lassait pas de caresser sa peau, embrasser ses lèvres. Et de temps en temps, son cerveau s'emballait lors d'un moment pourtant innocent. Comme lorsqu'il parlait de ce repas qu'il pourrait lui préparer, pour qu'il tombe toujours plus amoureux de lui. Sans trop savoir pourquoi, son esprit lui imposait des images sexy, coquines. Peut-être que nourrir son petit ami l'aguichait un peu trop. Cette façon qu'avait le Coréen de le fixer, de faire glisser ses lèvres si tentatrices le long de ses baguettes. Sa mâchoire si parfaite qui bougeait en un rythme régulier alors qu'il mâchait la bouchée que sa langue venait de faire rouler contre son palais. Haruto déglutit, et, n'en pouvant plus, l'embrassa amoureusement. Oui, même de ces instants qui semblaient pourtant innocents, tout juste sortis d'un quotidien tout ce qu'il y avait de plus banal, de ces instants, son imagination en créait des fantasmes qu'il avait de moins en moins de mal à exprimer.

Cependant, puisque ça n'avait pas l'air de choquer Ji Hoon, le Japonais n'en avait pas du tout honte. Bien au contraire. Son sourire en coin témoignait de la promesse silencieuse qu'il lui faisait. Il ferait tout ce qu'il pourrait pour que l'instant soit magique. Et pour le coup, il avait vraiment hâte ! Un petit clin d’œil appuyait ses propos, histoire de bien faire comprendre qu'il n'y aurait pas que son repas au menu. S'il trouvait cliché le fait de parler de dessert, Haruto devait admettre que c'était une place qui lui allait bien. Il autoriserait même son amant à manger à même l'assiette – lui. Mais peut-être que son cerveau s'emballait un peu trop vite, là. Eclatant de rire, il se pencha pour voler un baiser à son petit ami. « Je serai à ton entière disposition. ~ » Il parlait de cette voix suave qui trahissait son désir. Néanmoins, il devait se calmer un peu. Manger. Pour reprendre des forces ! Et comme il aimait ; chacun nourrissant l'autre. Haruto aimait un peu trop ces repas où il s'offrait mutuellement ce qu'ils mangeaient. C'était intime, un peu romantique, étonnamment érotique. Ça leur allait bien. Et ça l'amusait assez d'essayer d'allumer son amant en laissant sa langue titiller un peu plus longtemps que nécessaire le bout de ses baguettes. Franchement, il devait se calmer ! Sa bonne résolution de se faire bien voir des voisins ? Envolée !

Comme le prouvaient ces gémissements de plaisir qu'il n'hésitait pas à pousser. Son homme cuisinait merveilleusement bien, et Haruto se demanderait peut-être toujours pourquoi il n'avait pas de suite envisagé une carrière en tant que chef cuisinier. « J'aime quand tu me prépares à manger ! » Sa main libre caressa la sienne. Depuis son réveil, Ji Hoon s'était efforcé de prendre soin de lui, et la cuisine rentrait dans ces critères. Il avait réussi à encore plus le charmer, grâce à ses petits plats. Et comme récompense, Haruto gémissait pour lui. Quel meilleur compliment pouvait-il lui donner, quand après tout, sa nourriture lui faisait à ce point plaisir ? « Que toi ! » Personne ne le ferait plus gémir comme ça. Parce que Haruto ne voulait connaître personne d'autre. L'éternité ne lui faisait pas peur, s'il devait la passer à côté de Ji Hoon. Il savait qu'il tomberait chaque jour plus amoureux de lui. Son rire se calma un peu, à la remarque de son homme. Une demande en mariage ? Rien que le fait de l'évoquer faisait palpiter son cœur. Une nouvelle fois, son esprit s'emballait. Il s'imaginait lui faire sa demande, mais ses idées ne lui plaisait pas. Elles n'étaient pas encore à la hauteur de leur amour. Il devrait y réfléchir sérieusement. Son sourire amoureux scella cette promesse, avant que ses lèvres ne rencontrent doucement les siennes.

« C'est vrai, et j'aime beaucoup ça. » Le romantisme de son homme, souvent suivi d'érotisme. Un parfait équilibre qui émoustillait Haruto. Ça l'émouvait aussi, de se rendre compte à quel point leur relation avait évoluée – dans le bons sens. « Hé ! » Mais il devait avouer que Ji Hoon n'avait pas tout à fait tort. « Un Japonais que tu as bien réussi à décoincer. » Jamais trop, bien évidemment. Haruto aimait celui qu'il était devenu, grâce à son meilleur ami, l'amour de sa vie. « J'ai beaucoup aimé que tu t'occupes de moi. » Son corps se rapprocha du sien, l'enlaçant amoureusement. Au fond, peut-être n'avait-il pas vraiment changé. Ou au contraire, il était simplement devenu celui qu'il avait toujours été. Une personnalité endormie en attendant de retrouver son âme sœur. Puisqu'il avait l'impression d'aimer Ji Hoon depuis bien plus longtemps que quelques mois. Même plus que cinq ans. Faits l'un pour l'autre, tout simplement. Ces déclarations, il n'avait plus peur de les faire.

Pourquoi aurait-il peur, d'ailleurs ? Quand Ji Hoon le serrait contre lui comme ça. Quand il lui murmurait de sa voix chaude et ensorcelante. Haruto se laissait emporter dans ses bras, complètement soumis à sa volonté. Il débarrasserait plus tard, ils s'en fichaient. C'était chez eux. Et cette pensée pourtant récurrente depuis le début de la soirée finit de se laisser complètement aller dans les bras de son amant. Quand son dos heurta le canapé, il en pouffa, accueillant bien vite Ji Hoon contre lui pour un baiser passionné. Le désir éclatait finalement dans sa tête, dans son cœur. Son homme le rendait dingue d'amour, il le voulait tout entier. Le déshabillant, il en fit de même pour lui. Comme s'ils s'étaient trop longtemps retenus. Haruto profitait des attentions de son homme, les yeux fermés, lui rendant des caresses sensuelles pour le pousser à ne pas s'arrêter. « Tu m'excites, quand tu parles des langues étrangères... » Collant son corps au sien, il ondula sensuellement contre lui. Il avait de plus en plus envie de prendre une douche. Rien que de repenser à cette large cabine et les jets massant suffit à accroître un peu plus son désir pour lui. Comment le prouvait sa main qui se faisait plus coquine à chaque instant. « Mon amour... »

Poussant des soupirs appuyés, Haruto ouvrit les yeux baissant la tête pour observer Ji Hoon consteller sa peau de baisers. Son souffle devint gémissements, il s'arqua au passage de la bouche de son homme. Quand chacun se retrouva dans son plus simple appareil, le Japonais n'en pouvait déjà presque plus, tant l'excitation le précipitait au bord de la passion. Accroché à son homme, il ne put qu'acquiescer vivement. Une fois dans la salle de bain, il se laissa plaquer contre la porte, la main tendue vers Ji Hoon pour vite le récupérer, une fois qu'il eut allumé le jet de la douche. L'embrassant à pleine bouche, il le suivit dans la cabine, s'émerveillant un instant à quel point elle était plus grande que celle de son ancien appartement. Passant ses bras autour du cou de son homme, Haruto l'embrassa encore, comme assoiffé de ses baisers. Il sourit à son compliment, étouffant un cri de surprise contre ses lèvres, alors qu'il le caressait de façon bien scandaleuse. Penchant la tête en arrière, il ferma les yeux, laissant l'eau couler sur son visage, alors qu'il poussait des gémissements toujours plus profonds. Ses mains glissèrent le long du torse de son petit ami, alors qu'il le repoussait lentement vers le mur carrelé. Levant un bras, il changea l'intensité du jet d'eau, qui fut plus lent, plus doux. Passant un bras derrière les épaules de Ji Hoon, il se colla à nouveau contre lui, l'embrassant amoureusement, alors que son autre main se mirent à le caresser doucement.

   

Code by Fremione.


_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

— I'M MADE IN KOREA —
— I'M MADE IN KOREA —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Mar 20 Juin - 22:02


Your sweet voice is a pretty melody, it puts me over the moon. I feel like I’ve got everything, nobody knows I fall for you more and more.


Leur appartement était vraiment magnifique. Liang avait eu l’air de le trouver plutôt joli aussi lorsqu’il l’avait emmené pour lui faire visiter. Son frère n’avait pas trop grimacé, en son langage, cela signifiait qu’il aimait bien. Comment ne pas tomber sous le charme ? Il était plutôt grand, lumineux, bien agencé, avec des meubles vraiment confortables, même si pour sa part, Ji Hoon préférait se prélasser sur son petit-ami, se tenant un peu pour qu’il puisse éventuellement respirer. Le Coréen aimait beaucoup trop être collé tout contre Haruto. S’il pouvait, il ne le lâcherait pas, mais il se rappelait souvent, tristement, qu’il risquait de l’étouffer et de le tuer et c’était bien là les dernières choses qu’il voudrait voir arriver. Non, Haruto devait vivre. Il devait continuer à s’occuper de lui comme ça et qu’ils restent toujours heureux comme ils l’étaient ce soir. On ne faisait plus heureux. Ji Hoon sentait son cœur menacer de quitter sa poitrine tant il battait fort, encourageant pourtant son propriétait à embrasser Haruto toujours plus, à le serrer encore plus fort. Il adorait sentir ses mains sur son corps, ses lèvres contre sa peau. Impossible qu’il se lasse un jour de ses baiser. Ils étaient bien trop délicieux. Lui qui trouvait ça tellement superflu avant, il pourrait désormais y passer ses journées.

Les lèvres de son petit-ami avait quelque chose de terriblement attirants. Elles étaient un peu pulpeuses, toutes douces. Il aimait la sensation qu’il ressentait quand elle se posait sur les siennes, ou sur son corps en général. Haruto lui faisait ressentir des choses que le métis n’avait jamais ressentis avant, et cela également hors du sexe. Il y avait l’amour, évidemment, mais des plaisirs insoupçonnés. Quand il l’embrassait, le touchait, même de façon purement innocente, il sentait ces espèces de papillons bizarres, il frissonnait pour presque rien, il sentait cette chaleur indescriptible. L’amour, oui. L’amour. Mais il trouvait ça encore tellement étrange ! Ji Hoon pouvait s’en émerveiller à chaque fois, sans se lasser. Ce Japonais le transformait en une version infiniment meilleure de lui-même, Ji Hoon s’en rendait compte et il remerciait surement secrètement Haruto pour ça, pour ce qu’il lui apportait. Pour le remercier, il serait encore plus romantique et bien plus érotique ! Pour son homme, il était toujours capable de se surpasser. C’était bien le but. Toujours lui plaire un peu plus.

Ils se complétaient mutuellement, c’était bien pour ça qu’il avait réussi à le décoincer. Bien plus qu’il n’aurait jamais pu l’imaginer. « Je regrette pas du tout. » Ce Haruto plus libre et vivant lui plaisait encore plus, même s’il s’était clairement épris à l’époque de ce Japonais renfermé et pas aussi enjoué que maintenant. Ça ne l’avait pas empêché d’être terriblement attiré par lui. « Je vais encore beaucoup m’occuper de toi à l’avenir. » Sa langue glissa lentement sur ses lèvres en le fixant. Ji Hoon ne comptait pas le lâcher maintenant. Bien au contraire, il voulait s’y attacher plus que jamais et prendre soin de son petit-ami. Il l’avait assez négligé comme ça, ça ne devait plus arriver. Ce soir, déjà, il se promettait de très bien s’occuper de lui. Il le fallait, pour cette soirée. Etre encore meilleur que d’habitude, avec ces nouveaux terrains de jeux qu’ils avaient désormais. Cette douche le hantait depuis qu’ils avaient visité et il avait d’ailleurs très bien senti le regard de Haruto. Il n’y avait pas répondu, sinon, il ne promettait pas de virer les propriétaire en prétextant une mise en situation pour voir s’ils pouvaient se voir vivre ici. Ils s’étaient, sans se concerté, rapidement mis d’accord sur le premier lieu qu’ils iraient visiter.

Le canapé n’était que l’étape transitoire, même s’ils l’essaieront définitivement tôt ou tard. Il y avait juste des lieux plus intéressants à exploiter pour le moment. Comme cette douche qui les obsédait. Ils avaient tellement hâte d’y aller qu’ils ne s’attardaient même pas sur les vêtements, ces derniers disparurent sans aucune hésitation. « Je vais en apprendre des nouvelles… Comme ça, tu seras toujours plus excité, Baobei. » Bon, pour le moment, il ne pouvait rester que sur le coréen et le chinois, principalement, mais il allait faire de son mieux pour améliorer son allemand et son espagnol. Il pourra lui susurrer pleins de jolis mots d’amour. Pour le moment, il ne s’en sentait pas capable, trop occupé à lutter contre lui-même. Avec presque rien, Haruto le rendait fou. A chaque fois, Ji Hoon se sentait comme un puceau qui vivait sa première fois, excité à la plus légère caresse. Rapidement, il ne pouvait plus attendre, quittant le canapé, il se débarrassa de tout vêtement gênant avant d’amener son petit-ami jusqu’à la salle de bain.

Cette douche était parfaite, il ne comprenait pas encore tout à fait comment ajuster le jet d’eau mais ça n’avait que trop peu d’importance aux yeux de Ji Hoon qui tentait encore de comprendre comment cela fonctionnait. Peu importe, il avait clairement mieux à faire. Comme se perdre dans un nouveau baiser trahissait tout le désir qu’ils pouvaient ressentir. Le Coréen le voulait, il le désirait de tout son être. Son corps brulait dès qu’il était collé au sien, comme le plus puissant des brasiers. L’eau ne l’aidait pas à se calmer, bien au contraire. Elle facilitait ses caresses, la glisse de ses mains contre le corps parfait de son petit-ami. Ses gémissements alors que sa main se fit plus coquine le rendait encore plus dingue. Il en voulait plus, il voulait l’entendre hurle son prénom, en demander encore et toujours plus. Un peu surpris de se faire repousser contre le mur, il le regarda changer l’intensité du jet, répondant avec passion à ce nouveau baiser qu’ils échangeaient, mordillant la lèvre de son amant en le sentant le caresser.



Code by Fremione.


_________________



You're my Twenty Four
Nymphadora Tonks ☽ Every day I filled myself with you without room for anything else, My heart already belongs to you All in. You’ve become the center of my day. Hold on hold on. A day passes by like a passing moment or each moment is like a long eternity.
— I'M MADE IN JAPAN —
— I'M MADE IN JAPAN —
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar

     Hier à 23:14


Your sweet voice is a pretty melody, it puts me over the moon. I feel like I’ve got everything, nobody knows I fall for you more and more.


Haruto avouait sans mal qu'il avait adoré être choyé par Ji Hoon, lorsqu'il venait de sortir de son coma. Son meilleur ami s'était montré si attentionné et disponible que ça l'avait réellement touché. Si maintenant le Japonais comprenait mieux pourquoi, ça n'enlevait rien au fait qu'il lui en était reconnaissant. Au contraire, ça le rendait plus amoureux encore. Encore aujourd'hui, Haruto se demandait comment lui rendre la pareille. Pourtant, il ne refusait pas quand Ji Hoon disait vouloir prendre soin de lui. Il aimait le voir cuisiner des plats coréens auxquels il ajoutait parfois une touche nipponne. Il aimait quand, le soir devant la télé, son petit ami le câlinait mine de rien, Haruto couché contre lui. Il aimait quand il l'embrassait amoureusement. Jamais on ne l'avait aimé comme Ji Hoon l'aimait. Le Japonais s'en rendait bien compte. Son homme et lui vivait une histoire exceptionnelle qui faisait sauter tous les préjugés qu'ils avaient pu avoir jusqu'à se connaître. Et ça l'émouvait à ce point, parce qu'il se disait que ça datait du moment même où leurs regards s'étaient croisés. Ji Hoon avait accepté de devenir l'ami d'un Japonais alors qu'il les critiquait sans cesse, et le Japonais en question avait laissé de côtés ses a priori sur cet inconnu qui n'avait aucun point commun avec lui. Depuis le début, donc, Ji Hoon et Haruto s'étaient mutuellement apprivoisés, sans encore en avoir conscience. Le début de leur plus belle histoire d'amour. La seule qui comptait, qui compterait.

Si à cette époque, Haruto s'était imaginé que cet homme rencontré par hasard dans un bar était l'amour de sa vie... La vie réservait quelques surprises, ils en étaient le parfait exemple. Leur surprise à eux était si belle, pourquoi le regretter ? Dans les bras de Ji Hoon, le Japonais accueillait cette histoire comme le plus merveilleux cadeau qu'on ait pu lui donner. Il ne voulait pas réfléchir au fait de l'avoir mérité ou non. Ce qui comptait, c'était eux. C'était ces lèvres qui mangeaient amoureusement les siennes, ces mains qui lui prouvaient encore à quel point il lui appartenait. S'en lasserait-il seulement un jour ? Il y avait fort à parier que la réponse à cette question soit négative. Lui qui tombait chaque jour un peu plus amoureux de son homme. Cet homme qui lui disait l'amour dans tant de langages. Pourquoi est-ce que ça l'émoustillait autant ? « Tu veux que j'explose de désir pour toi ? » Ce qui ne tarderait sûrement pas à arriver, s'il continuait ainsi. « Je t'aime... » Et il le lui répéterait dans sa langue autant de fois qu'il le voudrait, ces mots ne perdaient pas leur sens dans sa bouche, lorsqu'ils étaient destinés à son petit ami. Aimer autant, c'était fou ! Et pourtant, c'était vrai, puisqu'il le vivait ! Et même ces mots pourtant sincères ne suffisaient pas à décrire son bonheur d'être avec lui. D'être vraiment avec lui. De toutes les façons possibles.

Sur ce canapé, Haruto voulait le lui prouver. Chez eux, ensemble. Leur bulle se concrétisait peut-être, avec cet appartement. Ici, il se sentait bien. Surtout avec Ji Hoon contre lui. Et forcément, son désir se manifestait ardemment. Comment pouvait-il en être autrement, avec un si parfait amant ? Ils avaient besoin d'une douche. Pas forcément froide. D'avance, le Japonais savait qu'elle serait torride. Et une fois plaqué contre la porte fermée de la salle de bain, il se laissa aller à un baiser fougueux avec son homme. Même brûlant d'envie de faire l'amour avec lui, il ne passait jamais les préliminaires. Le titiller, l'exciter, l'aguicher... Haruto aimait beaucoup ce petit jeu du chat et de la souris, et Ji Hoon était le partenaire idéal. Avançant sous le jet d'eau, il se sentit comme revigoré. La température de l'eau lui était en réalité égal. Il s'en fichait un peu, se disant que ce qui comptait, c'était sa peau contre la peau chaude de son petit ami. Nu, ruisselant d'eau, ce dernier incarnait l'image du pur érotisme. Se pourléchant les lèvres, Haruto se laissa aller à de nouvelles caresses, de nouveaux baisers. Son homme à lui. Que les voisins le sachent, au final, il s'en fichait bien ! Donnant de la voix, il ne se retenait pas de gémir pour lui. Et n'y tenant plus, il s'écarta de lui, avec en tête une idée bien précise.



Code by Fremione.


_________________

Always ♒︎ I'll be loving you always, with a love that's true always, when the things you've planned need a helpin' hand, I will understand always, always. Days may not be fair always, that's when I'll be there always, not for just an hour, not for just a day, not for just a year but always© endlesslove.

 
the two of us, just me and you + ♡ HAROON ♡
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
E. Entertainment :: Wonderful Tokyo :: Shinjuku-